Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 259
Invisible : 0
Total : 262
· Akim · Fried
Équipe de gestion
· Maschoune
13177 membres inscrits

Montréal: 26 août 01:29:00
Paris: 26 août 07:29:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Noir sur Blanc Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 15 sept 2012 à 18:42
Modifié:  15 sept 2012 à 19:10 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Laisse- moi le temps d'en savoir plus et de comprendre,

Ne me demande pas la vérité ; qui peut prétendre

En extraire le fruit ? L'écorce en est dure et amère...



Laisse-moi vider la vie de ses mensonges,

Explorer les faces aigries de mes démons ;
Qui peut se vanter de porter l'histoire de ses songes

Comme un manteau négligemment jeté sur son épaule ?


Laisse-moi courir après la feuille dépendue,

De loin, on dirait un oiseau perdu,

Qui peut savoir où la tempête l'abandonne ?

A moins de la saisir avant que le vent ne l'emporte.


Laisse-moi chanter avec la pluie dans la déveine,

Me battre seul contre l'ignorance et la haine ;

Qui peut avouer ses pêchés et son impuissance,

Sans trop en faire, avec dignité et confiance ?



L'océan donne ses leçons et le malheur

S'écrase tel un géant de pacotille,

Au carnaval de la joie, le sable brille.


Laisse-moi jouer avec mes illusions d'enfant,

L'instant est bref mais c'est si bon, laisse moi le temps.



Laisse-moi croire que les amis perdus reviennent

Gais et pâlots en habits neufs, tenues de fête.

Ils titubent, leurs capes noires tombent à mes pieds,

Je les ramasse et le leur tends sans hésiter.



Laisse-moi mourir pour les rejoindre sans te peiner,

Laisse-moi partir. Oui, je suis bien accompagné.

Ce monde n'est pas très fréquentable à moins d'en être

Les fantômes insupportables et spirituels.



Laisse-moi te dire la magie des espérances,

Des désespérés, la symphonie de la souffrance ;
Fais moi confiance et n'oublie pas de te baisser

Pour prendre nos écharpes blanches et les garder...



  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Cookiss

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
403 commentaires
Membre depuis
12 novembre 2011
Dernière connexion
23 décembre 2016
  Publié: 15 sept 2012 à 22:33 Citer     Aller en bas de page

Très beau poème, mais qui me laisse toutefois une impression de mal être, d'un recherche d'évasion pour s'évader de ce monde (mais ce n'est que le sentiment et l'interprétation que je retire de ce texte). Le Laisse-moi répétitif accentue ce sentiment et donne l'impression d'une supplication.
Cordialement
Cookiss

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 16 sept 2012 à 05:46
Modifié:  16 sept 2012 à 05:49 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Bon, je dois partir...mais avant je voulais poser deux trois choses...
Cookiss : Non, ce n'est pas un supplication...ce "laisse-moi" qui se répète est comme dire -paradoxalement - :"laisse-moi libre de vivre ma vie".
(je reconnais que ce n'était pas évident ^^).

XII : Si tu m'entraînes sur les chemins de la philosophie, c'est des pages que j'aurais à écrire et ce n'est pas le but de donner le mal de crâne en cette belle journée ;-).
Nietzsche a posé une théorie de la vérité à laquelle j'adhère et que prolonge celle de James. Utilité, valeur, ect...
Vérité scientifique, religieuse, intellectuelle, psychologique...à chacune son cadre. Comme si elle se dégageait de l'action, d'une dynamique , toujours en état de construction. Sans l'idée, elle n'existerait pas. Ici le "narrateur" est confronté à une vérité qui ne lui procure pas de réponses, pas d'apaisement, pas d'"avantages". Oui, il est compliqué (rires) mais il est dans l'"instant". Et dans quelques secondes, son retour se fera, il changera d'état d'esprit. Pour ne pas disséquer plus avant et ne pas se heurter aux murs gris, noirs et blancs mélangés.

Domy : hello ! Heureux de te voir ici...

Merci d'avoir posé vos commentaires sur un écrit sombre né de la nuit...mais qui est tout en contrastes. A vous de l'interpréter comme il vous plaira...
Bon dimanche.
Riagal


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Alponse BLAISE. Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15480 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
24 août
  Publié: 16 sept 2012 à 12:00 Citer     Aller en bas de page

"Laisse-moi vider la vie de ses mensonges,

Explorer les faces aigries de mes démons ;

Qui peut se vanter de porter l'histoire de ses songes

Comme un manteau négligemment jeté sur son épaule ?
"

Je ne chercherai pas une interprétation car elle appartient à toi seule...Je dirais simplement que:

Ce poème est beau et coule de tes émotions si naturellement...j'aime et cela me suffit...

