Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 72
Invisible : 0
Total : 76
· ori · QUOIQOUIJE · Naej · Balzak
13169 membres inscrits

Montréal: 23 août 05:44:02
Paris: 23 août 11:44:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Commme à Peyton Place -pour qui chante... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 17 août 2014 à 06:03
Modifié:  22 août 2014 à 01:28 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page

Photo personnelle





La Lexus roule silencieuse parcourant l'unique route du hameau.

Le son métallique, désagréable, du clocher annonce qu'il est déjà sept heures.
La large bande lumineuse, bien visible sur le drap, confirme que ce matin aussi je n'ai pas la possibilité de boire un café à l'aube sous le micocoulier.

Peut être je suis déjà un peu sourde , je n'entends plus, en effet, le chuchoté acharné des cultivateurs. Ils ont l'habitude de venir boire l'eau fraîche à la fontaine, arrêtant pour quelques minutes leur voiture ou bien les Piaggio ape, le trois-roues carénés typique qui gronde dans le ruelles de mon Sud.

J'ai un matin splendide devant moi, la température est idéale, mais je n'arrive pas encore à trouver un fil conducteur plaisant, stimulant pour repartir avec mon projet de vie, ici chez moi.

J'ai fixé plusieurs points de départ et chaque fois ils ont été effacés, éliminés, comme dans un jeu cruel qui aime me mettre à l'épreuve.

Hier, l'enterrement de mon amie, trois ans plus jeune que moi. Elle a été dévorée par le cancer et, avant, par la tristesse, la déception la plus profonde.
L'accident de voiture, grave, d'un fils lui a fait presque perdre la tête, il y a 15 ans.
Une mère angoissée finit par avoir un seul but pendant le jour : sauver la vie de son enfant, lui redonner confiance, le supporter pendant la souffrance et les crises qui suivent à cause de sa nouvelle condition d'handicapé.

Les pères dans ces occasions, restent -souvent- juste des hommes, des mâles qui oublient tôt le sens de l'émergence, du moment particulier qui demande une routine et des efforts différents.

L'amante, la jeune femme un peu Loren, un peu bitch de soap opéra américaine entre sur la scène.

Andrea a le regard lumineux, il travaille moins, sort beaucoup le soir.
Toujours élégant, trop parfumé, l'allure de qui va passer -sans doute- des heures bourrées d'adrénaline , uniques, que les autres hommes trop calmes du hameau pourront juste rêver, s'ils arrivent à mouvementer leur fantaisie.

Il écrit des pages intenses qui craquent définitivement son train train de mari, de père, d'ami disponible des voisins.

Il bâtit sa légende, son chef d'oeuvre inattendu, il vit !

À suivre...

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
440 poèmes Liste
8579 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
22 août
  Publié: 18 août 2014 à 05:44 Citer     Aller en bas de page

Lilia,
Les choses de tous les jours, prennent chez toi une ampleur toute italienne, dite avec un grâce nonchalante. Regarder par la fenêtre, voir le monde bouger et... se demander ce qu'on fera le reste de la journée.
Good job, girl !
Catherine

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 18 août 2014 à 06:29
Modifié:  18 août 2014 à 06:30 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Lilia,
Les choses de tous les jours, prennent chez toi une ampleur toute italienne, dite avec un grâce nonchalante. Regarder par la fenêtre, voir le monde bouger et... se demander ce qu'on fera le reste de la journée.
Good job, girl !
Catherine



regarder par la fenêtre virtuelle , vivre les liens d'une vie dans le réel avec les moments sourire et ceux des adieux...

Merci, Cath pour avoir décidé de laisser une trace sous ces mots entièrement vécus.


lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
3 août
  Publié: 18 août 2014 à 15:46 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir chère Lilia,

Tu nous ouvres de nouveau ton monde en ce hameau où par la fenêtre on entrevoit la vie qui devant toi se déploie dans la joie ou la tristesse
Merci de ce partage de ces instants s'écoulent


Toutes mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 19 août 2014 à 10:25 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir chère Lilia,

Tu nous ouvres de nouveau ton monde en ce hameau où par la fenêtre on entrevoit la vie qui devant toi se déploie dans la joie ou la tristesse
Merci de ce partage de ces instants s'écoulent


Toutes mes amitiés

Sybilla


Merci pour tes mots Sybilla.Ici on est presque tous amis et mon amie je la connaissais depuis sa naissance...



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 913
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [1,6852] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.