Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 25
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 10:43:25
Paris: 20 sept 16:43:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: poésième(poésie composée uniquement d'un poème). Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 23 mars 2012 à 11:59
Modifié:  25 mars 2012 à 04:08 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Lui,
c'était un vrai poète.

Un poésien.

Il pouvait réciter ses poèmes
n'importe où,n'importe quand,
en extraire une simple phrase
ou juste un mot,
dans l'ordre qu'il le souhaitait.


Et il avait toujours des poèmes sur lui,
dans ses poches,
dans ses chaussettes,
épinglés sur le rebord de son chapeau...

et bien entendu,sur la couture de son coeur.

Quant à son visage,
il était composé de ses propres mots
mais il jugeait cela sans importance.


Lorsqu'il est mort,
l'arbre somnambule est venu
poser des ombres douces sur son corps,
le temps que la lune apprête son corbillard.

un grand cygne blanc,
qui un jour avait fait pleurer le diable
conduirait l'attelage.

Et les ruisseaux
sont rentrés dans la pierre
ce qui signifiait
que la clairière pleurait.

Il ne reste rien de ces poèmes,
ni de lui,

hormis,
ce que je viens de vous en dire.

 
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 23 mars 2012 à 13:29 Citer     Aller en bas de page

Citation de mandrinmodern


Il ne reste rien de ces poèmes,
ni de lui,

hormis,
ce que je viens de vous en dire.



Tu as bien fait de nous le dire !

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 24 mars 2012 à 04:39 Citer     Aller en bas de page

L'histoire de ce texte est simple.
Point de départ,le titre.
Ensuite,j'ai eu envie de raconter une rencontre.
Celle de ce que je suis et de qui je voudrais être.
C'est ce que j'ai raconté.
Et c'est ce que vous avez lu.Ce pour quoi je vous remercie.

Mandrinmodern

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
286 poèmes Liste
5056 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 24 mars 2012 à 12:31 Citer     Aller en bas de page


yvon

  YD
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 24 mars 2012 à 14:16 Citer     Aller en bas de page

Bien sûr que le dois vous remercier.
Le poète,le poésien,comme imaginé dans le texte,est composé des autres.
le lecteur EST la route....

mandrinmodern.

 
so sweet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
627 commentaires
Membre depuis
26 mars 2013
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 20 oct 2014 à 04:48
Modifié:  20 oct 2014 à 06:04 par so sweet
Citer     Aller en bas de page

Bien que j'aime le poème en son entier il y a des passages qui m'ont cogné dans l'estomac.
Ces 2 strophes-là:

"Quant à son visage,
il était composé de ses propres mots
mais il jugeait cela sans importance"


"Lorsqu'il est mort,
l'arbre somnambule est venu
poser des ombres douces sur son corps,
le temps que la lune apprête son corbillard."


Mais pourquoi je relève? je les aime tous. Les images sont fortes et offrent à votre poème une belle personnalité.
Il y a de la fantaisie.
Le poésien est génial!
Une impression visuelle qui s'anime sous mes yeux.

Comme ce poème est magique!


 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 20 oct 2014 à 17:42 Citer     Aller en bas de page

Merci too much !

 
Elodie Daraut

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
619 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 11 déc 2014 à 15:05
Modifié:  11 déc 2014 à 15:08 par Elodie Daraut
Citer     Aller en bas de page

merci Mandrin. Tu fais toujours dans la contrebande de sentiments.

  ⠨⠺⠓⠕ ⠙⠑⠑⠍
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 21 déc 2014 à 06:53
Modifié:  21 déc 2014 à 06:54 par Benrhamen
Citer     Aller en bas de page

Bien sûr,
Et c'est grâce a ces sentiments que je bande, par contre.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 762
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0359] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.