Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 37
Invisible : 0
Total : 43
· ODIN · Williams Student · Drôle d'oiseau · La Brune Colombe · Dame Po'M
Équipe de gestion
· Maschoune
13063 membres inscrits

Montréal: 21 jan 07:12:29
Paris: 21 jan 13:12:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Tout au bout ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
18 décembre 2018
  Publié: 18 juin 2008 à 21:15
Modifié:  3 avr 2014 à 18:16 par Octobre
Citer     Aller en bas de page


(crédit musical:Brian Eno)







Le train s’est arrêté pour nous
Dans un crissement de train en fer



Tout au bout !



Tout au bout d’une soif algébrique et violente

La faim a creusé des galeries parmi nous

Dans ce qui reste de nous



Entre ceux qui restent

La peau !



Tunnel à deux mille fuyant en silence

Les langues !

Cailloux tendus d’apnée

Lyophilisés par la métallurgie du doute et de la peur



Les os se tordent

Les mouches sont mortes

Les regards s’égarent et se perdent




Le train s’allonge

En un sanglot sans voix


Sur une voie sans issue


La vie !

Instant tanné

D’infinis points de suspension

Vers un destin raflé



La vie !


Maintenant j’en suis sûr

Le train s’est arrêté pour nous

Tout au bout !



Des portes de brume s’écartent dans la nuit



Dans nos regards éteints
Des chiens étincellent de mâchoire




Il se commence ici
Quelque chose
Pour plus tard



Nous sommes

Nuit
Seuls

Fou s’y lance !




Nous sommes là

Encore


Encore et dérisoires



Il n’est ni tôt ni gare




Il neige sur l’avenir





Et nous sentons des cendres

Nous nous sentons des cendres

Jusqu’au bout


Et nous nous laissons faire

Nous nous laissons défaire

Et nous défaire de tout

Pour nous défaire de nous



Et tout devient de verre

Dans la chaleur du fer

Dans la chaux d’un genou


Et tout nous devient flou



Tout nous devient Si flou
...






Il neige un peu sur nous

Dans un autre univers



Il neige un peu d’hier


Il neige un peu de nous



Jusqu’au bout….











.. Ô ma vie…


ma vie…




Mémoire




Exraordinaire









 
Nullepart (Ailleurs)


Tiens..une fleur...je vous l'offre! Tiens...un sourire...je vous l'offre aussi!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
2749 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2013
  Publié: 18 juin 2008 à 21:20
Modifié:  18 juin 2008 à 21:20 par Nullepart (Ailleurs)
Citer     Aller en bas de page

Coup de coeur.
Coup au coeur.

Merci.

  Faut brosser ses dents!
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
29 mai 2018
  Publié: 19 juin 2008 à 02:33 Citer     Aller en bas de page

Oh.

( Je ne sais que dire, mais j'ai beaucoup, beaucoup aimé )

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23519 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
26 décembre 2018
  Publié: 19 juin 2008 à 04:25 Citer     Aller en bas de page

des souvenirs qui font encore et encore
les trains de la mort !

amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Naej

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
3513 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
9 février 2018
  Publié: 19 juin 2008 à 04:37 Citer     Aller en bas de page

"Le choc des mots, le poids des photos" et réciproquement...
Un choc au coeur et aux tripes aussi...
Je suis tombé asphyxié sur la photo de fin... et j'ai tout compris...

Quel texte !!!

  Carpe diem...
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 23 juin 2008 à 11:08 Citer     Aller en bas de page

Comme je ne connais rien à l'histoire de la France,mon commentaire n'aura rien à y voir...

Je te laisse plutôt la parole pour me dire mes morceaux préférés surtout que j'adore la musique qui l'accompagne !

La faim a creusé des galeries parmi nous

Dans ce qui reste de nous

[...]

Cailloux tendus d’apnée

Lyophilisés par la métallurgie du doute et de la peur

[­­­...]
Le train s’allonge

En un sanglot sans voix


Sur une voie sans issue

La vie !

Instant tanné

D’infinis points de suspension

Vers un destin raflé

[...]


Il n’est ni tôt ni gare

Il neige sur l’avenir

[...]

