Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 228
Invisible : 0
Total : 228
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 06:45:28
Paris: 31 mai 12:45:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: L'inventaire... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 24 juil 2014 à 22:47 Citer     Aller en bas de page


Des objets, des tableaux, des tables et des chaises attendent le bourreau qui en fait l’inventaire.
Des livres par centaines dans la bibliothèque, et d’autres à peine lus gisant sur le parquet.
Des draps qui gardent encore l’empreinte de ton corps, des miroirs aveuglés par les rideaux tirés.
 
Des plantes sur la terrasse, rongées par l'abandon, des bouquets en pagaille, des portraits, des photos.
Des armoires immenses où le linge est caché sous des sachets de lin sentant le lavandin.
Douceur d'une garde-robe à serrer contre soi, du cachemire, des étoffes, des écharpes de soie.
 
Le parfum d’une blonde grillée un soir d’été, des bougies consumées aux mèches endeuillées.
L’horloge ne sonne plus, des fragrances ténues embaument ce décor qui bientôt  sera mort.
 
Dans la chambre d’enfance, des trésors oubliés, des coffres, une crédence, une lampe sans chevet.
Des papiers bien rangés dans des tiroirs secrets, une lettre inachevée, un bureau de noyer au cylindre cassé.
 
Je n’irai plus au parc du château des brouillards, m’asseoir contre les marches gravies par tant de rois.
Les clés dans une poche et la montre aux aguets, le regard accroché à l’horizon brûlé.
 
Je n’irai plus te voir, les mains chargées de fleurs, tu ne m’ouvriras plus, ni les bras ni le cœur.
 
Quand cesseront de battre ces mémoires vidées, ce sang dans les artères, un voile rouge de colère quand, des arbres aux pierres, tout sera arraché ?
 
Je n’irai plus chez nous, les murs sont trop lourds pour les emporter, qu’ils se taisent à jamais !
 
Si j’avais du courage, j’aurais pris les tisons de ma haine, ma seule arme, et tout jeté à l’eau.
Avant que cette hache s’abatte sur le billot, tranchant toutes les âmes, un travail de bourreau.

 


Riagal.
(Texte revisité)


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 25 juil 2014 à 03:16 Citer     Aller en bas de page

Hello Brother,
Un décor, les aiguilles sont arrêtées, pas la vie. La pièce est vide, pas le cœur. Ils sont toujours présents dans notre mémoire et au-delà. Tu "vois" hein ?

Bisous,
YourSisterCath

 
Maria-Dolores


Les parfums les couleurs et les sons se répondent de Charles Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
132 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2014
Dernière connexion
15 juillet 2019
  Publié: 25 juil 2014 à 04:56 Citer     Aller en bas de page

Une très jolie prose merci du partage amicalement bises.

  Maria-Dolores
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15508 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 25 juil 2014 à 12:41 Citer     Aller en bas de page

"Je n’irai plus au parc du château des brouillards, m’asseoir contre les marches gravies par tant de rois.
Les clés dans une poche et la montre aux aguets, le regard accroché à l’horizon brûlé."...

Cher Ria, même quand la vie n'offre plus qu'un semblant d'exister...tes fantômes du passé restent tellement vivants ...

Tu insuffles la vie aux choses mortes...quel talent...

Alex

 
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 26 juil 2014 à 02:38 Citer     Aller en bas de page

Riagal

Quelqu'un a dit que les souvenirs commencent avec les cicatrices...
Les tiennes sont belles même, si je le sais, tu les tais par pudeur, sauf quand elles s'ouvrent.. un peu.

Et ce poème est superbe, mais je le préférais ..avant la haine...

Biz

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 26 juil 2014 à 05:42 Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Hello Brother,
Un décor, les aiguilles sont arrêtées, pas la vie. La pièce est vide, pas le cœur. Ils sont toujours présents dans notre mémoire et au-delà. Tu "vois" hein ?

Bisous,
YourSisterCath


Je vois rien du tout, je suis très myope, miro en ces tableaux, ça tu le sais ;-). Mais dans la nuit, je vois clair...même de jour, un peu les chats.
Présents dans la mémoire ? Oui, mais c'est pas un cadeau...ça suffit pas. J'ai mon système de survie ms j'en dirai pas plus, comme d'hab'.
Paka Sist'....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 26 juil 2014 à 05:45 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maria-Dolores
Une très jolie prose merci du partage amicalement bises.


