Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 42
· généralissime · trapanel
Équipe de gestion
· Bestiole
13167 membres inscrits

Montréal: 13 déc 09:53:34
Paris: 13 déc 15:53:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Apologie d'un meurtre. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 15 nov 2012 à 16:08 Citer     Aller en bas de page

Ni prose ni rimes (non conforme n°1)


Apologie d’un meurtre.

Introduction/motif du crime !?

D’une deuxième naissance par l’écrit j’ai été honoré. Des mots par les maux se sont croisés, une tentative de guérison et s’en va peu à peu le poison.
Mais pour appuyer le tout et me donner la force, j’ai commis un meurtre, avec préméditation, je l’ai assassiné.
Alors en décrire le mobile, par le verbe j’ai commencé, faire deviner aux lecteurs, LPDP en fut un des défis.
Je l’ai assassiné et j’en suis fier !
De son corps au fond, il en reste tout ! Mais je l’ai dépecé, découpé et analysé comme je l’ai fait à la grenouille un jour d’école il y a longtemps !

Commettre cet assassinat fut jouissif au plus haut point. Eh ouuui, je suis un criminel au verbe acéré comme les lames d’un taille crayon !

Toi lecteur, commences-tu à me juger lorsque je te dis avoir commis l’irréparable ? Assassiner, tuer, ôter la vie ! Je me targue de ces verbes, tu me juges au fur et ma jouissance se fait mesure.

L’arme du crime !?


J’ai créé un loup affamé, une bête gigantesque que nul ne pouvait défier. En cage pendant des années, sans rien à manger, ni voir l’ombre d’une tendresse ou d’une caresse, rien qui ne put lui faire penser qu’il eut pu avoir quelconques amis. Alors je l’ai lâchée dans la nature, avide de nourriture je lui ai ouvert les portes de ma pensée pour qu’elle puisse trouver l’inspiration afin de commettre le larcin dont je voulais être l’auteur plus que tout !
Quand il a fallu, au moment propice, elle s’est jeté sur sa proie telle la bête du Gévaudan et ne l’a plus lâchée, la traquant jour et nuit, dépassant les frontières de l’insomnie, les frontières même du réel, là où la pensée et les actes se rencontrent. Alors, à cette proie, je lui ai pris la vie.
Pas une pensée ni même un souvenir ne me culpabilise !

La victime !?

Elle était mes terreurs, mes angoisses, toujours m’accusant du moindre de ses maux !

L’exécution !?

Je l’ai tuée, occise de mes propres mains, j’ai répété les coups sur son corps comme si je voulais trouver et atteindre son âme, histoire d’en voir la couleur. Je l’ai mordue au coup, pour finir par l’asphyxier tel un varan de komodo. Le goût de la morsure se faisant liquide telle une source, me fit m’extasier à la façon d’un vampire qui retrouve la vie par le sang dégusté !
Enfin, j’ai laissé planté mon stylo plume sur la gauche de sa poitrine, à proximité du cœur, mais avant, l’on pouvait lire sur son torse l’inscription laissée par mes ongles « DICTATEUR ! ». Le sang suintait presque noir, à l’image de ses pensées et ses propos !


Profil du tueur !?

Depuis j’écris cette histoire, je récite cet assassinat, essayant de me persuader que j’ai bien fait.
Plus j’y pense et plus le bonheur me gagne – Suis-je un monstre ?

Je l’avais prévenu ! Je n’avais cessé de lui répéter « je vais changer de style, de manière de faire, de manière d’être, fais attention à toi !!! »
Puis soudain, le déclic ! Tue-le, arrête de parler, tue-le ! Agis !
Devant le bien que cela m’a procuré, je pense recommencer, encore et encore. Je vais commettre un génocide, devenir un tueur en série !

Serial killer ! Le titre me plaît bien !

Peut-être que tous ces Macabées me manqueront un petit peu comme il me manque lui aussi de temps à autre.

Il me manque par l’envie de revivre ce que l’instant de délivrance procure. Le summum de la joie, Un orgasme de tous les instants, de tous les sens retrouvés !
Je me revois lui dire : C’est fini pour toi, tu ne me dicteras plus ma conduite, tu ne m’imposeras plus mes pensées.

