Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 21
· ori · Cerdick · Gabrielle36
13183 membres inscrits

Montréal: 19 mai 02:50:55
Paris: 19 mai 08:50:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Tu es la meilleure chose qui ne me soit pas arrivée. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 9 jan 2011 à 12:48
Modifié:  10 mai 2014 à 07:50 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Tu es la meilleure chose qui ne me soit pas arrivée. C’est le genre de phrase bizarre qu’on ne se verrait jamais prononcer. Comme une écorce d’arbre qu’on ne se verrait jamais soulever. Tout n’a pas de logique. Ce n’est même pas naturel. Mais la nature a horreur du vide et il faut croire que mon coeur aussi. Il était comme un creuset enlevé à la terre dont les années m’avaient constitué. Tu t’immisces dans des recoins de ma tête auxquels je n’ai jamais permis à quiconque d’accéder et toi, en ne faisant rien, en ne faisant qu’exister, tu as abattu d’un seul regard tous les murs que j’avais pu dresser.

Sûr que quand je te regarde, je ne vois pas que toi. Peut-être te ressemblerait-elle malgré que vous n’ayez rien en commun. Mais même toutes les explications du monde seraient bien vaines pour t’exposer les raisons. Il y a des lieux, des routes et des circonstances où le temps fait en sorte que tout se croise et se mélange. Peut-être que c’est le cerveau qui tente d’arranger tout cela, non pas pour oublier mais juste pour dire que ce n’est pas ce qui s’est arrêté, qui est le plus important. On peut ériger une stèle, perpétuer le souvenir par peur d’être infidèle à ce que l’on a manqué mais je ne sais pas dire si cela est un bien ou une manière de se protéger. Peut-être qu’un jour, elle, elle te dira qui est vraiment cet étranger. Pourquoi il a été là, pourquoi il y a toujours eu cette pudeur qu’on ressent peut-être comme un malaise en sa présence.

Je ne sais pas si elle te contera l’histoire en entier, si elle n’effacera pas certains épisodes parce qu’elle n’aura pas envie de se dévoiler ou que les mots se feront priés. Et je le comprends bien. Tu es la meilleure chose qui ne me soit pas arrivée. Comme elle et elle aussi. Comme si tout fonctionnait en mode inversé. Ca paraît invraisemblable mais c’est juste le reste du monde qui n’y est pas habitué.

Je ne sais ce que l’avenir peut nous réserver et je ne peux te faire aucune promesse car on ne se doit rien. J’ai arrêté de faire des promesses de plus. Non pas parce qu’il n’est pas possible de les tenir, juste parce qu’il est ridicule de remettre à demain ce qui peut être fait au présent. On n’est pas assez doué pour maîtriser quoique ce soit dans la vie et c’est une vaste de comédie que de promettre qu’on se rattrapera plus tard.

Si les choses étaient gouvernées par cette simple calculette, chaque jour, ce serait le grand soir. Cependant, cela n’a rien à voir avec une quelconque réalité, même pire, c’est juste une absurdité.
Tu es la plus belle chose qui ne me soit pas arrivée. C’est la seule chose à retenir car ce qui reste ne sont que les récits d’une errance en quête d’un sens qu’il est vain d’essayer de trouver.

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 10 jan 2011 à 09:28 Citer     Aller en bas de page

Nos meilleurs souvenirs sont parfois ceux des choses qui ne pas advenues, car ils ont gardé leur pureté des premiers jours. Et on aime y revenir, comme on aime titiller la dent malade et goûter à la douleur.

Amitiés

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 14 jan 2011 à 17:21 Citer     Aller en bas de page

Je m'étonnerais toujours et encore des lectures que l'on peut faire d'un même texte...

En fait, ça me mélange... Je ne pensais pas principalement au passé en fait...(même si c'est vrai que... je dois le reconnaître... ça représente une bonne partie du texte)...

C'était plutôt un appel au présent... L'envie d'expliquer le "pourquoi"... Non pas parce que cela ait un sens... Mais souvent justifier de choses inutiles...

Là, en l'occurrence, les choses ne sont peut-être pas si inutiles que ça... Simplement déplacées.. D'où le besoin de répondre avant qu'elle me pose la question (à moi ou quelqu'un d'autre) dans quelques années.

Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
~Et fée ... mère~


"Il est rare qu'un nuage prenne la forme d'un nuage." [Ylipe - Texte sans paroles]
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
63 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2009
Dernière connexion
3 novembre 2011
  Publié: 23 mars 2011 à 15:00 Citer     Aller en bas de page

Dans ton texte je vois deux choses bien distinctes... Une attente et un regret (à accorder au pluriel si tenté que ces mots puissent l'être).

L'attente de réponses que tu ne pourras avoir que par ta propre expérience, qu'en t'écoutant et qu'en vivant ces histoires qui, même si parfois apparaissent désastreuses, te font avancer vers ce que tu veux être.

Le regret de ne pas comprendre pourquoi à tel moment de ta vie tu es passé par telle route au lieu d'emprunter l'autre chemin.

Je pense qu'avant tout, l'introspection et l'analyse du passé est primordiale pour comprendre le présent. Rien n'est fait au hasard, le tout est de trouver le pourquoi.

Au plaisir

  Je dois vivre, enfin ♥
Sonate


Un homme a soif de mille aventures. Il les veut toutes mais il en suffit d'une.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
162 poèmes Liste
569 commentaires
Membre depuis
27 avril 2004
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 23 mars 2011 à 16:13 Citer     Aller en bas de page

Joli.

  La mort viendra, et elle aura tes yeux.
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 24 mars 2011 à 15:30 Citer     Aller en bas de page

@~Et fée ... mère~ : pour dire la vérité, j'ai un peu de mal à me retrouver au travers de ce que tu écris... Mais en même temps, il est certain que je ne lis pas ce texte avec les mêmes yeux... Je n'ai pas vraiment de regret... Je n'ai jamais eu que des remords... Mais il est vrai que dans le cas spécifique de cet "elle", peut-être qu'en effet, il y a une once de "regret"... Mais c'est un regret bien étrange puisque je n'y suis pas relié directement... Peut-être aussi pour cela que la situation est un peu difficile à appréhender... "Elle" pourrait presque être prise pour un substitut qu'elle n'est pas au réel.
Merci de ton passage en tout cas

@Sonate et Sophie
Merci

Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3846
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2011
Décerné le 26 mai 2012
20e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0302] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.