Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 434
Invisible : 0
Total : 434
13168 membres inscrits

Montréal: 13 déc 22:39:57
Paris: 14 déc 04:39:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: In memoriam... 2/3 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 16 avr 2013 à 13:13
Modifié:  17 avr 2013 à 03:44 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page



In memoriam...2/3



Dans ce tunnel sombre, que juste çà et là
Quelques flammes de lampes éclairent
Je relis à leur lueur ses mots que le destin
A déchiré une nuit qui essaimait tes pleurs
Et qu'en toute pudeur tu essayais de masquer.

Je pense souvent à cet amour perdu,
Amour arraché par le destin de ce temps
Arraché par la stupidité humaine cette politique
Que nos dirigeants sont seuls à cultiver
Amour qui n'a même pas d'égal en la somme de leur cupidité

Ils lui ont renvoyé tes effets personnels
Avec une photographie d'elle et de votre petite fille
Une lettre de condoléances l'accompagnait
Une lettre type que j'ai vue partir bien des fois.
Une lettre type, une enveloppe aux couleurs de la mort.

Puis du fond de cette tranchée que seuls les morts en lice
Connaissent par cœur, en contemplant les poutres
Pourries par l'humidité, en regardant tomber la terre
Qui s'effrite à chaque tremblement soufflé par ces détonations
Je lui ai écrit ton histoire, ta souffrance et ton bonheur.

Et surtout ton bonheur quand tu as su que tu étais papa
Je lui ai décrit cette souffrance, cette peur qui te rongeait
Quand le sol semblait se dérober sous nos pieds
Cette peur exterminée par le bien-être qui te faisait parler d'elle
Quand nous réalisions que nous étions encore là.

Je lui ai dit mon ami, je lui ai dit tes larmes de joie.

Je lui ai écrit, tapi dans la pénombre, à la lumière
De la flamme d'une bougie vacillante comme ma vie !
Une vie en sursis, une vie qui cherche à témoigner
Et à donner un peu de chaleur dans ce monde en pénurie.
Je lui ai écrit la vie de ces tranchées, la survie !

Et ne m'en veux pas mon ami, elle m'a répondu,
Me remerciant de mon geste, mais en me demandant
De lui parler un peu plus de toi. De lui parler de ma vie aussi
De lui parler de ce lieu que les journaux appellent Verdun
Mais qui jamais ne font le constat réel de nos errances.

Ne m'en veux pas mon ami, je vais lui répondre
Je lui réponds ce matin-même aux abords du front.
Ce matin-même qui a fait valser une cervelière *
Fumante et chaude à mes pieds. J'écris...
J'écris ton âme tout d'abord, puis mes terreurs à demi-mots.



Ne m'en veux pas mon ami, j'ai peur... j'ai peur de lui écrire
Maintenant ! J'ai peur de vouloir découvrir ce que tu as connu
J'ai peur de ressentir ce qu'elle t'a fait contempler
J'ai peur d'avoir envie de vivre plus loin que dans le bout de ce tunnel
Et de vouloir la connaître de chair et d'amour et que cela ne devienne... mon rêve...




PMJB 13.04.2013 14:45

© déposé.



*une cervelière est une calotte métallique, que les soldats pendant la grande guerre portaient sous le casque ou la casquette pour protéger la tête.
Très inconfortable, frigo l'hiver et fournaise l'été. Ils avaient l'impression que leur cerveaux étaient en ébullition.

  pmjb
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 16 avr 2013 à 14:50
Modifié:  16 avr 2013 à 14:54 par Chris-Charmeur
Citer     Aller en bas de page

BLACKOUT - THE HΛCKER


.`•.¸.•´… ♪♪♪F.D♪….
Un pan de l'histoire qui est écrit de façon très émouvante...
IL faut que j'aille lire le 1/3...

Pour le contexte de cette première guerre, en parlant de ce fait, et non de l'écrit en lui-même, j'ai été fasciné car surpris des relations de fraternité, pendant les trêves... A l'Epoque, la censure cachait ces liens noués ente soldats des deux camps... Les états-majors parlaient alors d' Unités « contaminées »...
Non pas pour prendre volontairement à contre-pied le texte, mais je porte un intérêt très fort à cette période dans mes moments de lecture personnelle... Pour cette période, j'ai une bibliothèque bien garnie...
Il est plus qu'intéressant de s'approcher sur ce thème... Bien sûr, il n'efface qu'à peine 1% de toutes les horreurs des tranchées...
Film Joyeux Noël du réalisateur français de Christian Carion (2004)...
fraternisations-noel-1914-1918
et
Source wikipedia
Pour les livres se reportant à ce sujet : « Frères de tranchées de M.Ferro »


et encore...

[☮ [THE HΛCKER] ◂▸
..........................]



HΛ - TIME HΛS CHΛNGED

Production©ΛBI-P

Des rêves mécaniques pour une mélodie en sous-sol

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin
  Publié: 16 avr 2013 à 18:34 Citer     Aller en bas de page

Compassion, hommage, identification... jusqu'à voir par ses yeux.
Amitiés
Blottie

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 17 avr 2013 à 06:15 Citer     Aller en bas de page


La guerre suscite tant de malheur et tous les morts qui y ont participé ne peuvent qu'émouvoir!


Amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 17 avr 2013 à 17:20 Citer     Aller en bas de page

THEHACHER, merci de ton passage sous ces lignes,
Excuse moi de ne pas dire plus mais j'ai répondu à ce comm dans le n°1. Je suis un peu fainéant sur ce coup la.
La je vais au plume, dure journée...
Amitié
Et
Blottie, merci beaucoup de ton passages et de tes mots. Heureux de vous voir sous ces lignes.

Bien à vous

Sybilla, merci de ta présence et de tes mots, oui en effet, tu à raison.
Mais je souhaiterais tellement que ce style de textes aide surtout à promouvoir la compassion envers ces morts, afin que cela ne recommence pas un jours. Ce n'est pas le premier ni le dernier qui sera écrits par moi au d'autre, mais ne cessons jamais de nous rappeler encore et encore et donc de l'écrire.

Amitié

Amitié poétique à tous
F.d.

  pmjb
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
15 février
  Publié: 17 avr 2013 à 17:26 Citer     Aller en bas de page



Je connais un In memoriam, grande oeuvre de la littérature anglophone

Le tien est bien sûr original et peint son propre univers, en des vers attachants

Belle poésie !!

  Vers Cassés
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 17 avr 2013 à 17:35 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Vers cassés, je ne connais pas ce In memoriam dont tu parle.
Mais je vais chercher à le lire si le sujet me tente car le titre me plaît....

Amitié
F.d.

  pmjb
alweg Cet utilisateur est un membre privilège


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
1335 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 18 avr 2013 à 11:18 Citer     Aller en bas de page

Ton texte est fort, sensible, l'émotion s'installe dès les premiers mots. J'ai malheureusement ressenti en 1983 au Liban le poids de la guerre, ses conséquences cruelles et le sacrifice de compagnons.....
Merci pour ce moment.

« C'est le devoir de mémoire qui nous parle du passé. » Marc Augé

Amitiés

Robert

  alweg
Auto dit d'acte


On voudrait revenir à la page où l'on aime mais la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts (Lama
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
807 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2012
Dernière connexion
17 septembre 2017
  Publié: 18 avr 2013 à 13:14 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Alweg, quoiqu'il en soit, toutes les guerres sont moches à tous points de vues.

En parler pour ne pas oublier.

Amitié
F.d.

  pmjb
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 656
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0893] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.