Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 29
Invisible : 1
Total : 30
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 10:33:50
Paris: 21 mars 15:33:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Ed Redon, ou l'histoire d'un marchand de sommeil (1) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 16 avr 2012 à 17:14
Modifié:  21 avr 2012 à 09:20 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Ed Redon, ou l'histoire d'un marchand de sommeil

1

Ed n’avait jamais eu la vie facile. Déjà tout petit, on se moquait de lui, de sa taille et de sa corpulence. Sa mère était pourtant fière de lui. Pour elle, il était le fils dont elle avait toujours rêvé. C’était le portrait de son grand-père disait-elle sans qu’Ed ne put vraiment savoir ce qu’elle entendait par là. Il avait bien vu dans le grenier quand il n’avait même pas quatre ans une vieille photographie qui montrait un petit homme moustachu, impeccablement engoncé dans un costume taillé sur mesure et qui se tenait, droit comme un i devant ce qui était sûrement le premier hôtel familial. Il avait l’oeil malin et sûrement plein d’espoir dans le coeur à l’époque. Il ignorait totalement ce que lui réservait l’avenir à lui et à sa descendance.

Ed était né à Paris, dans le dix huitième arrondissement, pas très loin de la place de Clichy, baptisé à l’Église Sainte-Geneviève des Grandes Carrières. Son père, il ne l’avait pas vraiment connu et sa mère ne lui en avait jamais vraiment parlé non plus. De ce qu’elle lui avait laissé entendre, il s’agissait tantôt d’un voyou, tantôt d’un homme de passage qui l’avait séduite, était resté suffisamment de temps pour lui faire des promesses auxquelles elle avait crues et qui l’avait ensuite quittée juste après la naissance d’Ed. Elle était restée à Paris pour s’occuper de l’affaire de son père qui décéda quelques temps après, emporté par une crise cardiaque pendant son sommeil. Quel crédit Ed accordait-il aux dires de sa mère ? C’était assez difficile à dire en définitive. Ed n’était pas un garçon qui brillait par son intelligence ou son esprit critique. Tout au plus pouvait-on déduire de son attitude qu’il avait développé une certaine indifférence par rapport à cela. Cependant, il paraît qu’aux alentours de ses huit ans, Ed s’était inventé, sur la rapport circonstancier fait par son institutrice, un père aviateur qui explorait les contrées lointaines de la planète et qui, de ce fait, ne pouvait être là, à Paris, retenu par quelque aventure un peu farfelue, truffée d’indiens sauvages, de sorciers indigènes qui jetaient des sorts effrayants et autres bêtes étranges qu’il fallait chasser et ramener au pays.

A son douzième anniversaire, Ed allait plutôt bien en apparence mais les médecins lui diagnostiquèrent la maladie de Gélineau. Cette nouvelle ne traumatisa pas le jeune Ed. Pour lui, c’était même une particularité dont il tirait une certaine fierté vu qu’il fréquentait du coup de grands professeurs qui s’évertuaient à trouver le traitement qui pourrait lui convenir.

Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que les différents médicaments n’étaient pas tout à fait au point et le jeune Ed essuya quelques effets secondaires dont il se souvint ensuite durant toute sa vie. A seize ans, il changea même d’attitude par rapport au monde médical et il rentra en “rébellion” contre lui, si tant est qu’on puisse parler vraiment de “rébellion” lorsqu’on parle de ne pas suivre tout simplement un traitement prescrit. Cependant cet acte héroïque fut le point de départ de la première et unique aventure féminine du jeune homme.
Elle s’appelait Emilie. Il était improbable que cette jeune fille puisse s’intéresser à Ed, au départ. C’était la fille d’un général à la retraite. Les cheveux châtains, les yeux verts un peu pétillants. Une silhouette plutôt ronde mais qui ne mettait rien en cause de sa féminité. C’était donc une jolie fille mais loin de pouvoir s’assortir naturellement avec un garçon tel qu’Ed.

D’ailleurs, Emilie n’avait jamais remarqué Ed jusqu’à ce jour. Au mieux savait-elle qu’il était un peu à part car étant dans la même classe, il était difficile d’ignorer qu’Ed bénéficiait de certains aménagements de son emploi du temps et d’une certaine bienveillance de la part de l’équipe pédagogique pour raisons médicales. Mais c’était tout. Elle était bonne élève en tout et Ed ne l’était sur rien, tantôt moyen, tantôt médiocre si l’on se réfère à son dossier scolaire.

Pourtant ce jour-là, un incident intervint et changea le cours des choses, surtout les sentiments de la demoiselle envers Ed car pour Ed, ce ne fut pas le cas.



[...]

à suivre


Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 17 avr 2012 à 14:59 Citer     Aller en bas de page

La suite.... elle arrive... Vu la manière dont j'ai commencé d'écrire l'histoire, c'est aller assez vite à faire le premier jet...

Sinon... Je manque sûrement de recul par rapport à ma propre écriture... c'est certain mais je ne vois pas ce que tu vois comme maladresse dans la dernière phrase... Est-ce que tu pourrais me préciser un peu ta pensée... parce que je ne saisis pas vraiment où tu vois le caractère maladroit...

Merci d'avance et merci déjà de tes remarques...

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 18 avr 2012 à 14:13 Citer     Aller en bas de page

Ca m'éclaire un peu.... Si je dis que c'est parce que la dernière phrase est "plus dialoguée" que le reste... C'est ça ?

Je veux dire... C'est vrai que la dernière phrase sonne plus comme si un personnage racontait l'histoire et rapport au reste où le ton est plutôt neutre, ça dénote un peu...

Je suis bon ou pas ?^^

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 949
Réponses: 2
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0462] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.