Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 24
Équipe de gestion
· Maschoune
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 02:00:54
Paris: 20 sept 08:00:54
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Mon premier boum Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 26 avr 2013 à 10:58
Modifié:  29 avr 2013 à 04:38 par Jeanne
Citer     Aller en bas de page

La dernière chose exacte
que j'ai entendue par ici,
c'est une bouteille qui me l'a dit...

reprendre son souffle
et remonter des bretelles
c'est la même chose,
ça permet de tenir une seconde de plus
dans la minute de trop.

On tombe morceau par morceau
d'un endroit qui ne veut plus de nous
et nos désirs sont incontrôlables
leurs trognons chantent sur la bande d'arrêt d'urgence
et le robinet renifle
dans le silence des gargouilles domestiques.

Il passe un film à la télévision
sans queue ni tête
je n'ai jamais fait la tête
j'ai trop souvent fait la queue
devant cette télévision
elle prend la première balle
d'un revolver qui en compte six
et j'ai déjà flingué le lavabo enrhumé.

Je millimètre mon sourire
et vise l'araignée
qui me gratte depuis le plafond
d'une piqûre posthume.

Dans la salle de bain,
j'entends de la mousse parfumée
parler à une idiote de ses doigts de pieds.
Elle glousse,
futée comme la caisse à outils d'un singe
devant une panne de bananes
et sèche ses cheveux depuis trois jours
mais ses omoplates sont une jolie corbeille
pour le fruit en plomb
que je lui envoie à travers la porte
un bouquet d'échardes en prime.

Il est finalement l'heure de faire un peu de mathématiques
avec ce judicieux barillet
qui ne parle pas pour rien dire.

Il reste deux balles
à ce que je constate
plus le chien métallique
que mon pouce masturbe
de son empreinte génétique
et sûr que le commissaire
tirera des plans sur la comète
mais quoi de plus normal
et ça lui coûtera l'avant-dernière
de mes fines aventurières
ce qui est la moindre des choses
pour ce moindre mâle.

Ensuite,
mon regard va chercher un peu les embrouilles
au type qui me fixe dans le centre du miroir
et le plus trouillard des deux
va saisir le révolver
posé sur l'étagère
encore tout chaud de cette histoire
et tirer à bout portant
sur le gars qui...BOUM !!!


 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22079 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 26 avr 2013 à 11:32
Modifié:  26 avr 2013 à 11:32 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Il passe un film a la télévision
sans queue ni tête
je n'ai jamais fait la tête
j'ai trop souvent fait la queue
devant cette télévision


Une sorte de poème à la Tarantino…
Gare aux balles perdues (et aux petits bals perdus)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 26 avr 2013 à 14:07 Citer     Aller en bas de page

Deux témoins.... embarrassant tout ça.
Je vais devoir vous supprimer.

mandrinmodern.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22079 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 26 avr 2013 à 14:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de mandrinmodern
Deux témoins.... embarrassant tout ça.
Je vais devoir vous supprimer.

mandrinmodern.



Pitié !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 26 avr 2013 à 17:11 Citer     Aller en bas de page

Trois témoins et plus une balle !
me reste que la cavale.
a moins que je trouve le moyen de vous forcer a vous entre tuer...

mandrinmodern

 
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
15 février
  Publié: 26 avr 2013 à 18:13 Citer     Aller en bas de page



Grandiose !

  Vers Cassés
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 29 avr 2013 à 04:04 Citer     Aller en bas de page

Y a un hic, 1925 ?

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17733 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 septembre
  Publié: 29 avr 2013 à 15:20 Citer     Aller en bas de page

Une folie captivante ! Un polar a lui tout seul

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 1er mai 2013 à 15:43 Citer     Aller en bas de page

J'ai pas les moyens de me payer Belmondo ni Scorcèse.
Juste un stylo.
Alors je bricole du huit clos !

jérôme

 
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
3940 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 2 mai 2013 à 00:53
Modifié:  2 mai 2013 à 00:54 par ballandine
Citer     Aller en bas de page








J'en aurais bien mis trois...mais j'ai peur d'être mutante....

Extra ! Extra....presque "jouissif"

  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 2 mai 2013 à 13:14 Citer     Aller en bas de page

Mais jouir a toujours été une approximation d'autre chose, de toute façon.

mandrinmoden, vulvovologue rayé du barreau

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 713
Réponses: 10
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0731] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.