Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 29
Invisible : 0
Total : 30
Équipe de gestion
· In Poésie
13205 membres inscrits

Montréal: 19 sept 05:14:40
Paris: 19 sept 11:14:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Paul erre dans la nuit polaire Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 28 juin 2013 à 10:14
Modifié:  28 juin 2013 à 10:23 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

PAUL ERRE DANS LA NUIT POLAIRE

Paul, pote à moi n’est pas Cambodgien mais méridional pur jus, grand amateur de pastis néant moins émérite pompier du feu, hélas en froid avec son boulot et surtout avec son chef de brigade qui lui reproche (entre autres) de jouer un peu trop avec le feu au cul de sa femme!
En changeant de trottoir Paul se dit qu’il ferait mieux de changer d’air, de métier, de pays, avec le réchauffement climatique, pourquoi-pas aller s’installer là haut dans le grand nord, après tout à Marseille, il habite bien les quartiers nord! Il pense avoir toutes les qualités requises pour se fondre même se confondre dans le décor: Armoire à glace qui n’a pas froid aux yeux et ça tombe à pic,
avec les gens, il n’a pas son pareil pour rompre la glace sans froid garder, sang chaud par contre…...
Bien sûr sa candide candidature au pot pôle emploi comme pompier en Laponie n’a pas fait long feu, sa mère a tout fait pour le dissuader de partir, combien de fois n’a t-il pas entendu le sempiternel refrain: Tu es saumon fils, l’ours blanc ne fera qu’une bouchée de toi, sa grand-mère aussi a tenté de l’en empêcher, Paul n’a pas laissé mamie faire.
Un matin Paul partit sans un mot, sans un regret, en tout cas pas celui d’avoir vendu à son chef de brigade, le double du prix du neuf, son rutilant frigo américain tout en inox brossé avec distributeur de glaçons et glace pilée incorporé.
Paul est plutôt cigale que fourmi, pour un gars du midi ça n’a rien d’antinomique, la vie dans le sud est si dispendieuse, serait-ce à cause de la chaleur, les fonds fondent comme neige au soleil.
L’arrivée de Paul aurait-elle jeté un froid, il fait moins quarante degrés Celsius, à croire que c’est bien ici à Nuuk(Dour) que le gla-gla sonne, le Nuuk plus ultra du froid extrême.
Incroyable comme des gens peuvent se faire des phocidés du grand nord; tenez, fraîchement arrivé en rennes à la capitale, Paul se rendit à la banque Ise, à peine avait-il déposé ses fonds qu’ils furent gelés sur le champ; ici c’est assez intéressant à observer comment l’argent se cache à l’eau, il ne fond pas comme ailleurs, ne font pas des petits non plus mais ça fait des siècles que l’état a décrété le gel des prix, le gel des terres, de tout en fait!
Prise par là, Nuuk a son charme, pas de surpopulation de lapons, pas Dour ni de trouble à Dour ni même de troubadours et encore moins d’or à Dour; aucune auto que des autochtones aux exquis mots, Paul à part quelques rudiments de morse n’y comprend goutte.
Trois mois déjà que Paul erre dans la nuit polaire, en quête de sa bonne étoile, la belle qui a du mal à lui offrir un lit douillet, seul, lit vide, livide mais sans être à l’arctique de la mort, Paul qui n’a pourtant pas la main verte plutôt gelée( même son poil dans la main est gelé), se prend à rêver d’un petit lopin de glace où il pourra planter quelques marrons glacés. Il n’y a pas le feu, le jour ne se lève que dans trois mois, Paul atout le temps de la trouver sa belle étoile dans ses nuits blanches. Extinction des feux pendant trois mois, quand on pense qu’en France, pour des petites coupures d’à peine une heure, des fonctionnaires à vif d’EDF se font presque lyncher.
Pour chasser l’éventuel ennui, Paul avait emmené dans un sac d’ado dadais quelques magazines et polars dont il raffole, hélas il n’a pu en lire que les pages de garde, les autres sont restées collées par le gel. N’ayant plus rien à lire et pour tuer le temps, Paul va souvent mater sur la jetée les fraîches morues dans les brancards ou écouter au loin les rires de baleines qui ont rencard, lui qui n’avait jamais pu se voir dans la glace, voilà qu’ici il passe des heures et des heures devant :
