Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 188
Invisible : 1
Total : 192
· Rosbox · BENTLYES · ori
13150 membres inscrits

Montréal: 31 mars 14:45:10
Paris: 31 mars 20:45:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: La maison du giron Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin 2019
  Publié: 17 juin 2013 à 17:48
Modifié:  18 juin 2013 à 05:52 par Jeanne
Citer     Aller en bas de page





La maison du giron


L’escalier a craqué, cette fois pour un adieu.
En retirant la clé, j’ai pensé :
Retourne-toi, c’est mieux.

Ils sont là tous les deux, je les vois, c’est leur lieu.
La maison du giron s’est vidée,
Elle a pris froid, comme eux.

Parfumées, les lavandes sont là, toujours belles.
Au dehors, les cyprès d’autrefois
Ont défié le ciel.

Des barrières aujourd’hui font la ronde alentour,
L’étranger n’entre plus qu’à pattes de velours.
Il restera fidèle.



 
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
26 janvier
  Publié: 17 juin 2013 à 17:56 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup... Un très beau poème où tout ce qui doit être dit est admirablement décrit en métaphore... Une très belle lecture... Vraiment et sincèrement, je trouve ce poème excellent... (Favori)
C&C

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
25 février 2019
  Publié: 17 juin 2013 à 18:45 Citer     Aller en bas de page



Quelle élégante poésie !!

Je suis admirateur Blottie !!

  Vers Cassés
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
704 poèmes Liste
15011 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 18 juin 2013 à 00:20 Citer     Aller en bas de page




Un instant de nostalgie ben ciselé ...
Merci Blotttie






Gala

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sidonie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3768 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 18 juin 2013 à 01:42
Modifié:  19 juin 2013 à 01:12 par Sidonie
Citer     Aller en bas de page

C’est très émouvant, Blottie.
Cette maison-giron-bonheur, quand on l’a quittée, ou quand on lui dit adieu, comme dans tes tercets si touchants..
plus ou moins tôt, plus ou moins forcée par les événements, on ne l’oublie jamais. Comme on n’oublie jamais le souvenir de ceux qui ont vécus là … et notre enfance.
« Ils sont là, tous les deux »
C’est quelque chose qui m’est tellement sensible que je ne n’ai jamais pu écrire sur eux…Mon père et ma mère..
J’aurai aimé pouvoir le faire, comme tu l’as écrit, là… tout en tendresse et délicatesse... Pour cette raison, je vais le garder.
Merci

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
5302 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 18 juin 2013 à 03:14 Citer     Aller en bas de page

De la dentelle de nostalgie pour coeur à crochets.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
436 poèmes Liste
13811 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 18 juin 2013 à 05:22 Citer     Aller en bas de page

C'est bon de te relire chère Blottie...et ce poème tout en retenue me plaît.

 
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
148 poèmes Liste
3612 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 18 juin 2013 à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Chère Blottie,
Quelle beau poème tout en émotions et délicatesse !
Je la vois cette maison, qui reste, après ses occupants partis pour un monde meilleur, emblème de la vie, de la joie et du bonheur qui y ont régné.
Les fleurs adoucissent la tristesse décente qui émane de tes mots.
Bravo, j'aurais aimé pouvoir voir la perte d'un être cher à travers tes yeux.
Amitiés.
Emmeline.

  la vida son dos dias...vivelos !
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16125 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 19 juin 2013 à 02:09 Citer     Aller en bas de page

J'aime comme tu écris, vraiment.

des

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin 2019
  Publié: 19 juin 2013 à 16:35
Modifié:  19 juin 2013 à 17:09 par Jeanne
Citer     Aller en bas de page

