Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 26
Invisible : 0
Total : 30
· Cerdick · rené duruisseau · Jean-Louis · Aude Doiderose
13183 membres inscrits

Montréal: 19 mai 03:21:43
Paris: 19 mai 09:21:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Itinéraire d'une petite fille - Chapitre 2 (1) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 31 août 2014 à 08:07 Citer     Aller en bas de page


Itinéraire d'une petite fille


Chapitre 2


Il y a des gens qui croient encore au père Noël même après qu’on leur ait donné toute preuve qu’il n’existait pas. J’ai horreur de ce genre de personnes et même si quelque part, je leur ressemble sous un certain angle de vue. C’est une manière détournée de ma part pour dénoncer mon propre comportement : illogique, pathétique, vainement romantique. Luc faisait partie de cette caste.

Quand je l’ai rencontré, je sortais d’une histoire compliquée. Le premier garçon, l’amour d’enfance : je ne vais pas vous faire un dessin car je crois que tout le monde voit de quoi je parle. Vous savez ? Le côté « fleur bleue », l’idée d’âme sœur et d’éternité et les promesses intemporelles ? A cette époque, je venais de rompre et je m’étais réfugiée dans le cocon confortable de la « meilleure amie ». Celle qui vous affirme que vous avez toujours pris la bonne décision. Je ne sais pas jusqu’où va l’absurdité de la « meilleure amie », j’imagine que c’est en rapport avec ses propres limites à elle auxquelles il faut ajouter quelques kilomètres mais quoiqu’il en soit, j’étais dans cette condition quand Luc est apparu dans ma vie.

Je vais être honnête : Luc n’est pas vraiment « apparu » au sens « révélation ». Je dirais même que son intrusion dans mon paysage a été poussive. Pourquoi ? La réponse à cette question est toute simple : ce n’était pas un « dragueur » au sens propre du terme. Franchement, je ne sais pas si c’est une vérité universelle mais la plupart des hommes lorsqu’ils vous abordent, vous pouvez calculer à des kilomètres à la ronde leurs intentions. La stratégie est simple et basique : elle n’est jamais attachée à ce que vous êtes mais à votre image. Je n’aime pas simplifier à l’extrême mais l’analogie avec le « tableau de chasse », même si elle est un peu surfaite, plane au-dessus de votre tête. On n’aime pas ça, c’est certain mais l’avantage de cela, c’est qu’on est en terrain connu et donc, moins angoissée. Maintenant, imaginez que vous avez affaire à une personne qui ne répond en rien dans son attitude à ce stéréotype. Rien que par esprit de curiosité, vous allez avoir un intérêt vers la personne qui sort des canons habituels et dans le même temps, vous allez ressentir de l’appréhension. Cette « appréhension » est importante car elle va être le moteur de tout. Elle va construire le piège mental dans lequel vous allez vous jeter à corps perdu. Vous allez remettre en cause tout ce que vous avez appris pendant toutes les années antérieures, vous allez vous mettre à relativiser toutes les sorties de route. En clair, vous allez vous engager sur un chemin sur lequel, même vous, vous n’allez plus vous reconnaître.

Et bah alors ? Je vous vois arriver avec vos gros sabots. Où est le problème ? C’est bien. C’est beau. C’est ça la vie : les plus belles opportunités, ce ne sont pas celles qu’on choisit mais celles dans lesquelles on est entraîné qui sont les meilleures. Ca fait du bien des fois, d’enlever le poids de la responsabilité et de revenir au mode « enfant » avec « Papa » ou « Maman » qui va te gronder si tu ne fais pas ce qu’il faut. C’est comme cela qu’on apprend la vie. Oui. Oui. Et encore : oui. Mais.

Mais il y a une limite. Et elle n’est pas universelle cette limite.

Je ne m’avancerais pas en ce qui concerne Luc. Je ne veux pas faire de la psychologie de bas étage. Cependant, j’ai la conviction que la relation « homme-femme » et la relation « père-fille » était complètement brouillée chez lui. Je ne parle d’une fascination sur l’incarnation de la « femme-enfant », je pense que même si sur certains aspects, il pouvait y avoir des indices qui tendaient à prouver que Luc en était atteint, il y avait autre chose. De mon point de vue, quelque chose de plus pervers, de plus oppressant.

En plus de cela, si j’en reviens à des choses plus basiques liées à l’apparence : sérieux, qui aurait pu jeter son dévolu sur Luc. Je l’ai déjà dit, je crois, mais il n’était pas beau. Pas moche non plus. Ce n’était pas non plus le physique d’un mec « ordinaire ». Je me rappelle qu’une des ex de Luc avait dit qu’il avait un physique « bizarre ». Je ne la connais pas cette « ex » mais c’est Luc lui-même qui me l’a rapporté, et je crois qu’elle n’avait pas tort.

De toute manière, et c’est mon côté « solidarité féminine » qui va s’exprimer, avec Luc, tout était « étrange » ou bien troublant en terme de signification. Je vais vous donner un exemple. Je vous parle de ma première rencontre avec lui mais peut-être devrais-je avancer le film un tout petit peu pour arriver à la date exacte à laquelle nous avons débuté notre première « phase ».

Devinez ! Non, sérieusement, devinez la date à laquelle nous avons commencé à nous fréquenter… Je me suis plusieurs fois dit qu’il l’avait préparé comme ça. Mais, non. Cette option, je la refuse car cela voudrait dire que j’étais parfaitement en accord avec ses plans.

Nous sommes sortis ensemble le jour de son anniversaire.

Est-ce que je le savais ce jour-là ?...

Oui.

Je voudrais qu’il en soit autrement mais « Oui ». Et je me rappelle lui avoir souhaité « Bon anniversaire » avant de l’embrasser. Et c’était…

« Too much ? »




(à suivre)


Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 2 sept 2014 à 16:33
Modifié:  2 sept 2014 à 16:33 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Merci pour le compliment... La suite va arriver... (C'est un peu "encombré" devant le portillon en ce moment... mais ça devrait arriver... car je me suis imposé des "délais" pour terminer cette histoire...)

A bientôt

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
409 poèmes Liste
13016 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 7 sept 2014 à 00:52 Citer     Aller en bas de page

Et ? ...
C'est le côté frustrant des nouvelles ; cette envie de connaître la suite, un peu comme une feuilleton. J'attends donc le prochain épisode.

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 14 sept 2014 à 13:31 Citer     Aller en bas de page

Et faudra attendre le mois d'octobre, je pense... car clairement, je ne pense pas avoir le temps d'avancer sur cette histoire avant... Non pas qu'il y ait panne d'inspiration... mais juste que c'est compliqué en ce moment.... Et que j'ai trop de choses à écrire en même temps^^

Merci de suivre cela dit et de la patience... aussi...

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 840
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0283] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.