Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 24
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 10:43:38
Paris: 20 sept 16:43:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: La taverne des éclopés. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 30 mars 2012 à 13:54
Modifié:  4 avr 2012 à 16:19 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Peinemort,à l'aide d'un crochet
fixé à son avant-bras droit...
Non,Peinemort souleva son bras droit
armé d'un crochet...
Non,le bras droit de Peinemort
prolongé d'un crochet...

Bref,
on ne s'ennuyait guère
a la taverne des éclopés.
Arlette Mouchamerde jonglait
avec ses yeux de verre
en louchant de la main gauche,
l'homme-moustache se chamaillait avec Léon Bachante
a propos de la taille de leur appendice,
léon leprude planquait son dernier doigt
dans un orifice factice
et un nabot roux jouait de la cornemuse ventriloque
assis sur les genoux d'un photographe amputé du zoom
qui dédicaçait son livre de poncif a l'aide d'une béquille.

Tout autour,des cierges immenses
dégoulinaient de morve artificielle,
entre la pénombre qui les dominaient,
et les lueurs vacillantes procréées
par les ombres sus-citées,
posés sur les formes oblongues
du squelette purement décoratif
de la fée des courges.

Dans les pichets
habilement creusés dans le globe oculaire
de l'indiscrétion,
le patron des cul-de-jatte
glissait discrètement de la mousse pédestre
par pure jalousie.

Un bossu issu de la bosse commune
vêtu d'un costume cossu
de tissu hors du commun
soufflait dans une conne de brune
en regardant le philantrope jean mollemoelle
tenter sa chance au bar de fer forgé
avec un bandit manchot.

Trois obèses riaient
à la moitié de la blague d'un bègue
et nadine Ozor,hystérique filiforme
lorgnait sur un mousquetaire en espadrille
punaisé au dessus du bar
dans son hamac de contrebande.

Béatrice-ératops
vendait des clous de girofles
a un fakir herbivore
en montrant les dents
sous les aigles à effet de serre
empaillés au dessus du juke-box.

violette Soquette,la serveuse amie tant,
avait des clins d'oeil venimeux
et les tendons velus d'une mygale
en guise de sourcil.
Elle prenait la double commande
de deux siamois
qui se chamaillaient autour de leur axe
a propos de leur cadenas génétique
dont la clef était un bistouri éléctrique.

Des plaisanciers attroupés au bar
reluquaient la poitrine boursouflée d'une lépreuse chauve
dansant entre ses bosses
nue comme une autopsie
et éclairée diaboliquement
par un néon jaillissant de l'oeil d'un cyborg-bibelot
posé sous la pendule
qui indiquait le temps qu'il fallait.

Les philosophes
du club du même nom
avaient laissé quelques pileuses libertés à leurs mentons
ce qui décoraient les poitrines hirsutes
des jolies écervelées les chevauchant
qui proposaient leur crâne comme cendrier
ce qui finissait par éclairer leurs regards
de lumières cendrées.

Dans un gros aquarium
un crabe ricanait à reculons
à côté d'une amphore en plâtre.
Des ventouses de poulpes
accrochées aux vitres,
retenaient de visqueuses plantes carnivores
éclairées par deux fausses lunes en vessie de bouc.

Assis sur un tabouret télescopique
sculpté dans un oeil d'escargot
je dédicaçais de mon sperme
le versant glabre de ma main gauche
et les aliens psychotiques du service d'ordre
trouvaient le sous entendu évident.

Dans mon dos,
un crochet qui m'était destiné
s'agitait de trois manières différentes...

Peinemort,
sacré fumier !!!

 
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
70 poèmes Liste
2470 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
21 août
  Publié: 30 mars 2012 à 14:52 Citer     Aller en bas de page

Mais quel est ce monde?

Complètement alambiqué, dithyrambique et le pire (ou le mieux) c'est qu'il y a construction et l'histoire finit peut être mal...
ils font voyager ces énergumènes.

Bises.

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 31 mars 2012 à 14:58 Citer     Aller en bas de page

ouai,c'est un cartoon gothique !

avec des décors en pâte a modeler.


Mandrinmodern

 
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 2 avr 2012 à 09:38 Citer     Aller en bas de page

Ah, oh, euh ... j'sais pas trop mais je signe a cause de ce foutu crochet qui danse avec mon ombre.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 2 avr 2012 à 14:05 Citer     Aller en bas de page

Ce qui prouve au moins que vous ne savez pas trop !

Mandrinmodern,passablement éclopé.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 753
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0235] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.