Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 762
Invisible : 0
Total : 762
13310 membres inscrits

Montréal: 2 juil 15:21:11
Paris: 2 juil 21:21:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: La mort Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
JVK

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
25 avril 2013
Dernière connexion
7 août 2017
  Publié: 2 jan 2014 à 02:42
Modifié:  3 jan 2014 à 06:40 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page



La mort,




J’entends son vacarme assourdissant,
J’avais oublié sa présence,
Guetter l’horloge, j’avais arrêté,
Je l’ai suppliée de m’accorder ne serait-ce un instant,
Elle ne m’a point entendue
Je sentis sa sève se déchaîner,
En moi, douleurs de couteaux
Je devenais son repas,
Je maudis ces chrysanthèmes qu’elle me tend,
D’un œil mouillé je la supplie,
Mes veines s’atrophient,
Je vois ces bourgeons épais sortir de terre,
Je tressaille non pas d’impatience,
Mais par l’épine qui transperce ma chair,
Elle me regarda, fossilisant mes entrailles,
Elle m’empoigna dans ma faiblesse,
Son silence me parla,
Les yeux éclaircis de noir,
Sans même une larme légère.
Elle m’engloutit en un éclair sous un parterre de fleurs.




JVK 10/2013

 
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
7522 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
29 juin
  Publié: 2 jan 2014 à 05:23 Citer     Aller en bas de page



Je sentis sa sève se déchaîner,
En moi, douleurs de couteaux
Mes veines s’atrophient,
Je vois ces bourgeons épais sortir de terre,
Je tressaille non pas d’impatience,
Mais par l’épine qui transperce ma chair,
Elle me regarda, fossilisant mes entrailles,
Elle m’engloutit en un éclair sous un parterre de fleurs.



Je trouve que c'est une très bonne idée ce scénario... Ouais !... Ces chrysanthèmes qui te pénètrent et déchirent ta chair... Tu aurais pu ajouter des détails où les racines sortent des orbites oculaires, éjectent les yeux, transpercent ton torse, il éclate, tous les boyaux s'écoulant à terre dans des flaques de sang visqueuses, épaisses... Enfin, tout un panel de poésie qui aurait pu rendre ce poème encore plus mortel...

KIWI

 
God bless you !...
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16417 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 2 jan 2014 à 09:39 Citer     Aller en bas de page

un texte qui sonne trop fort
la mort c'est un sujet sensible
que tu as réussie a traité

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
pouete
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
167 commentaires
Membre depuis
18 septembre 2013
Dernière connexion
3 janvier 2015
  Publié: 2 jan 2014 à 10:34
Modifié:  2 jan 2014 à 10:35 par pouete
Citer     Aller en bas de page

Ouaiii ça c'est génial
il me semble te l'avoir déjà dit
mais ça fait plaisir a relire
ça ma retourné dans ma pierre appartementale.lol
j'adore
bravo bravo

 
JVK

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
25 avril 2013
Dernière connexion
7 août 2017
  Publié: 6 jan 2014 à 20:55 Citer     Aller en bas de page

Cher Kiwi, mido ben, pouete, je vous remercie de votre passage à pas de velours ! En ce moment un peu prise je ne réponds que maintenant.
Oui Kiwi j'aurai pu faire plus sordide mais je voulais un court poème comme la mort s'est fatale !

 
Shaim


Prends soin de toi et de ta plume, et accouche sur papier tes envies, tes joies et ton amertume....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
3485 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2013
Dernière connexion
12 juillet 2018
  Publié: 6 jan 2014 à 21:35 Citer     Aller en bas de page

Citation de JVK
Cher Kiwi, mido ben, pouete, je vous remercie de votre passage à pas de velours ! En ce moment un peu prise je ne réponds que maintenant.
Oui Kiwi j'aurai pu faire plus sordide mais je voulais un court poème comme la mort s'est fatale !



Très bien écrit et bien que cela soit court,
tant que cela a été produit par la gemme de ta personne.

Sincèrement,

  Celui qui se se crée dans cette succession de moments donnés
JVK

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
25 avril 2013
Dernière connexion
7 août 2017
  Publié: 6 jan 2014 à 21:58 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ilizia Chaim

Citation de JVK
Cher Kiwi, mido ben, pouete, je vous remercie de votre passage à pas de velours ! En ce moment un peu prise je ne réponds que maintenant.
Oui Kiwi j'aurai pu faire plus sordide mais je voulais un court poème comme la mort s'est fatale !



Très bien écrit et bien que cela soit court,
tant que cela a été produit par la gemme de ta personne.

Sincèrement,



Je te remercie Ilizia pour ton commentaire, oui il vaut mieux une mort sèche et non agonisante !

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 8 jan 2014 à 21:08
Modifié:  8 jan 2014 à 21:10 par Sybilla
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir ma très chère amie JVK,

Un thème bien délicat que tu as abordé là JVK...
La mort à laquelle nul ne peut échapper tôt ou tard nous attend et nous guette à l'horizon de notre vie et si nous avons un peu de chance elle arrive sans prévenir sans maladie agonisante et nous emporte vers l'au-delà....la plus belle des fins que chacun espère ne pas partir dans la souffrance...
Ceux qui restent eux souffrent de l'absence... et si j'en parle, c'est en pensant à mon papa qui nous a quitté après huit longues années de maladie...
Un magnifique texte plein de mélancolie...


Je te souhaite une merveilleuse Année 2014 ainsi qu'à ton cher et tendre, beaucoup d'amour, de bonheur et tout plein de bonnes choses à vous deux que j'

Amitiés très sincères à vous deux

Sybilla


  Le rêve est le poumon de ma vie
JVK

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
25 avril 2013
Dernière connexion
7 août 2017
  Publié: 13 jan 2014 à 19:28 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla
Bonsoir ma très chère amie JVK,

Un thème bien délicat que tu as abordé là JVK...
La mort à laquelle nul ne peut échapper tôt ou tard nous attend et nous guette à l'horizon de notre vie et si nous avons un peu de chance elle arrive sans prévenir sans maladie agonisante et nous emporte vers l'au-delà....la plus belle des fins que chacun espère ne pas partir dans la souffrance...
Ceux qui restent eux souffrent de l'absence... et si j'en parle, c'est en pensant à mon papa qui nous a quitté après huit longues années de maladie...
Un magnifique texte plein de mélancolie...


Je te souhaite une merveilleuse Année 2014 ainsi qu'à ton cher et tendre, beaucoup d'amour, de bonheur et tout plein de bonnes choses à vous deux que j'

Amitiés très sincères à vous deux

Sybilla




Oui personne en échappent, chacun de nous y aura droit, la mort fait partie de la vie

Amitiés, et bonne année à toi aussi et tous ce que tu aimes

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 846
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,2177] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.