Et nous nous laissons faire

Nous nous laissons défaire

Et nous défaire de tout

Pour nous défaire de nous



Et tout devient de verre

Dans la chaleur du fer

Dans la chaux d’un genou


Et tout nous devient flou

[...]

Il neige un peu sur nous

Dans un autre univers



Il neige un peu d’hier


Il neige un peu de nous

Jusqu’au bout….


Chantal tendresse

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
pepsie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
431 commentaires
Membre depuis
9 octobre 2007
Dernière connexion
18 août 2014
  Publié: 23 juin 2008 à 15:13 Citer     Aller en bas de page


......SANS VOIX

 
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
18 décembre 2018
  Publié: 5 sept 2008 à 12:04 Citer     Aller en bas de page




La neige à laquelle il est fait référence est bien celle qui n'a jamais cessé de tomber depuis plus de 60 ans sur Birkenau...


Merci à tous.

 
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
18 décembre 2018
  Publié: 2 oct 2008 à 14:30 Citer     Aller en bas de page


Pensais avoir répondu..
Confus.

Merci.

 
moi, élo
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
262 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2007
Dernière connexion
5 septembre 2014
  Publié: 8 oct 2008 à 16:46 Citer     Aller en bas de page

j"aime énormément....confus confuse pétrification anéantissement de nos sensations tellement c'est vrai beau...pas de mots pour décrire mes sentiments....si ce ,n'est un réel bravo....continue...bisou élisabeth

 
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
18 décembre 2018
  Publié: 8 oct 2008 à 18:00 Citer     Aller en bas de page

Merci à Brian Eno...
et aux images.






et puis à toi
aussi

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
299 poèmes Liste
17414 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 13 oct 2008 à 03:20 Citer     Aller en bas de page

Petite bombe émotionnelle en ce matin d'Octobre ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Octobre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
828 commentaires
Membre depuis
26 avril 2008
Dernière connexion
18 décembre 2018
  Publié: 14 oct 2008 à 17:57 Citer     Aller en bas de page

alors un mot : merci





 
angel_18


la poèsie est un refuge où je me sens revivre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
879 commentaires
Membre depuis
27 janvier 2008
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 28 oct 2008 à 07:44 Citer     Aller en bas de page

Je suis très touchée par tes mots, vraiment j'ai rarement lue un si beau chef d'œuvre, quel talent incroyable ... Les mots, la musique, les photos, la mise en forme ...

Vraiment chapeau bas

Merci aussi pour eux, pour leurs mémoires, leurs souvenirs, leurs familles ...

Une pensée pour eux ...

Amicalement Angel_18

  Que ma plume vous apprenne ce que ma bouche ne peut vous dire et que mon coeur voudrait signer de son sang. Alfred de MUSSET
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
2946 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 23 juil 2016 à 23:29 Citer     Aller en bas de page

La plaine des bouleaux... au bout de la route sans retour.

Quel plaisir de lire ce beau texte de toi cher Octobre.

Il y a juste la distance qu'il faut, sans pathos. Merci.

Poétiquement, Toscano (In Poésie)

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2827
Réponses: 14
Réponses uniques: 11
Listes: 5 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Sans Diversions (Poèmes par thèmes)
Auteur : SélénaéLaLouveFéline
Suspendus, comme deux chemins croisés (Amour)
Auteur : Lily.H
mes scènes orientales (Autres)
Auteur : Vaayou
Symbiose (Autres)
Auteur : Lykan
Des mots du coeur. (Amour)
Auteur : okana
Sur de longs rouleaux blancs... (Amour)
Auteur : Mister O.
Je t'aime (c&c) (Amour)
Auteur : Bestiole
Te souviens-tu...alphonse Blaise .& galaad (Collectifs)
Auteur : Galaad
Aveux décousus (nullepart avec sa Rose ) (Collectifs)
Auteur : Nullepart (Ailleurs)
Abond'amants (Loufoques)
Auteur : J'oséphine
Antre-temps (Autres)
Auteur : Amandarine
A quoi tu penses? (Amour)
Auteur : Vaayou
Ses Cils (Amour)
Auteur : Octobre

 

 
Cette page a été générée en [0,0587] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.