Chris, vers cassés, Lilia, Sidonie, Lacase, Magali, Emmeline,

Qu'il est bon de revenir parmi vous ! Les contraintes professionnelles m'avaient quelques temps éloignée et nos échanges me manquaient. Merci d'être encore là pour me lire et pour ces mots délicats qui me font tant de bien.
Il m'a fallu du temps pour pouvoir écrire sur cette maison, et puis ce geste de fermer la porte une dernière fois m'est revenu par hasard (mais est-ce bien un hasard ?) et avec lui les souvenirs que j'ai laissés là-bas. Pourtant, pour reprendre l'expression de Simone Signoret, "la nostalgie n'est plus ce qu'elle était", et je peux aujourd'hui regarder cette maison drômoise en face sans être submergée par l'émotion, voir les lavandes et les cyprès qui y ont poussé, les travaux qui l'ont mise en valeur sans en être affectée, même si le panneau "défense d'entrer" mis en évidence fait un pincement au cœur. Sans "eux", sans leur présence à l'intérieur, elle n'est plus la même, elle n'a plus de sens au fond.
Nos souvenirs sont gravés quoi qu'il en soit et les murs ne nous rendront pas ceux qui les ont quittés. Ils seront désormais dans toutes les lavandes, dans tous les cyprès rencontrés deci-delà...
Merci encore à vous d'être là,
Amitiés
Blottie

 
Ludothum.


A ceux qui ont tout entendu en me lisant, que plus rien ne soit dit en silence...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
806 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2012
Dernière connexion
11 décembre 2014
  Publié: 20 juin 2013 à 03:11 Citer     Aller en bas de page

C'est une très belle poésie, où on se délecte des mots si bien apposés... Merci.
Amitiés,
Ludo.

  Ludothum.
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin 2019
  Publié: 20 juin 2013 à 06:42 Citer     Aller en bas de page

Guido, Ludothum,
Merci à vous. Contente qu'il vous ai plu.
Bien cordialement

Blottie

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
472 poèmes Liste
22498 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 20 juin 2013 à 10:55 Citer     Aller en bas de page

Une délicate poésie, des vers qui ne manquent pas de nostalgie et qui me font me souvenir à moi aussi d'une certaine maison....Merci pour ce merveilleux poème
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
3361 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 décembre 2019
  Publié: 22 juin 2013 à 13:50
Modifié:  22 juin 2013 à 13:51 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Tendre dédicace à ce qui n'est peut-être plus "matériellement" mais qui restera...dans ton "giron". Une maison comme un berceau...
(Et puisque nous en sommes aux "presque confidence", je pense à un certain château...)

Bises

Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Lily.H


Macadam Lily
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
2673 commentaires
Membre depuis
27 juin 2006
Dernière connexion
16 mars
  Publié: 22 juin 2013 à 16:02 Citer     Aller en bas de page

Citation de Blottie

Ils sont là tous les deux, je les vois, c’est leur lieu.
La maison du giron s’est vidée,
Elle a pris froid, comme eux.



Merci pour la lecture.

  Ava
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin 2019
  Publié: 24 juin 2013 à 20:01 Citer     Aller en bas de page

Ode,
Merci d'être à nouveau là à me lire et à commenter. Oui, nous avons tous, je crois, cette maison du souvenir sur laquelle il semble que nous projetions tous les bonheurs perdus... et dont notre mémoire garde l'éclat. Si mon poème a pu raviver en toi cette image, alors, j'en suis ravie.
Amitiés

Riagal,
Château ou masure, ce qu'on y laisse est immatériel en effet... c'est le domaine du souvenir revisité, ce d'où l'on vient, ce que nous étions et ce que nous en avons fait tout à la fois. Ces lieux ne sont jamais sans remuer toutes ces questions...
Merci d'avoir pris le temps de poser ces quelques mots ici,
Amitiés

Lily,
Et merci à toi de ton passage et de ce petit mot.
Amitiés


Blottie

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1425
Réponses: 15
Réponses uniques: 13
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

La Chute du roi (Autres)
Auteur : Vers cassés
La terre est ronde ? (Autres)
Auteur : Marcel42
Double Fond - Laversill & Aude (Collectifs)
Auteur : Aude Doiderose
2008 (Amour)
Auteur : Aude Doiderose
Prendre la route. (Tristes)
Auteur : Ludothum.
Amour (Citations personnelles)
Auteur : Sybilla
Ma Muse (Amour)
Auteur : Guid'Ô
Arthur (Acrostiches)
Auteur : marchepascal
j'ai oublié de t'oublier (Amour)
Auteur : mido ben
Quand la nuit s'envole ... (Autres)
Auteur : Vers cassés
Je prendrais les armes (Autres)
Auteur : Celle qui rêve
La rousse incendiaire... (Loufoques)
Auteur : pyc
Amour Pivoine (Amour)
Auteur : cartouche
Loup solitaire (Tristes)
Auteur : Majestic
Requiem Pour Un Vieil Homme (Autres)
Auteur : KYRICE

 

 
Cette page a été générée en [0,0483] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.