Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 26
13210 membres inscrits

Montréal: 22 sept 00:24:05
Paris: 22 sept 06:24:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Tueur sans série. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 19 mai 2013 à 13:27
Modifié:  20 mai 2013 à 04:15 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Lorsque le petit cabriolet
passa sur le pont de brooklyn,
elle passa sa main dans ses cheveux
et le soleil tatoua furtivement un endroit de sa gorge
(très accueillant pour un couteau)
d'une virgule pourpre
et un avion surplombant la grande île chromé
emporta ma valise
et un morceau de tarte aux pommes entamé
dans la poche de mon manteau...

À l'autre bout de la terre
un poème en mandarin
était lu par un écolier.
Ce poème parlait d'une forêt
et d'un enfant indien
dévoré par un tigre
qui se transforma en soleil couchant.

Encore plus loin
sur un cheval immobile
un jeune homme appelé Nacho
regardait un serpent enroulé sur une pierre
comme si la mort dormait
et il se souvint de son père
tenant le même serpent dans sa main
et lui récitant un poème
où le soleil s'allongeait sur la colline
vêtu d'une peau de tigre
qui semblait saigner l'horizon.

Nous sommes arrivés à un motel
elle a laissé tomber ses vêtements
et prit une douche
je l'ai vu m'écarquiller les yeux
involontairement
sous l'eau brûlante
et j'ai regardé l'heure
car il me semblait étrange
de voir autant d'ombres à ce moment du jour
mais ces ombres sortaient de moi
comme toujours
et lorsqu'elle est sortie de la salle de bain
comme du lilas sortant d'un torrent
dans ce motel en Arizona
où en plein cœur du Buch
j'avais mes deux mains sur le volant
et l'allume cigare planté dans l’œil
à moins que ce ne soit
toute ses visions brûlantes...

J'ai trouvé une station service
j'ai rempli le réservoir
et salué les trois millions de squelettes
qui pendaient des arbres
en claquant des dents.

Et le soleil s'est couché sur moi
tandis que j'avais la lune toute entière
coincée entre les dents.

 
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
70 poèmes Liste
2470 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
21 août
  Publié: 20 mai 2013 à 11:03 Citer     Aller en bas de page

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 21 mai 2013 à 10:27 Citer     Aller en bas de page

Salut chevalier.
Que scintille ton armure
que ruisselle ta liqueur
en chaque endroit soit sûr
qu'une reine la pleure...

 
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
70 poèmes Liste
2470 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
21 août
  Publié: 21 mai 2013 à 17:17 Citer     Aller en bas de page

ah si c'était le cas... et si les reines étaient vraiment des reines, hélas l'ancien temps les a toutes ternies.
Je ne sais moi même s'il y a encore des miettes.

Cela dit j'ai lu aussi les 2 autres derniers postés et j'aurais pu aussi mettre un à chacun.
J'aime cette poésie déconfiture.

A bientôt

Bises

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 515
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0228] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.