Oh mouroir mon beau mouroir Oh alouettes vous miroir sans thym ni romarin de label Provence!
Sur le plan démarches administratives, aucun souci par ici (Paris si!) ; pas un fonctionnaire zélé pour venir vérifier si l’édification de votre igloo respecte scrupuleusement le plan d’inoccupation des sols ou si vous avez payé la redevance télé, sur le plan démarche pure, c’est à croire que Paul a eu des ancêtres manchots car c’est la même démarche chaloupée un peu gauche.
Dès le début, pour être mieux intégré à la faune locale, Paul a tenu à s’habiller en costume traditionnel : Smoking noir à queue de pie fourrée et chemise blanche en peau de BB phoque,
ça lui donne un peu l’air conditionné, même l’air con tout court mais les conditions de clim à tics étant si sévères.
Nullement abattu juste un poil dépité, Paul se demande si c’est vrai ‘’ ces gens du nord qui ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors’’; il commence à se lasser de ne sucer que de la glace se disant qu’un peu de chaleur humaine ça ne serait pas vain, chaud réconfort, d’ailleurs sans être chauvin, ce n’est pas tant les glaçons qui lui manquent mais l’anis sûrement.
Il décide de prendre le morse par les cornes (je sais on dit le taureau par les cornes mais ça c’est dans le sud, dans le grand nord c’est le morse).
Justement, Paul amorce une vie nouvelle depuis qu’il s’est fabriqué un alambic au procédé plus qu’alambiqué: Il distille de l’urine de baleine mélangé à du sang macéré dans ses bras; au goût ce n’est pas vraiment de l’anis, pas tout à fait comme en terrasse à l’Estaque à Marseille, mais mélangé aux glaçons la ressemblance est si frappante qu’hier Paul s’est pris une cuite bien frappée avec ce constat rassurant, à oublier toutes vos misères: Le pipi de baleine du grand nord se rend aussi bien que l’anis du grand sud!
Une bonne chose n’arrivant jamais seule, Paul n’est plus seul, il a fait la connaissance d’un bandit, manchot quasi nomade mais bon maçon, excellent bâtisseur d’igloos. En échange de son pipi de baleine, le manchot lui a construit (sans permis) un joli igloo tout blanc, le manchot lui-même fait office de pompe à chaleur, on ne peut pas dire qu’il soit pédé comme un phoque mais plutôt gai comme un pinson. Il faut les voir ces deux là comme cul et chemise, de nuit comme de jour (puisqu’il fait toujours nuit!) à tomber la chemise et allumer le feu à l’igloo, à se rouler des patins à glace, bonté divine, c’est si chaud qu’on se croirait bien au show ‘’Holiday on ice’’, s’ils continuent, l’un d’eux va finir avec un bec de lièvre.
Paul fait le feu de tout boit et glou igloo et glou, il est des no ..o…treuh, il a bu……………….
Inuit câline Inuit d’amour, comme ici la nuit dure trois mois je ne vous dis pas dans quel état ils vont être à la fonte des glaces, pendant tout ce temps là, le chien du manchot traineau bar!
A noter quand même qu’il a fallu qu’il débarque au pôle pour que Paul se découvre des tendances bipolaires médisons plutôt qu’il est comme le bateau ivre, à voile et à vapeur.
Gardons-nous de juger, relatives, visons un peu mieux ses nuits torrides, à moins d’être maître-glacier, même en ayant le sang chaud, ce n’est pas évident de se faire encorner de glace, pas facile d’avoir le feu au cul au sol avec -40°degrés ou de force avec popole toujours recroquevillé au fond du pantalon. Si encore Paul avait été un morse avec son oosik*(un os pénien de 60cms), il n’aurait plus ce genre de problème. Heureusement que le bon dieu n’a pas affublé l’homme d’un os si pro éminent, surtout si on l’accueille à froid, avouez que le cas contraire la sodomie n’aurait jamais fait de vieux os sur notre belle terre!
Merci petit Jésus, dis-le à ton papa qu’il a bien fait de ne pas nous faire un pénis en os surtout que de nos jours avec le viagra……….ça ne se justifierait plus, tout ça donne si froid dans le dos qu’il vaudrait mieux trépasser à autre chose!
N’allez pas croire que Paul a peur de se prendre une calotte glaciaire en pleine tronche, les calottes, il connaît trop bien pour en avoir ramassées à la pelle depuis son plus jeune âge.