Je l’ai tué, mais il me manque maintenant ses moments de tristesse, de délires psychotique, de fatigue lascive. Il était un peu mon créateur, mon inspiration aussi.

Je l’ai tué, suis-je devenu quelqu’un de bien ? Si tel n’est pas le cas, il faut que je recommence. J’ai déjà en vue la prochaine victime, je la connais, Mais ce n’est pas facile de mettre en œuvre un crime comme celui-ci. Exécuter le crime parfait !
Oui ! Le crime parfait, ah j’en rêve maintenant, j’y prends goût !

Verdict !?

Pas le crime dont on ne pourra élucider le mystère et trouver l’auteur, non, car je veux le revendiquer, mais celui dont les juges me diront : c’est bien, tu as bien fait de l’assassiner ! La sentence est – LA LIBERTE, écris encore, récite pour savoir si tu as bien fait !

Je suis un meurtrier, Mesdames et Messieurs, je suis heureux de le dire, je l’ai tué…

Cet autre moi !


Un autre style, pour d’autres mots ! Un autre moi !?...




Citation de Vitalic
Un poème que j'aurai vu en prose, sauf pour la 1ère, avant dernière et dernière strophe... La dernière strophe me va à ravir, elle te va aussi à ravir, là je te reconnais dans ce style qui te va très bien (tu as d'autres styles, c'est certain, il le faut...)....



Encore un grand merci à Vita, le faiseur d’idées !





  pmjb
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 15 nov 2012 à 23:49 Citer     Aller en bas de page

En tout cas tu as bien tué ton temps!
Je me doutais que ce n'était pas un vrai meurtre, je pensais justement au temps mais je vois que tu as été sans pitié avec ton autre moi, j'espère que tu as tué le bon
amicalement
JC

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 19 nov 2012 à 08:40 Citer     Aller en bas de page

se débarrasser de son autre moi...voila une idée qui m'aurait servi il y a plusieurs années, quand je jouais un rôle, un mauvais et que je cachais de ce fait ma vraie nature aux gens autour...finalement, c'est peut être un crime intelligent, ce que tu as fait la !
tout comme Rimarien, je veux croire que c'est le mauvais toi qui a succombé...enfin "mauvais" n'est peut être pas le mot juste...je te remercie en tout cas, car tout en abordant l'idée d'une double personne, tu n'as pas parlé de la schizophrénie, et c'est tant mieux...
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 22 nov 2012 à 14:33 Citer     Aller en bas de page

rimarien, effectivement je tue bien le temps dès qu'il est dispo, mais c'est un vrai "meurtre" que j'ai fait, l'autre moi n'existe plus, un gros travail de repli sur soi et de ...plein de truc et réflexion à voir le monde. L'avantage de vieillir je pense...

Merci à toi pour ta présence sous ces lignes
Amitiés F.d

Pyc, encore ravi de te voir sous ces lignes, oui en effet, il s'agit du "mauvais" moi, celui qui ne savait pas dire, qui ne savait pas exprimer ce qu'il y avait en lui, le timide qui se bouffait la vie par des idées profondes qu'il gardait uniquement pour lui de peur de décevoir. Pas mauvais à proprement dit mais...

Alors voilà, je l'ai tué cet autre moi et le nouveau, je l'essai à la prose, je n'en ai pas l'habitude pour exprimer des idées qui me sont propres.

Amitié sincère F.d


  pmjb
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 26 nov 2012 à 18:20 Citer     Aller en bas de page

...°\=/°. PYC
F.D, j’ai lu avec attention cet écrit… Et je dois avouer que le meurtre est plus que parfait… Bon, si je t’ai donné ‘idée d’en tuer un, soit certain que je ne serai pas là pour tuer l’autre… Maintenant tu es assez grand… Bienvenue cher ami poète… Ta place est faite…

Λ

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 24 sept 2013 à 14:25 Citer     Aller en bas de page

Merci Heu Vita à l'époque, je n'avais pas vu ce post, tu m'en vois sincèrement désolé et .

Amitiés Chris et

F.d.

  pmjb
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 788
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0334] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.