Merci du passage et des lignes qui vont avec. Une nouvelle ? Si c'est la cas, bienvenue :-).
Amicalement et...bises why not ?!
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 26 juil 2014 à 05:58 Citer     Aller en bas de page

Citation de Alphonse BLAISE
"Je n’irai plus au parc du château des brouillards, m’asseoir contre les marches gravies par tant de rois.
Les clés dans une poche et la montre aux aguets, le regard accroché à l’horizon brûlé."...

Cher Ria, même quand la vie n'offre plus qu'un semblant d'exister...tes fantômes du passé restent tellement vivants ...

Tu insuffles la vie aux choses mortes...quel talent...

Alex


Te retrouver ici pour un petit retour (malgré la difficulté de mes con(n)e-xions), c'est...just "swell", un bon-heur, Alex. Tu t'y connais bien en âmes, et aussi dans la lecture des lignes (pas slt des main ou des "de-mains" qui déchantent)...Vivants ? Oui, terriblement, toujours et à jamais.
Merci ! (insuffler la vie...si seulement mais je ne suis pas magicien...malheureusement et "con"ne me dise pas c'est la vie...les genss disent ça qd qqun meurt...incredEbile...)
Vaut mieux essayer d'en rire...j'm pas pleurer.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 26 juil 2014 à 06:02 Citer     Aller en bas de page

Citation de Sidonie
Riagal

Quelqu'un a dit que les souvenirs commencent avec les cicatrices...
Les tiennes sont belles même, si je le sais, tu les tais par pudeur, sauf quand elles s'ouvrent.. un peu.

Et ce poème est superbe, mais je le préférais ..avant la haine...

Biz


C'est pas vrmt de la haine Sidonie...oh pis oui, un p'tit peu pr être honnête...les cicatrices, tt le monde en a, et dès la naissance parfois.
Un grand merci.
Bises en retour.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1602 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
26 septembre 2019
  Publié: 26 juil 2014 à 12:35 Citer     Aller en bas de page

"Je n’irai plus te voir, les mains chargées de fleurs, tu ne m’ouvriras plus, ni les bras ni le cœur."

"Je n’irai plus chez nous, les murs sont trop lourds pour les emporter, qu’ils se taisent à jamais !"
L'histoire est parfois bien lourde à porter, même à bout de bras.
Mais elle fait partie intégrante d'un être, dès sa conception, dès la rencontre de deux cellules, deux mondes.
J'ai le cœur qui pleure en te lisant...


Maman Luciole

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 26 juil 2014 à 20:16 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir RiagalenArtem,

Un poème chargé d'émotions très bouleversantes en ces vers qui traversent le temps
Merci de ce partage !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
26 janvier
  Publié: 29 juil 2014 à 14:51 Citer     Aller en bas de page

Sanguin, j'aime bien... Bien que je ne sais pas si les âmes saignent...

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22874 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 30 juil 2014 à 10:47 Citer     Aller en bas de page

Un déchirement en te lisant et si je ferme les yeux, moi aussi je vois de similaires images, peut - être moins riches, mais tout aussi empreintes de beautés qui s'estompent peu à peu, il manque toujours quelque chose dont je ne me souviens plus vraiment, des objets, des couleurs, des murmures et qui parfois viennent bousculer mes nuits, tout est un peu flou.
Bises amicales cher RIAGA
Je suis heureuse de te retrouver
ODE 31 - 17
Un coup de coeur

  OM
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 1er août 2014 à 14:09
Modifié:  1er août 2014 à 14:12 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Maman Luciole
"Je n’irai plus te voir, les mains chargées de fleurs, tu ne m’ouvriras plus, ni les bras ni le cœur."

"Je n’irai plus chez nous, les murs sont trop lourds pour les emporter, qu’ils se taisent à jamais !"
L'histoire est parfois bien lourde à porter, même à bout de bras.
Mais elle fait partie intégrante d'un être, dès sa conception, dès la rencontre de deux cellules, deux mondes.
J'ai le cœur qui pleure en te lisant...


