Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 60
Invisible : 0
Total : 64
· Elisa · aigredoux · Ashimati
Équipe de gestion
· In Poésie
13121 membres inscrits

Montréal: 23 avr 12:25:26
Paris: 23 avr 18:25:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: J'ai reçu une lettre de l'alphabet écrite par un timbré Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 15 avr 2012 à 11:08
Modifié:  15 avr 2012 à 13:28 par Jeanne
Citer     Aller en bas de page


C'était le premier jour d'une semaine
qui n'en comptait guère plus...

Les "Chui" partaient en vacances.
Les "Chaipas", bien sûr, n'en savaient rien.

Rémi Chui, le patriarche, enfanté humblement par sa descendance
dans un souci d'économie,
amarrait sur la proue de la péniche familiale,
une grosse malle
contenant leurs effets et leur personnel,
ce qui finalement leur garantissait
des effets personnels.
La malle était une ancienne carapace de tortue
recyclée en parallélépipède à couvercle de vocation utile.

Jo Chui, l'aîné, qui, en vertu de ce label dans la fratrie,
possédait un frère, qui, en vertu du label de son frère
dans la fratrie, était prénommé "Cadet".
Il s'agit aussi
à ce moment du récit,
du cadet de vos soucis.

Cadet Chui jouait
avec une grosse bille en bois fendue en sa périphérie
d'un trou longiligne.
Cette bille était reliée
par une ficelle souple
à un pieu dont l'extrémité s'avérait
parfaitement ajustée à la fente de son pendant en forme de globe.
Maniée habilement par un poignet articulant
la main qui le saisissait, l'un devait s'empaler dans l'autre,
et définir ainsi
les règles simples et concises
d'un jeu parfaitement adapté à des vacances sur une péniche.

Rémi Chui sortit sa petite canne à pêche en bambou
dans le coin attendri de l'oeil maternel
et commença l'inventaire boueux du cours d'eau
qu'il naviguait.

A la poupe,
une cage à poules fut hissée
où picoraient deux gallinacées
repeints aux couleurs de la coque
et ils subviendraient aux besoins nutritionnels élémentaires,
Rémi Chui se chargeant, à l'aide de son arbalète à ventouse,
de débusquer, des buissons nuageux,
quelques civets à plumes, pour le jour du mercremanche.

Ma Chui, Onisoikimalipense de son vrai nom,
rangea ses orteils en travers du soleil
allongée dans un transat en papier crépon
de sa propre confection,
et commença à feuilleter un magazine
où des mots se croisaient
en fonction de leurs définitions
gentiment proposées en bas de la page.

La lune curieuse les suivit du regard
depuis la nuit qui venait de finir
adossée à la carrosserie d'une vieille éclipse
en panne, pâle mais jolie.

J'ai reçu leur carte postale ce matin,
ils l'ont, comme l'affirme l'encre sur le timbre,
postée il y a trois jours
d'une semaine qui en compte autant de plus
et ils s'amusent bien.

Il va falloir que je me penche sur mes vacances à moi,
me dis-je en pensant :
"Chui pas plus con qu'un autre ! "

Ce qui fit beaucoup rire
le civet à plumes sous-vide
posé sur le tapis de la caissière...


 
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
4842 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 15 avr 2012 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de Absurdophile
Ben, chais pas trop, chuis pas certain d'avoir tout compris mais chuis ben content de l'avoir lu çui-là !



Pas mieux !

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 16 avr 2012 à 05:11 Citer     Aller en bas de page

Encore un beau délire de mots qui éloigne les chaipas dans les catacombes,mais en définitive, les ensaitonplus sont un peu déçu et là, moi je rigole.
Cordialement,
Marcel.

  Marcel
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9795 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 16 avr 2012 à 07:58 Citer     Aller en bas de page

mandrinmodern

Et la caissière éberluée devant c'est ex poulet sans plume
_ vous devriez prendre des vacances au soleil couchant au lit déplumé d'un pigeon
_Cela vous ferait un bien grand mâle ....

Chuie tordue de rire,mais pas à en mourir

Sélénaé excellent

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
20 mars
  Publié: 16 avr 2012 à 11:50 Citer     Aller en bas de page

Ah,les péniches.
J'ai vécu 5 ans a bord de l'une d'elle,amarré a la paupière d'une fée qui clignait des yeux pour me noyer.
Chai con.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 798
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0669] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.