Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 218
Invisible : 0
Total : 219
· doux18
13143 membres inscrits

Montréal: 23 févr 06:38:32
Paris: 23 févr 12:38:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Le post-matérialisme est tout ce qui me reste Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
9 février
  Publié: 22 nov 2011 à 13:25
Modifié:  23 nov 2011 à 14:37 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Oh Limace!

Comme il est saltimbanque de penser à la mort tout le temps! Comme il est ambivalent de poser un foetus dans un bac de métal.. Ma miche, ma mie, ma croute et ma salive! Tous feront partie de moi. Comme peut-être j’ai fait partie de toi. J’ai beaucoup plus mal que tu crois. J’ai failli me prendre le métro dans la gueule.

Il y a quelque chose qui devrait m’aimer et qui n’est pas là.

Je viens de trouver un sachet de pot sur le plancher de la bibliothèque.

Tu m’avais dit qu’il n’y avait que moi.

Je vais aller le fumer.

Arrachez moi les yeux.

Avant que je n’arrache les vôtres.

Oeil pour oeil. Sang pour sang.



Non?

Trop tard.

Pensez à elle. Comme elle est belle. Pensez à elle. Et pensez à lui. Elle est si jolie. Maintenant pensez à elle, nue. Sur lui. Regardez la sourire et prendre les mains de lui, refermant ses doigts entre ses doigts, les prenant pour support. Pour qu’il glisse mieux sur ses lèvres. Elle se laisse tomber sur lui et l’embrasse dans un merveilleux soupir.

Oh ne t’enrage pas. Ça fait mal et c’est une opportunité. De contempler la douleur de près. De front. Sous microscope s’il le faut. Car il ne doit rien exister qui puisse vous faire faiblir. Les maudits, les réprouvés apprivoisent la douleur comme les petits princes apprivoisent les renards. Une fois qu’elle est entrée dans votre coeur, elle n’en sortira plus jamais.

Au début, j’ai eu mal. Et, ensuite, TOUTE MA COLÈRE! Et puis j’ai découvert comment rire d’un malade désespoir.


Et c’est ainsi que débutent les récits de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Et qui préféreraient mourir plutôt que laisser une fraction d’un nanomètre de plus de leur dignité à la vie. C’est ainsi que naissent les révolutionnaires. Quand je scande des slogans anarchistes je demande pourquoi elle ne veut plus rien savoir de moi. Quand j’écris Ni Dieu, Ni Maître en rouge sur les murs d’une église, j’écris réellement que je m’ennuie de toi. Chacun de mes crimes est un crime passionnel.

Ne me demande pas pourquoi j’ai choisi mes cibles. J’avais besoin de faire payer quelqu’un qui mérite de payer plus que toi. Alors lorsque tu me verras venir pour eux, vois moi venir pour toi dans chaque rêve de chaque nuit de chaque révolution. Espèce de petite arrogante, je m'ennuie de toi.

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
701 poèmes Liste
14962 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
23 février
  Publié: 22 nov 2011 à 17:14 Citer     Aller en bas de page

Ne me demande pas pourquoi j’ai choisi mes cibles. J’avais besoin de faire payer quelqu’un qui mérite de payer plus que toi. Alors lorsque tu me verras venir pour eux, vois moi venir pour toi dans chaque rêve de chaque nuit de chaque révolution. Espèce de petite arrogante, je m'ennuie de toi.

Du delirium ? de la rage bien posée ?
Sûrement je ne trouve pas de sérénité dans ton langage qui raconte mais qui est trop loin de mon expérience...
Je sors inquiète...

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
660 poèmes Liste
18604 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
23 février
  Publié: 23 nov 2011 à 14:43 Citer     Aller en bas de page

"Le post-matérialisme est tout ce qui me reste" ou comment pondre un texte qui n'est pas traduisible en d'autres mots que ceux dont il est composés... et dans le même ordre... qui plus est...

Tellement tendu entre les extrêmes... Impossible de te confier un ressenti tellement il est clairement confus.

(par contre... un "sachet de pot"... c'est quoi ? )

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
9 février
  Publié: 24 nov 2011 à 12:28 Citer     Aller en bas de page

Oh ne t'inquiètes pas trop Galatea! J'écris beaucoup par défoulement. Alors je suis extrême, mais sûrement mes réelles émotions ne vont pas jusqu'à ces hauteurs. En fin, pas toujours...

Elle m'a réellement fait mal cette fille. Et je n'arrive pas à me l'enlever de l'esprit. Et je me demande comment ça en est arrivé là. Et je la blâme alors qu'il faut sûrement que je me blâme aussi quelque part. Et bien d'autres trucs comme ça. Mais quand j'écris, ce n'est pas pour être rationnel...

C'est un cri de désespoir, mais la plupart du temps, je suis oké.

Et un merci particulier Tilou. C'est un grand compliment pour moi. Je ne sais pas quoi ajouter.. Une grande fierté.

Un sachet de pot est un petit sac de marijuana/cannabis. Rien de bien dangereux

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 708
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0254] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.