Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 37
· Charlentoine
13088 membres inscrits

Montréal: 25 juin 04:14:47
Paris: 25 juin 10:14:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Guerre et Faits Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 18 juin 2013 à 15:55
Modifié:  25 juin 2013 à 15:20 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Pour le mot : liberté
Combien de génocides
Dans des guerres qu’encensent
Croyants, impies, athées
Commettant régicides
Par douloureuse usance

II nous faudrait mourir
Pour vivre notre fatum
A en croire ses tyrans
Président, Roi, Émir,
Fous auteurs de factum
A l’acre odeur de sang

Les prêcheurs mécréants
Envoyant à la guerre
Vieillards, enfants, adultes
En prêchant le néant
Je les voue en enfer
Qu’ils crèvent, pour que j’exulte

Mon Dieu, pourquoi faut il
Poussés par des satrapes
Que des hommes se tuent
Pour des raisons serviles
Des mobiles chausse-trappes
Ou des causes perdues

Défendre un bout de terre
Imposer une loi
Dicter sa religion
Pendant que sur la terre
Des hommes meurent de froid
Ou de malnutrition

Que faites-vous mes Dieux
Quand la mort à grands pas
Guidée par Le Malin
Aux soldats fait doux yeux.
Ils verront le trépas
Vous dieux, là seraient point

Puis au lever du jour
Sur un champ de malheur
La brume fera place
Aux rapaces, aux vautours
Et la mort en vainqueur
Dévoilera sa face

Mourir pour des idées
Dénonçait le poète
Se disant aussitôt
Pour moi c’est décidé
N’étant pas le prophète
Pourquoi mourir sitôt

Oh, hommes faites qu’un jour
Faisant fi des oracles
Au verbiage guerrier
Le monde soit amour
En portant au pinacle
Le bon sens oublié

Faisons le pour nos pères
Qui ont versé leur sang
Pour faire nos jours meilleurs
Mais de leurs cimetières
Ils constatent impuissants
Qu’ils ont peut être eu tort

"Il faut, il faudra sans cesse rappeler que cela fut" Henri BORLANT

  Le Kajoleur
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17631 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
23 juin
  Publié: 25 juin 2013 à 15:21 Citer     Aller en bas de page

J aime beaucoup la fin

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 26 juin 2013 à 03:53 Citer     Aller en bas de page

merci de ton regard, Bestiole, sachant que je ne comprend, toujours pas, comment nos n’arrivons pas à tirer les leçons du passé, pourtant encore proches, à l'échelle de l'humanité.
Vaste et bien triste débat
Amitiés

  Le Kajoleur
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 559
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0277] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.