@ Maman Luciole


Ton coeur doit au contraire être joyeux ma Luciole. J'ai pas pu te répondre par voie privée ma messagerie est naze. Les murs, il suffit d'en trouver d'autres, pour le reste, on avance. On est tout seul ds ces moments-là mais s'il n'y a pas de miracles, il y a toujours des ressources...en up and down, rend-forts.
Merci et pleins de

@ Sybilla : Merci idem...ton partage à toi est svt généreux.
Amitiés
Riagal (c'est plus court ^^)

@ Chris (U-LICE ;-)...indeed, ça saigne les âmes dans ce texte d'anniversaire d'un juillet sanglant. La peinture est toujours fraîche malgré le soleil qui chauffe au fer blanc...mais "on" continue...
Paka

@ Merci de t'être posée ici ma Cigogne. J'ai scruté le ciel et je te croyais disparue ^^. Nan in fact j'ai des pbs de connexions, pas facile dans ce cas de se rejoindre, même pour un aigle ;-).
Pour le "reste", fermons les yeux, ouvrons-les plutôt vers un instant, intemporel et magique. Rien ne meurt tout à fait tant que la vie bat encore...
Kisses

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
3967 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 1er août 2014 à 14:28 Citer     Aller en bas de page



Terrible inventaire ..qui enterre définitivement un passé..fort blessé..ou fort blessant ....

Emouvant, ce coeur qui intimement pleure....une souffrance....














  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 7 août 2014 à 14:23 Citer     Aller en bas de page

@ Ballandine : Rien n'est définitif...en revanche, tout est défi.
Merci et Bises.

@ Léon : Pourquoi ? Oui, pourquoi ? La réponse est dans ta réponse...;-).

Merci de ta venue sur cet Inventaire (mot sec, exprès)...qui n'en finit pas, mais on transpose ailleurs sans plainte les plinthes...des murs en transparence dans un "ailleurs"...
Amicalités.
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Hibiscus

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
123 commentaires
Membre depuis
24 mars 2013
Dernière connexion
25 novembre 2015
  Publié: 8 août 2014 à 14:34 Citer     Aller en bas de page

Le cyclique cyclope et ses entrelacs poudrés d'absences.
Les enchevêtrements du monde soudainement vide...

Très beau texte sur l'âpre.

Merci

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 7 mai 2015 à 19:43 Citer     Aller en bas de page

J'ai un grand retard de réponses...sorry. Merci pour m'avoir lu Hibiscus et commenté si justement...
Un retour sur l'âpre et des disparitions qui vont et viennent, vivantes malgré tout. Parce que je le veux ! Sans que le passé soit un poids mais une ouverture vers ce qui est...là-bas. Proche et lointain à la fois...
C'est presque un nouvel inventaire chaque jour...et une remise en question sur le fil d'une lame...en équilibriste.
Amicalement
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1654
Réponses: 17
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Une graine d'amour (Amour)
Auteur : Mystic4Ever
Tu m’casses les pieds, la rime ! (Loufoques)
Auteur : Jeanne
les voyages en train (Poèmes par thèmes)
Auteur : Pampille
Confidence au Goût Amer (Nouvelles littéraires)
Auteur : KYRICE
Mes châteaux de sable (Autres)
Auteur : RiagalenArtem
Je siffle dans la rue (Amour)
Auteur : QUOIQOUIJE
Antre donc! (Poèmes par thèmes)
Auteur : Lacase
Le forgeron d'émaux (Amour)
Auteur : Mystic4Ever
Vieux proverbe breton (Loufoques)
Auteur : Didier
Le goût du vent océanique (Poèmes par thèmes)
Auteur : ARABESQUES
Une nuit d'amour (Amour)
Auteur : Guid'Ô
L’abeille et la raison (sonnet) (Autres)
Auteur : lastexit
Grand Petit Homme (Amitié)
Auteur : Jeanne
poème sans E (Autres)
Auteur : bekrimation
Chanson tendre (Autres)
Auteur : RiagalenArtem

 

 
Cette page a été générée en [0,1329] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.