Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 17
13205 membres inscrits

Montréal: 18 sept 20:34:14
Paris: 19 sept 02:34:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Bref, vous aurez compris. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 13 févr 2013 à 14:45
Modifié:  14 févr 2013 à 14:36 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Bob tourna sa langue dans sa bouche
le nombre de fois requises
le mur contre son dos
captait l'hallali,
d'un crissement minéral...

Une châtelaine de verre
rampa entre les ressacs vertigineux
de ses bonnes manières
comme un tableau de pim-pam-poum
peint par un borgne
qui passait son temps
à faire des clins d’œil invalides
à une muse nymphomane
déguisée en allumette
au bal des pyromanes...

Bob regarda le guitariste
qu'un rai de lumière bleue venait de trouver
à l'intérieur du juke-box
et celui-ci prit pour argent comptant
le plus gros mensonge des hommes
et il attaqua un slow
comme un vendeur de Botox
au salon des antiquaires...

La châtelaine de verre
sensible à l'attention du robuste phallocrate
ondulant entre son centre de gravité
et la périphérie d'une allusion
trouva un endroit de bon aloi
pour parfaire au son de la harpe de son orgasme
le chant équivoque du machisme...

A ce moment là
le temps suspendit son viol
et je tombais des nues
comme un sein de bonne famille
entre l'étoffe maladroite d'un chemisier
qui fit du crépuscule
l'arme du crime
que les étoiles comètes...

et je m'en branlais encore
lorsque le matin
cueillit sa propre rosée
au roseau jovial
de mon anatomie...

 
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9803 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 13 févr 2013 à 22:11 Citer     Aller en bas de page

mandrinmoderne

Pour toi la boite de pandore c'est une corne d'abondance toujours en effervescence de phrases qui sortent d'un autre monde...mais j'adore parce que je rêve d'avoir ton imagination ...

Sélénaé amicalement effervescente

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 14 févr 2013 à 04:33 Citer     Aller en bas de page


Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 14 févr 2013 à 13:20 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir madame et monsieur.
La photo sur votre "espace" madame la louve, est de très bon gout.U n gout de route 66 au bout du rouleau.
Peut on admirer ses frangines ?
car elle n'est pas fille unique, j'imagine.

Mandrinmodern

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 518
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0232] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.