Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 486
Invisible : 1
Total : 488
· Lafleurquirime
13162 membres inscrits

Montréal: 28 mai 10:57:21
Paris: 28 mai 16:57:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Pamphlet Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
JYL


Fais ce qui te semble juste et tu te sentiras libre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
122 poèmes Liste
777 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 22 sept 2013 à 04:24 Citer     Aller en bas de page

La conscience

(les 68 vers revisités, pour ceux qui ont lu Victor Hugo)


Lorsque enfin président, se prétendant normal,
Joyeux, les yeux tous ronds et la mine joviale,
Il fut alors l'élu de notre beau Pays,
Par la majorité qui n'avait rien compris.
La fête fut de taille, avec son allégresse,
Occultant l'avenir, qui deviendra tristesse,
Mais si haute en couleur de drapeaux étrangers,
Que notre pauvre France se sentie insultée.
Ainsi les jours passèrent, et de sombres nuages
Firent assombrir les cieux, par un mauvais présage.
La foudre vint frapper l’avion présidentiel ;
Comme un signe des Dieux, un message du ciel.
« Fi des superstitions, Qu’importe que Nenni !
J’ai autre chose à faire, m’occuper du Mali »
Pensa-t-il pendant que son peuple souffrait.
Sa pseudo-concubine, d’un regard approuvait.
Les chômeurs, les nantis, pouvaient bien patienter,
Tant que les travailleurs seraient là pour payer.
« D’ailleurs je suis le seul ayant tant de ministres
Quand bien même entouré, de ces incultes cuistres;
Prétendus moins payés, mais ils sont plus nombreux,
Peu m’importe le peuple n’y verra que du feu ».
Certes les clairvoyants ont tout à fait compris
Que le sort des français fut son dernier souci.
« Je suis trop conforté par mon prédécesseur
Qui au cœur de l’euro avait placé son cœur.
J’ai repris le flambeau, sous des airs socialistes
Pour noyer le poisson, mais idem est la liste.
Allant jusqu’à user de la même syntaxe
Pour justifier ainsi de ces nouvelles taxes.
J’accorde quelques miettes aux amis écolos
En caressant les plumes de leurs gentils oiseaux.
Sans doute leur élan est plus que légitime.
Mais à quel gogo ferai-je payer la dîme ?
Leurs saugrenues idées ne rapporteraient rien
Aux caisses de l’état ce qui serait malsain ».
Yeux ouverts les français observaient patiemment.
Eux qui ne croyaient point au fameux changement,
Aux promesses facétieuses d’une utopique Europe
Le regard objectif autant que nyctalope.
Certains se demandaient en croisant dans la rue
Lequel de ces passants était alors cocu
D’avoir eut fait confiance à cette incompétence
Fautif de n’en avoir, bien avant pris conscience ;
Lorsqu’ils eurent déposé leur bulletin dans l’urne
Ceux là même, en ce jour qui s’en mordait les burnes.
Le grand Charles qui lui connaissait la musique,
Eut dit ce sont des veaux, oubliant : Amnésiques.
Tandis que Président la cravate de travers
Conduisait le bon peuple vers un peu plus d’austère
Acculant davantage vers la dette profonde
Ces ouailles déplumées, les poussant à la fronde.
Usant allègrement de son pouvoir fiscal.
Saignant le citoyen sans entendre ses râles.
A l’instar des seigneurs qui par des temps jadis
Faisaient payer les gueux, s’emplissant le calice
Auriez-vous chers Gaulois avalé vos racines ?
Restants les bras croisées attendant in-fine
De poser un genou en guise de soumission,
Sur notre terre de France, sans une rébellion.
Ou savez-vous encore, même pacifiquement
Exprimer, révoltés ce mécontentement.
Que de cet œil rebelle s’exprime la pensée
De notre peuple fier que l’on veut bâillonner.
De ce coq gaulois on veut couper les ailes,
C’est ce que l’on espère du côté de Bruxelles.
Français écoutez bien les pleurs et les cris,
Réagissez enfin ! Âmes de la patrie.


JYL

Copyright n° 51268

  Jean-Yves
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
483 poèmes Liste
22864 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 22 sept 2013 à 05:02
Modifié:  22 sept 2013 à 13:00 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Un texte pamphlétaire à mettre dans " opinion "
Le pauvre coq gaulois, on ne lui a pas seulement coupé les ailes, des taxes on en a plein, c'est pire que la gabelle cet impôt sur le sel tout ce que tu écris, c'est vraiment le pompon ( j'approuve ) et on va tous finir comme le pauvre chapon.
Si la France n'était pas dans une situation autant dramatique, on pourrait en écrire un loufoque,
mais c'est triste à pleurer...Il y a des situations dramatiques qui poussent au suicide.
On va dans des pays ou il y a des intérêts...Faut pas rêver, et il y a tant à dire sur tous les politiques, et ceux qui cumulent les mandats, les emplois a t-on besoin de tous ces députés ? et il y en a pléthore pendant que le pauvre smicard se ronge les poings.
La France s'en va en guerre toute seule et n'est même pas invitée par les deux autres...De quoi on a l'air...Y' a tant à dire sur tout même si je sais bien que c'est difficile de gérer un pays
Bien amicalement ODE 31 - 17
En ce qui concerne Victor Hugo, j'ai écrit moi aussi un pamphlet parallèle à ses écrits et je le mettrai prochainement dans opinion
J'ai de nombreuses craintes pour l'avenir de notre jeunesse

  OM
Baptiste

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
509 commentaires
Membre depuis
31 juillet 2005
Dernière connexion
19 février
  Publié: 22 sept 2013 à 05:32 Citer     Aller en bas de page

Cher JYL comme toi je fais parti des déçus, d'autant plus que malgré mon âge avancé, j'ai cru au fameux "changement" !!
A ce jour et à ce stade, je m'interroge beaucoup sur les véritables raisons de cet immobilisme,voire même démission par rapport aux promesses faites ? Serait-ce du à :
- le manque de connaissance de la situation réelle du pays avant son élection de mai 2012 ?
- son absence de courage pour vraiment faire payer les plus riches et non le peuple d'en-bas ?
- les pressions et résistances des nombreux lobbys : patronnat, toubibs, labos pharmaceutiques, banques, etc. ?
- l'absence de volonté politique pour agir et prendre les décisions pour l'intérêt général, sans tenir compte des résistances ?
Un peu de tout ça certainement et c'est bien regrettable !
Pour autant je n'adhèrerais jamais au camp d'en face qui ce complet dans le cynisme permanent et sa recherche systhèmatique pour servir les intérêts de la finances et des nantis et des leurs en 1er !
Bien cordialement,
Baptiste

  André BATIGNES
JYL


Fais ce qui te semble juste et tu te sentiras libre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
122 poèmes Liste
777 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 22 sept 2013 à 08:22
Modifié:  22 sept 2013 à 08:26 par JYL
Citer     Aller en bas de page

Ode merci pour ta lecture.

J'ai été soft et plein d'humour (sarcastique certes) dans mon écrit, il y a encore tant à dire... Je vais le déplacer dans la rubrique opinion si je trouve le mode d'emploi.

Baptiste,
Personnellement je ne suis pas déçu, car ce n'était pas mon choix, simplement un regard inquiet sur ce qu'il se passe et sur l'avenir pour les générations suivantes.

  Jean-Yves
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 611
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0327] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.