Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 451
Invisible : 0
Total : 452
· KiMiNiE
13085 membres inscrits

Montréal: 19 juin 19:24:54
Paris: 20 juin 01:24:54
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Ils viennent de Ceuta, de Melilla ou d'ailleurs... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 3 avr 2014 à 12:32
Modifié:  10 avr 2014 à 02:25 par Eliawe
Citer     Aller en bas de page

Ils viennent de Mellila de Ceuta

Frontière imaginaire, un grillage de fer
Pour tous ces malheureux, qui connaissent l’enfer
Venu de cette Afrique où l’on crève de faim
Vers des contrées qu’ils croient avenantes, mais en vain

Massés à quelques mètres de la douce Europe
Qui pendant des années, nullement misanthrope
A exploité ces terres étrangères et prospères
Pour des nantis faiseurs de peine et de misère

Ils viennent de Ceuta ou bien de Melilla
Leurs espoirs de survie, leurs devenirs sont là
Sur le vieux continent où ils furent accueillis
Pendant la grande guerre pour chasser l’ennemi

En quittant leurs villages, ils disent aussi adieu
Une dernière fois aux plus petits de ceux
Qu’ils ne reverront pas, ici la mort élit
Félonne, les enfants avant qu’ils n’aient grandi

Aussi ces barbelés, ces murs infranchissables
Ces murailles honteuses ne seront pas capables
De briser l’espérance en un destin meilleur
Pour ces peuples oubliés de tous les décideurs

Du coté de Berlin un mur s’était brisé
Créant le fol espoir d’un futur apaisé
D’autres sont érigés pour des causes malsaines :
Le rejet du prochain qui conduit à la haine

Il faudra bien qu’un jour, sur la frêle planète
Les hommes partagent enfin l’opulente galette
Dont la minorité se repaît sans compter
Au milieu du malheur et de la pauvreté

  Le Kajoleur
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
203 poèmes Liste
4329 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 3 avr 2014 à 18:45 Citer     Aller en bas de page

Beau sujet et bien traité

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
230 poèmes Liste
15375 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 4 avr 2014 à 10:20 Citer     Aller en bas de page

très bien traité
les mures se dressent partout a la face de gens qui ne cherchent que la dignité du travaille

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
8487 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 4 avr 2014 à 15:59 Citer     Aller en bas de page

Bouh, j'ai l'impression de faire partie de la minorité ou pour dire les choses différemment, d'être née du bon côté. Même si parfois, nous chemins sont (très) difficiles, rien de comparable au fait de sauter par dessus les barbelés.

Amitiés,
Catherine

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 367
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0283] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.