Ici dans le grand nord pas de pastis, de ‘’père Duval à la calotte chantante’’ tout au plus des phoques moines mais pas dévots marins et qui n’ont aucune velléité à vous convertir à leur religion aux mœurs plus que blizzard. De calottes l’ex pompier n’en a cure, sa peur la plus grande serait de se retrouver nez à nez avec un ours mal léché par sa femelle à qui la bagatelle pendant ses ours ne fait ni chaud ni froid, les règles élémentaires ne dictent-elles pas qu’il ne faut pas vendre la peau d’mémé avant de l’avoir tirée. Heureusement pour Paul, la seule fois qu’il aperçut un ours blanc, celui-ci était bien trop pressé d’emmener sa dulcinée matrone en lune de miel à………………. ……………………………………………………au lit wood.
Comme quoi dans le sud malgré les piquants, la pêche aux oursins est moins risquée que la chasse aux ours, sains ou pas du grand nord avec son froid pas épicé mais tout aussi piquant!
Trois mois plus tard, avec ce satané réchauffage de la planète et la dérive d’incontinents, l’iceberg des deux compères à la dérive au milieu de nulle part à des plombes du centre-ville, ceci fit dire au manchot, bandit mais filousophe : Si les icebergs étaient en fonte, au moins la fonte serait plus lente.
Dix ans ont passé, dix ans glandeur nature à peigner la girafe à longueur de journée, certes, il avait bien créé un cercle (bi) polaire de poètes genre Otarie’club quasiment tous disparus : Gérard de Narval, Gérard deux par dieu, De Villiers et même le Gérard de Coluche ; à se demander si ce fameux cercle fut polaire, bipolaire ou tout simplement vicieux.
Paul a décidé de regagner son sud, il se sent de plus en plus en froid avec le grand nord. Il repart avec de bonnes notions de gastronomie lapone : Tout lard du buffet froid, je crois que du côté de l’Estaque, il va faire forte impression avec ses bouchées à la renne-mer assez zonée à l’huile de mauvaise foi de morue, le court bouillon d’otarie aux yeux de merlan frit trempés dans la graisse de phoque comme il ce d’oie.
La banquise ayant finalement fondue, Paul récupéra ses fonds avant de quitter Nuuk.
Purée ce matin sur Marseille, il fait un mistral à décorner un morse, un froid de canard à ne pas mettre un chien voire un marseillais dehors. On est à la mi-décembre et l’ami Paul ronronne comme à mi-août. Simplement vêtu de son marcel à l’effigie de l’OM, il déambule lance à la cantonade que le printemps est revenu, va rejoindre des potes au bar Jo.
Dixit Jojo le tenancier, Paul aurait pris de l’étoffe cérébrale pendant sa villégiature dans le grand nord, jugez-vous-mêmes, Paul aurait dit: Vous ne voyez de moi que quand je veux bien émerger mais un jour vous aurez la chance de découvrir mes parties immergées!
(Immergées dans le pastis, peut-être ?) Je ne sais pas si c’est con, génital ou si on peut encore parler de troubles bipolaires ou de troubles éthyliques, Paul s’idendifiant à un iceberg, je penche plutôt pour un dédoublement de personne alitée, le comble ça serait qu’il rencontre la petite Annick!
Sur le quai du vieux port tout illuminé de guirlandes et lampions, un père noël vient à passer,
Ça met Paul hors de lui: C’est un faux, un faux, info père noël : Le vrai, moi je l’ai vu là-bas dans le grand nord, il se faisait tirer par des rennes au igloo, igloo et glou et glou……………………………………
Jojo la même chose, c’est ma tournée !
Sans être nullement terrassé par le stress malgré des mois à glander en terrasses du côté de l’Estaque, Paul se décide à rendre une petite visite de courtoisie à ses ‘’potes’’ de manque de pot pôle emploi qui lui dénichent facilement, compte tenu de son expérience glaciaire, une place de maître glacier à Tahiti, fini tous ces pingouins, manchots, allez phoque you all, I have nothing Toulouse nor Marseille to win, fini tous ces pingouins, à lui les vahinés et leur tiaré en fleur.
La seule chose qui le rend un peu chagrin de folie c’est qu’il va falloir qu’il se rachète, bien sûr une conduite mais surtout un frigo américain avec distributeur de glaçons et glace pilée et une grande glacière pour les oursins. Loin des bistrots pic à glace du grand nord Paul espère qu’au moins ses maigres fonds ne fondront pas trop sous le soleil des tropiques.



