Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 38
13259 membres inscrits

Montréal: 16 oct 20:55:35
Paris: 17 oct 02:55:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: C'était le temps de l'infini... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1016 poèmes Liste
16392 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 30 juil 2012 à 12:26
Modifié:  30 juil 2012 à 14:13 par Blue
Citer     Aller en bas de page

C'était le temps de l'infini...

C'était le temps de l'infini, de l'immortel
Auquel nous croyions de toute la grandeur
De nos coeurs...Aujourd'hui, c'est au castel
Des amours défunts que notre histoire demeure !

Il ne reste que des étincelles de sourires, des baisers
Merveilleux et passionnés, rongés par le temps passant !
Si je touche encore tes joues, c'est sur cette image aimantée
Au tableau des souvenirs, parfois enivrants, parfois pesants !

C'était le temps du partage, d'un recueil aux accents merveilleux
Offert comme une preuve inoubliable qu'un beau jour, je fus aimé !
Belle, la blondeur de tes cheveux, je l'ai perdue à la moisson d'été !

Notre histoire s'est liquéfiée sous les orages du début de la belle saison,
La pluie tombant entre toi et moi a noyé nos "je t'aime", et l'horizon
S'est assombri...Depuis, je vis et j'attends, je vis autant que je le peux !



 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
448 poèmes Liste
21906 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 août
  Publié: 30 juil 2012 à 16:46 Citer     Aller en bas de page

Un poème très touchant......
C'était le temps de l'infini.........Tout passe hélas, un jour on se dit que tout est fini, le temps est impitoyable, mais toi PYC, tu peux reprendre espoir, je l'espère de tout coeur pour toi. Ne laisse pas ce grand vide t'envahir, je te voudrais tellement heureux......Je n'aime pas voir les gens souffrir, encore moins pour ceux pour qui j'ai de l'amitié et cette amitié là, elle s'est créée chez beaucoup d'entre nous.
J'ai bien apprécié cet écrit
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Liliepsy

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
79 poèmes Liste
570 commentaires
Membre depuis
17 février 2012
Dernière connexion
21 février 2018
  Publié: 30 juil 2012 à 17:09 Citer     Aller en bas de page

Quel bel et triste écrit..Que tes mots peuvent donner des images quand on les lit et comme c'est agréable.
'Notre histoire s'est liquéfiée' Magnifique...

Très sincèrement à toi

 
Celle qui rêve


"Poésie, Ô danger des mots à la dérive..." Aragon
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
1737 commentaires
Membre depuis
25 avril 2012
Dernière connexion
11 novembre 2017
  Publié: 31 juil 2012 à 12:36 Citer     Aller en bas de page

"Depuis, je vis et j'attends, je vis autant que je le peux !"

C'est triste mais c'est superbement dis.Les histoires d'Amour qui passent ont ça de beau qu'on s'en souvient toute sa vie...

  Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. (Michel Audiard)
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
3940 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 6 août 2012 à 08:36 Citer     Aller en bas de page

Tristesse amoureuse qui ondoie au fil des vers du poéte..donne à la lecture de vrais frissons !

Beau !
Je relis...


  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1189
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0253] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.