Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 60
Invisible : 0
Total : 63
· Elisa · aigredoux · Ashimati
13121 membres inscrits

Montréal: 23 avr 12:24:58
Paris: 23 avr 18:24:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Lie-moi les lignes de la main. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 5 août 2013 à 12:17
Modifié:  10 août 2013 à 02:34 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

Sa première pensée est clitoridienne,

Le soleil matinal éjacule
sur ses pâles perfections
son jus tiède de persienne tranchée,

Elle a un rêve mort enroulé à sa cheville
la cendre y était le parfum d'un baiser
comme de bien entendu
mais personne n'écoute,

elle porte une petite culotte avec des cerises
et le noyau de sa glotte
hulule comme le fruit des fendues,

Ensuite
elle s'étire un peu,
élégante,
un cygne plein de vertèbres qui craquent
sur un étang de soie
et elle prend une décision
et une douche
et cette décision la décide pour de bon,

alors elle enfile son tailleur de "hip hip hip hourra !"
des champs de lavande poussent
sur sa peau démente,

elle trouve une harpe dans ses cheveux
devant le miroir
et joue un peu une mélodie coquette et délurée
puis elle pose le sang d'un coquelicot
sur chacune de ses lèvres
regarde ses seins dans les yeux
qui en ont vu d'autres
et se contente d'en être satisfaite,

puis elle glisse son téléphone portable
dans l'anus en cuir d'un caïman
qui pendouille à son avant-bras
et appelle un taxi, par son prénom,
un samouraï urbain décontracté
qui la ramène chez elle
me laissant deviner si elle prend la pilule,

la tête trônant entre mes mains jointes
à l'abri de ma nuque
alors que j'essaye en vain de me souvenir du nom
qu'elle a même pas eu le temps de me donner
je me dis que la vie est belle
en m’enfonçant tout doucement dans l'oreiller
en crachant un noyau de cerise
à la gueule d'une ampoule
qui ne pense qu'à briller...

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
727 poèmes Liste
21602 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 avril
  Publié: 6 août 2013 à 06:51 Citer     Aller en bas de page

plein de trouvailles dans ce texte charmant

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 6 août 2013 à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Ode, ta première pensée est clitoridienne, avoue !
Heak, commet vas tu ?
Moi j'ai la grippe au mois d'Août, un pur tocard.
Je vais donc me coucher avec ma bouillotte de 75cl....

 
arsin0e


Les mots sont des dons à passer
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
316 commentaires
Membre depuis
10 février 2010
Dernière connexion
26 décembre 2018
  Publié: 7 août 2013 à 09:02
Modifié:  7 août 2013 à 09:03 par arsin0e
Citer     Aller en bas de page

Bonjour mandrinmodern

De mon regard je tâte
Cet incarnat free-sons
Dans la satisfaction
J'ai mes yeux comme chatte
qui pisse dans le son...

Bon rétablissement prompt
Baisers.arsin0e

  VIVANTE
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 7 août 2013 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

Laisse tes yeux miauler, comme dirait sonny crockett !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 657
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0289] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.