Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 349
Invisible : 0
Total : 349
12920 membres inscrits

Montréal: 18 oct 03:25:03
Paris: 18 oct 09:25:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémères 2017 (semaine 6) : "Une nuit sur ton/son épaule" :: Une nuit posée sur ton épaule Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
665 poèmes Liste
20571 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 12 août à 13:31
Modifié:  12 août à 16:35 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page





Moustique si j’étais, que Dieu m’en garde bien,
Posée sur ton épaule, je passerais la nuit
Je sucerais ton sang, n’ayant pas d’autre lien
Avec toi que mon dard pour tromper mon ennui

J’aimerais mieux baiser ta peau d’autre manière
Mais quand on goûte ainsi la chair de son amant
Quel nectar que le flot coulant de son artère :
Il a puisé au cœur l’amour le plus ardent

Dormiras-tu sans rêve sous ce coup de poignard
À moins que, réveillé par cet insecte frêle
D’une ou deux gifles brèves, assénées dans le noir
Sans savoir que c'est moi, tu ne tues l'anophèle ?




  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine

Administratrice


Avatar : Aude Doiderose
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
356 poèmes Liste
11031 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 12 août à 15:22 Citer     Aller en bas de page

C'est drôlement tordu comme idée mais je crois que j'aime bien

  Il faut beaucoup de temps pour refroidir un cœur et mille fois plus encore pour le réconforter.
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
99 poèmes Liste
2934 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 12 août à 15:56 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,

J'ai adoré ce poème, avec une préférence pour la deuxième strophe
que je trouve sublime.


  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Maschoune

Modératrice
Impossible d'afficher l'image
Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
8042 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 13 août à 04:09 Citer     Aller en bas de page

Il est pas piqué des hannetons celui-là ! hi hi hi

Juste excellent ! Merci à toi

  ISABELLE
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
665 poèmes Liste
20571 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 13 août à 08:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
C'est drôlement tordu comme idée mais je crois que j'aime bien



Oui, j'avoue que c'est tordu, mais je n'ai pas trouvé d'autre solution pour passer la nuit sur son épaule.

Citation de Le Poète Masqué
Bonjour Aude,

J'ai adoré ce poème, avec une préférence pour la deuxième strophe
que je trouve sublime.



Ravie d'avoir piqué ta curiosité, merci beaucoup d'être passé me lire !


Citation de Maschoune
Il est pas piqué des hannetons celui-là ! hi hi hi

Juste excellent ! Merci à toi



Hanneton, je veux bien, punaise de lit, je dis non !
Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lipstick Cindy


L'homosexualité n'est pas une alternative à l'hétérosexualité mais une autre forme d'amour (Nina B).
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
1214 commentaires
Membre depuis
2 mars
Dernière connexion
13 octobre
  Publié: 13 août à 12:27 Citer     Aller en bas de page

J'M bien la façon originale dont t'as traité le thème
Moi il m'a pas ainspiré

  «Si une femme a du génie, on dit qu’elle est folle. Si un homme est fou, on dit qu’il a du génie. (Louky Bersianik 14.11.1930 - 3.12. 2011 auteure de L’Euguélionne l’un des premiers livres féministes au Québec)
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
665 poèmes Liste
20571 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 13 août à 12:41 Citer     Aller en bas de page

Citation de Lipstick Cindy
J'M bien la façon originale dont t'as traité le thème
Moi il m'a pas ainspiré



Merci Lipstick Cindy. Il ne faut surtout pas forcer l'inspiration, ça ne donne rien.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1000 poèmes Liste
16119 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 14 août à 10:51 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

un thème traité de façon originale, enjouée....Je vois ici ces ingrédients qui font que te lire n'incite pas à la noirceur des ressentis, c'est même tout le contraire ! Que du bonheur !
Merci beaucoup pour cette lecture.
amitiés sincères.
pyc.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
665 poèmes Liste
20571 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 14 août à 12:27 Citer     Aller en bas de page

Citation de pyc
Bonjour...

un thème traité de façon originale, enjouée....Je vois ici ces ingrédients qui font que te lire n'incite pas à la noirceur des ressentis, c'est même tout le contraire ! Que du bonheur !
Merci beaucoup pour cette lecture.
amitiés sincères.
pyc.



Merci pycounet

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
2993 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 14 août à 12:56 Citer     Aller en bas de page

Dés que l'on parle de moustique ( j'attire les femelles) ça me donne des boutons. Pas ici je l'avoue avec ce poème réjouissant
jlouis

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
665 poèmes Liste
20571 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 14 août à 15:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis
Dés que l'on parle de moustique ( j'attire les femelles) ça me donne des boutons. Pas ici je l'avoue avec ce poème réjouissant
jlouis



Chouette !!

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
841 poèmes Liste
5273 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 14 août à 15:37 Citer     Aller en bas de page

Voilà bien là un poème sanguin et pas con...

La prochaine fois que je fracasse un moustique je penserai à toi...

Je dis ça, parce que, en général, les moustiques m'aiment bien, vu que je les attire sans rien faire...

Peut-être bien que je pue un peu, vu que les odeurs les attirent, et les mouvements, vu qu'au lit, je suis un marathonien, et la chaleur, vu que je dors habillé de noir, teinte qui retient la chaleur et tout ça pourquoi, hein?... pour se reproduire...

Il y en a qui manque pas d'air...

Mais, bon, je m'écarte du sujet qui est ton poème que j'ai bien aimé, en fait...

Amitiés...

Hubix, dix-huit piqures de moustiques entre hier et aujourd'hui...

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
665 poèmes Liste
20571 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 14 août à 16:06 Citer     Aller en bas de page

Citation de Hubix-Jeee
Voilà bien là un poème sanguin et pas con...

La prochaine fois que je fracasse un moustique je penserai à toi...

Je dis ça, parce que, en général, les moustiques m'aiment bien, vu que je les attire sans rien faire...

Peut-être bien que je pue un peu, vu que les odeurs les attirent, et les mouvements, vu qu'au lit, je suis un marathonien, et la chaleur, vu que je dors habillé de noir, teinte qui retient la chaleur et tout ça pourquoi, hein?... pour se reproduire...

Il y en a qui manque pas d'air...

Mais, bon, je m'écarte du sujet qui est ton poème que j'ai bien aimé, en fait...

Amitiés...

Hubix, dix-huit piqures de moustiques entre hier et aujourd'hui...



Très pratique d'avoir un voisin qui attire les moustiques !
Merci Hubix

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 202
Réponses: 12
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0386] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.