*oosik : je précise pour certaines qui semblent intéressées l’oosik est bien un os mais sans moelle.

PS : Paul a réussi à revendre ses secrets de fabrication de son infect breuvage de pipi d’baleine à la société Ricard (j’en ris car tout est mâle qui finit bien).


JCE Tianjin 22/06/2013(brut de décoffrage)

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 29 juin 2013 à 00:27 Citer     Aller en bas de page

Devos aurait apprécié...Desproges aurait souri...et moi qui ai lu jusqu'à l'"oosik", je ne suis pas déçu.
Il n'y a pas un mot qui ne soit travaillé, pesé mais cela ne se sent pas. C'est la raison pour laquelle ce texte est abouti. Il y a de la substance (de la moelle), des idées en percussions...l'oosik est juteux sous l'apparence de légèreté. Sous la banquise, il y a cette réflexion, ces cristaux qui donnent à réfléchir. Et si en plus on s'amuse, je dirai que c'est gagné mon JC.

(inutile de développer davantage...et puis "tic-tac...")

Affectueusement...
Raga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8618 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 29 juin 2013 à 03:18 Citer     Aller en bas de page

Un texte qui m'a bien fait rire. Drôle jusqu'au bout des oosiks.
Trop fort d'un bout à l'autre. On commence, c'est captivant mot après mot. Chapo !
Catherine

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 29 juin 2013 à 05:28 Citer     Aller en bas de page

Raga, me voilà en bien belle compagnie avec les noms que tu as cités.
Bien sûr j'apprécie qu'on me lise, mais par dessus tout j'apprécie ceux qui font le petit effort de lire entre les lignes et tu es de ceux là.
Oui, oui c'est gagné, puisque tu t'es bien amusé, pour moi l'écriture c'est d'abord ça, m'amuser avec mes propres jeux si en plus d'autres suivent,
c'est le pied! merci Raga, à la prochaine.

Cat, Je suis bien content que tu aies pu aller jusqu'au bout de cette expédition polaire sans t'enrhumer
la bise à vous deux
JC

 
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 29 juin 2013 à 19:53 Citer     Aller en bas de page

IMBATTABLE !!....... Et j'ai tout lu... En plusieurs apnées..

Bah moi, je connais un ami maghrébin... Il est le seul maghrébin qui est allé au Groenland à la nage...

C&C

PS ; Tu connais l'histoie du Pakistanais né en Chine ...

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 29 juin 2013 à 22:00 Citer     Aller en bas de page

Oh, oh méfiance là ça sent l'entour loupe ou la contrepèterie à plein nez
hihihi un Maghrébin de mer alors .....pas un magret de canard quoi!
Je comprends bien qu'il soit en nage à l'arrivée au Groenland! Euh t'es sûr que c'est à la nage, moi j'avais lu l'article de presse il disait au Groenland en chameau euhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Bon pour le pakistanais né en Chine, j'attends la réponse , mon ptit cerveau mono neuronal n'a pas que ça à foutre!

 
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 30 juin 2013 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

Je pouvais pas le manquer celui-ci !
Déjanté à souhait, j'ai bien ri
aux allusions (j'ai adoré : à voile et à vapeur) et jeux de mots..
Bravo
(après on dira qu'on exagère... mais pas du tout)

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 30 juin 2013 à 08:12 Citer     Aller en bas de page

Je suis d'accord Sidonie, tu ne pouvais pas le manquer celui là, enfin j'espère que ce Paul bien que de l'Estaque n'est pas de ta famille car il en tient une couche un peu beaucoup, non, en plus je dis que c'est mon pote!
Non pas du tout on n'exagère pas du tout, mais s'il le faut on va pas s'gêner pour exagérer, non plus!!
Je ne peux être que ravi de savoir que tu as ri, c'est plus mieux que de faire pleurer, non!
bisoux

 
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
3940 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 5 juil 2013 à 03:07 Citer     Aller en bas de page





Epoustouflant !

Quels mots ! Quel travail !

Et si c'est naturel..alors là,
Battue sur tous les plans de la syntaxe.....

Une jouissance de lecture....
qui prend l'esprit en vrai corps à corps !






  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 5 juil 2013 à 10:32 Citer     Aller en bas de page

m'enfin Ballandine tu dis '' quel travail'' si c'en était un, tu penses bien que pèpère, il y a longtemps qu'íl aurait arrêté d'écrire
En tout pas peu fier de faire jouir une femme rien que par la lecture
un vrai corps accore ça c'est vrai
merci à toi

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
420 poèmes Liste
13420 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 6 juil 2013 à 06:06 Citer     Aller en bas de page

Avec une si belle répartie, je me méfie un peu de la façon dont mon commentaire sera interprété .
Je vais juste dire que j'ai passé un bon moment (ni trop long, ni trop court), et que j'en redemande.

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 10 juil 2013 à 01:27 Citer     Aller en bas de page

Meuh non Laversill très peu pour moi les prix d'interprétation juste que je cherche le moindre prétexte pour jouer et tu te doutes bien que j'en trouve toujours un même s'il faut être un peu de mauvaise foi!
m'enfin là je n' ai pas eu besoin d'in venter hein mais avoue qu'avec ton ni trop long ni trop court, tu me tends la perche
Merci d'être passé

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 12 déc 2013 à 10:09 Citer     Aller en bas de page



Bonjour rimarien,

Voici ma seconde lecture de ton texte et en apnée me suis trouvée plongée dans cette glace de la banquise à Nuuk et cet igloo cherchant ta belle étoile à t'enivrer de cette alcool concocté du bi...polaire retournant dans le sud avant son prochain départ...
Un voyage de l'oosik plein d'humour très structuré en métaphores qui m'a bien amusée...
Merci pour ce partage et ce sourire...



Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 10 jan 2014 à 06:10 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ta visite au pôle Sybilla, je ne pense pas que tu ais pu attraper froid, en général mes conneries ça réchauffent bien!
Bonne année 2014
JC

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3411
Réponses: 13
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0436] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.