Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 29
Invisible : 1
Total : 31
· Rose-Amélie
13086 membres inscrits

Montréal: 21 mars 10:32:42
Paris: 21 mars 15:32:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Jean (7) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 10 juin 2012 à 15:02
Modifié:  10 juin 2012 à 15:22 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Lorsqu’ils arrivèrent, la police était déjà là. La police et une équipe d’autres hommes que Mao n’arriva pas à identifier. Samaël s’arrêta devant l’accident et Mao descendit directement.

“C’est par là.” lui indiqua un policier qui était venu à leur rencontre.

“Qu’est-ce qu’on a ?” demanda mécaniquement Mao.

“Pour le conducteur du camion, il n’y a plus grand chose à faire, la cabine du poids lourd a été littéralement pulvérisée dans le choc contre le mur là-bas. Mais pour ce qui est des occupants de la voiture... C’est à vous de voir. Nous avons réussi à les sortir de tout ce fatras de tôle. Il y a un homme et une femme. C’est la femme qui semble la plus grièvement blessée : elle n’était a priori pas attachée et elle... Enfin... Vous verrez...”

Mao hocha. Samaël venait d’arriver à sa hauteur avec sa mallette. Ils avancèrent jusqu’à l’endroit où les deux victimes de l’accident avaient été allongées. Samaël s’approcha en premier de la jeune femme. Elle était grièvement touchée. Il posa sa main sur son cou.

“Mao !”

“Oui ?”

“Occupe-toi de celle-là... Il faut vite la préparer pour un transport.”

“Hein ?...”

Samaël se pinça les lèvres.

“Elle est enceinte.”

Mao sursauta.

“Tu viens juste de prendre son pouls... Comment peux-tu savoir qu’elle est enceinte ?”

Samaël n’avait pas envie de répondre.

“Ne t’occupe pas... C’est une intuition... Fais ce que je te dis et moi, je vais aller voir l’homme.”

Mao resta une demi-seconde un peu interdite devant l’affirmation tranchée de Samaël. Puis elle hocha la tête. Il est des moments où il n’est pas judicieux de poser des questions et où il convient de faire confiance à son partenaire. Elle n’était pas tout à fait persuadée que c’était un moment comme cela auquel elle faisait face mais elle fit le choix d’y croire. Après tout, c’était la première fois qu’elle entendait Samaël affirmer une chose d’une manière aussi brutale. Elle ne le connaissait pas bien même si cela faisait deux semaines qu’ils avaient commencé à sortir ensemble, et elle ne l’avait jamais vu agir ainsi.

“J’y vais.”

“Vous allez avoir besoin d’aide ?” demanda le policier qui les avait suivis.

“Oui... Si vous pouvez demander aux brancardiers de venir rapidement, cela serait utile.”

“Je vais le faire.”

***



Il ne leur fallut que sept minutes pour transporter les deux jeunes gens jusqu’aux urgences les plus proches. Mao et Samaël passèrent le témoin aux équipes sur place et se retrouvèrent dans la salle d’attente de l’hôpital.

“Samaël ?”

Samaël se retourna. Mao lui tendait une canette de Coca.

“Tiens.”

“Merci.”

Il saisit la boisson mais Mao ne la relâcha pas.

“Samaël ?”

Il regarda Mao dans les yeux. Elle ne semblait pas furieuse, ni être en train de lui faire une blague.

“Qu’est-ce qu’il y a ?”

“Pour tout à l’heure, dis-moi, comment savais-tu qu’elle était enceinte ?”

“Je te l’ai dit... J’ai eu une intuition.”

“Une intuition ? Etrange comme intuition. Tu ne trouves pas ?”

“Que veux-tu que je te dise ?”

Mao resta silencieuse quelques instants puis répondit :

“Je ne sais pas vraiment. Je voudrais savoir la vérité, je crois.”

Samaël secoua la tête.

“Parce que tu crois que je te cache quelque chose ?”

“Non. Je ne crois pas. Je sais seulement reconnaître le ton de voix quand tu ne dis pas tout.”

Samaël ne s’attendait à cette répartie de la part de Mao. Il ne pensait pas qu’elle pouvait s’exprimer dans la nuance. Il pouvait continuer à ne rien dire mais ce n’était sûrement pas le meilleur moyen de la convaincre.

“Je la connaissais.”

Mao écarquilla les yeux.

“Comment ?”

“Je la connaissais, je l’ai croisée lors d’une soirée. Je ne sais pas te dire quel est son nom, ni son prénom... Simplement, on a dû échanger quelques paroles ce soir-là... Et voilà tout...”

Mao était plus que dubitative, en plus d’être surprise par la réponse.

“Et en quelques paroles, elle t’a dit qu’elle était enceinte ? C’est ça ?”

“C’est ça.”

Mao réfléchit puis finit par se dire que cela ne valait pas le coup de faire virer la conversation en dispute.

“On rentre ?” demanda-t-elle.

“Rentre toute seule... J’ai deux ou trois choses à faire ici et je te rejoins.” répondit Samaël.

“Vraiment ?”

“Vraiment. Je te rejoins d’ici une heure.”

“Chez moi ?”

“Ok pour chez toi.”

Mao tourna les talons et s’éloigna. Qu’est-ce que Samaël pouvait bien avoir à faire ici ? Surtout qu’il ne lui en avait rien dit avant. Cette nuit était vraiment particulière. Il était temps que son service se termine. Elle se poserait les bonnes questions qu’après avoir dormi. En tout cas, c’est ce qu’elle pensait.


[...]

à suivre.

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Ly S.


Je suis un crocodile...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
42 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2008
Dernière connexion
24 mars 2014
  Publié: 12 août 2012 à 13:48 Citer     Aller en bas de page

On attend la suite ...

  Que penses-tu de cette fin ?
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
651 poèmes Liste
18562 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
3 février
  Publié: 16 août 2012 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

Le temps que la plume revienne un peu "à la vie".... et la suite va arriver... Juste un contre-temps.. Juste un contre-temps....

miss

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
3934 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
17 février 2018
  Publié: 13 oct 2012 à 03:21 Citer     Aller en bas de page



Sckotchée !

Mais c'est tout pour aujourd"hui !...
Je me réserve un autre matin pour la suite...
Moi je suis du matin pour lire les longs passages...

A bientôt...

  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 892
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0607] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.