Alex

 
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9803 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
23 août
  Publié: 16 sept 2012 à 17:16 Citer     Aller en bas de page

RiagalenArtem

Une très belle prière au temps qui coule inexorablement ...

J'ai aimé ( Une très belle écriture) claire et limpide

Sélénaé

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 16 sept 2012 à 17:51
Modifié:  16 sept 2012 à 17:53 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Alex : toujours du bien, du simple et du bon dans tes passages. Merci !


Sélénaé : une première rencontre. Je lis en sous-marin quand mon hyperactivité me le permet (ton dernier loufoque m'a plu mais j'y reviendrai en "empreinte", je ne commente pas toujours).
Spasibo pour être passée sur cette page.

RA, Riagal ou Artem...au choix :-)

Fatale :
"bel écrit sauf que moi ^^^ je te refuse ce droit à faire cela na ! "

C'est le "mourir" qui te gêne ? On reste dans la fiction...quoique...nous ne sommes que locataires dans cette vie. Un accident est si vite arrivé ;-).

"Tu es spirituel et insupportable euh je ne sais pas, je demande à voir ^^^^"
C'est tout vu...pour mes proches. Un vrai démon ou un ange...je t'épargne les "variations" du "pur esprit" qui s'amuse (réf. à un film encore).

Pour le spirituel, disons la dérision en est une forme. Le reste, it's privacy ;-).
Et je t'interdis de m'interdire ! Nanmého !








  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Hauteclaire

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
437 commentaires
Membre depuis
2 août 2009
Dernière connexion
21 juillet 2014
  Publié: 16 sept 2012 à 20:10 Citer     Aller en bas de page

Un poème né de la nuit, comme je te reconnais bien là, à ces mots.
Des nuits farouches, parfois dures, souvent porteuses de messages comme celui-ci ..
Lots of bbks my friend , so long

  Hauteclaire
Coriandre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
463 commentaires
Membre depuis
14 août 2012
Dernière connexion
17 juillet 2016
  Publié: 17 sept 2012 à 06:03 Citer     Aller en bas de page



J'ai simplement aimé cette lecture !
Et laisse moi mes impressions ... secrètes !

au plaisir de te recroiser sur les chemins de la poésie

 
Lullaby


Carpe Diem
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
969 commentaires
Membre depuis
31 mai 2012
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 17 sept 2012 à 06:38 Citer     Aller en bas de page

Riagal,

Voilà des réflexions qui ne me sont pas inconnues ....
j'ai aimé te lire ... vraiment beaucoup !

Au plaisir
Amitiés
Lullaby

  Lullaby
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 17 sept 2012 à 08:54 Citer     Aller en bas de page


...°\=/°.Riagal

Encore un bel écrit… Et après tous ces « Laisse-moi te dire… »… Je peux te le dire… Fin des résistances et libération de la parole, ne sont qu’amour de la vérité… Amour pour celle où tout deviendra blanc

*..'•'....*˛... ViTΛLiC

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Celle qui rêve


"Poésie, Ô danger des mots à la dérive..." Aragon
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
1737 commentaires
Membre depuis
25 avril 2012
Dernière connexion
11 novembre 2017
  Publié: 17 sept 2012 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Encore une fois touché en plein cœur par la beauté de ton poème. Un coup de cœur que je met de suite dans ma liste de favoris !

  Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. (Michel Audiard)
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
441 poèmes Liste
8584 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
25 août
  Publié: 17 sept 2012 à 16:54 Citer     Aller en bas de page

Et bien au moins tu sais ce que tu veux ou ce que tu ne veux plus, c'est un bon début, toujours.
J'aime bien aussi la "coupure" dans le texte par le jeu des questions car combien avons-nous de certitudes en ce monde ?
Catherine

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 18 sept 2012 à 04:57
Modifié:  18 sept 2012 à 05:02 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Hauteclaire : You know me so well...Bluekisses my friend.

Coriandre, Lullaby, Vita
Un merci collectif pas trop le temps de coller un petit mot sur chacun(e) mais ça me vos mots ne restent pas sans écho :-).

Celle qui rêve : Touché par ce partage...thanks :-)

Catherine : Le doute engendre la recherche, il fait avancer, non ? Les certitudes, en revanche, sont le signe de stagnation.
"Tout corps traîne son ombre et tout esprit son doute."
Victor Hugo (les voix intérieures).
Oui je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas !

Amitiés à tous
RA




  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 19 sept 2012 à 03:41 Citer     Aller en bas de page

C'est un beau poème sibyllin..
.. et puisque chacun peut l'interpréter à sa façon...
Amitiés.

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 19 sept 2012 à 13:18 Citer     Aller en bas de page

Merci Sidonie...:-)

Amitiés.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1197
Réponses: 14
Réponses uniques: 11
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0628] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.