Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 27
· Xenia · actuaire · alban1974
13135 membres inscrits

Montréal: 22 févr 03:44:05
Paris: 22 févr 09:44:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Alors les couteaux, on chiale ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 7 févr 2014 à 13:56
Modifié:  9 févr 2014 à 10:09 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page

Deux endroits
dans ton visage
se parlent de moi,

la bouche qui sourit
en évoquant ce que nous étions
et une larme
parlant de ce que nous sommes devenus...

alors les couteaux, on chiale
alors la barbiche, on s'esclaffe
je trouve ta salive
sur chacun de mes mots
et à petit feu
un par un
nos yeux en crèvent...

Ton doigt
enceinte de ta main
accouche d'un geste obscène ;

mon nez
ventriloque de l'hiver
éther nu;

ma gueule et ton visage
deux endroits convergents
que départage une idée infirme
du partage.


J'avais accroché à tes genoux
des clochettes de muguet
et dans la boucles de tes cheveux
un peu de houx.

Tu venais de tomber amoureuse
et moi j'en finissais avec mes haines
l'horloge nous montrait du doigt
une mort certaine.

"Nous" était un mot de trop
le galop d'une forêt
devant la horde en flamme
mais nous l'aimions
comme il était
et il nous prenait
pour ce que nous étions.

jolie
ta tête dans le taille crayon,
j'allume tes épluchures
on est sous la gomme.
Elle se frotte avec négation
sur nos bravoures squelettiques
notre baiser est une prison
et nous nous en évaderons
par la lézarde d'un soupir
qui portera notre nom...

 
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars 2018
  Publié: 8 févr 2014 à 02:37 Citer     Aller en bas de page

déconcertant...

Mais beau

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 8 févr 2014 à 07:03 Citer     Aller en bas de page

La beauté elle même est déconcertante.
J'ai soif.
J'y retourne .

bon samedi
mandrinmodern

 
Sieur AC
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
240 poèmes Liste
74 commentaires
Membre depuis
25 février 2011
Dernière connexion
19 février
  Publié: 9 févr 2014 à 11:12
Modifié:  9 févr 2014 à 11:15 par Sieur AC
Citer     Aller en bas de page

Ce poème est excellent et j’apprécie particulièrement la tête dans le taille-crayon, je trouve ça très ingénieux.

  Les murs aussi s'adonnent à l'écriture.
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 11 févr 2014 à 10:00 Citer     Aller en bas de page

Un souvenir de mon école qui quand a elle ne se souviens pas de moi !

mandrinmodern

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
12 février
  Publié: 12 févr 2014 à 10:22 Citer     Aller en bas de page

C'est un joli mot que l'on emploie d'ordinaire pour un vin ou le dernier album de son chanteur fétiche, mais je ne boude pas mon plaisir.

Mandrinmodern

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 469
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0498] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.