Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 28
· Xenia · actuaire · alban1974
13135 membres inscrits

Montréal: 22 févr 03:44:30
Paris: 22 févr 09:44:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: The Head Hunter- La chasseuse Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
682 poèmes Liste
14765 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 février
  Publié: 28 oct 2014 à 09:47
Modifié:  31 oct 2014 à 03:55 par Bombadil
Citer     Aller en bas de page

Chan -chan
Nom du site


Vis grata puellae- Ovide



Vingt-cinq ans après,je flâne, sans être pressée, au centre de cette ville suburbaine, un grand froid dans les os et une envie de cigarette irrépressible avant de m’immerger dans les bras du bar au coin de cette avenue.

J’ai besoin avant tout de dialoguer avec mon bout de cigarette, lui dire que derrière la façade de l’immeuble à 500 pas d’ici, j’ai à peine tourné le dos à mon dernier rituel sur l’autel du hasard.
Rien de vraiment mémorable ne s’est passé, mais c’est encore une fois un bonus de n’avoir pas eu de surprises, de mauvaises surprises.
Lui, il était comme dans la photo : grand, assez musclé, dans la trentaine, un accent fort de cubain déjà bien inséré dans la jungle londonienne. Son merveilleux sourire, absolument naturel, met en ombre les détails d’un visage qu’on ne regarde pas avec envie dans un selfie à deux.
La misère de l'appartement n’a rien ajouté à mes connaissances pour la décoration d’une chambre et j’ai évité de poser avec attention mon regard sur le peu d’objets ethniques parsemés, sans ordre, sur l'étagère et sur la petite table avec des taches azures, délavées.

Du rhum et la voix de Compay Segundo m’ont fait connaître, enfin, le parfum d’ Hector, gentil comme les autres Pedros, Juans , Nelsons...

Autrefois, pendant mes nocturnes excursions à Brixton avec Baz et nos amis, tout était plus relaxant et drôle. On arrivait en voiture, en compagnie de gens bien connus et on était immédiatement à l'aise, la danse, l'alcool faisaient le reste.

Ce matin pas " d'alegria " mais les deux heures et demie ont passé vite. Loin d'une ambiance classe, j'ai toutefois savoureusement goûté ma séquence. La danse, la social danse d'antan, sauce de mes humeurs et réveil joyeux de mon corps trop souvent endormi, forcé à dormir, m’a fait oublier et être là, juste là.

Mes cubains sont comme un beau collier de pierres lumineuses, bien entaillées à l'école du plaisir, ils sont l’éclat lumineux sans l’obligation du demain, des touche peau, chatouillement au vol de mon être avide et trop confus.

Maintenant un long café ,sans sucre, au Costa, pour m’insuffler l'arôme de l’espresso et du cappuccino si réconfortant et au goût de la pause authentique. J’en ai besoin, avant de monter dans le train pour Slough et rentrer dans ma verte suburbia de ménagère part-time, sans obligation de sincérité.
Ce n’est pas l’idéal la rencontre avec un Hector, un froid matin d’octobre, ici dans cette ville anonyme sans panorama à empresser dans mes rétines avides d’ancien et des ruelles de ma Parme.

Je déteste remonter dans les trains sales de la First Greater Western et chercher une place parmi les énormes coupes de cartons vides de café bouillon, quelque Big Issue et tout l’ensemble des Metro, fouillés par qui sait combien de voyageurs distraits, tristes ou simplement absents, pendant leur voyage de banlieusards forcés.

Mon petit café est déjà fini.
Je sors entourée de ma bulle sensuelle et aromatique, je sais déjà qu’elle va être percée en descendant sur le trottoir de la ville au nom ridicule et imprononçable.

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
13734 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 février
  Publié: 29 oct 2014 à 21:56 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir chère Lilia,

Des chasseurs et chasseuses, il y en a toujours eu et il y en aura toujours.
Mais tant que ces personnes n'essaient pas de nuire à des couples...
Merci de ce partage et j'espère que tu auras d'autres commentaires !


Toutes mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
682 poèmes Liste
14765 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 février
  Publié: 30 oct 2014 à 12:10
Modifié:  14 oct 2016 à 12:35 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir chère Lilia,

Des chasseurs et chasseuses, il y en a toujours eu et il y en aura toujours.
Mais tant que ces personnes n'essaient pas de nuire à des couples...
Merci de ce partage et j'espère que tu auras d'autres commentaires !


Toutes mes amitiés

Sybilla


Sybilla, tu mérites un merci vraiment spécial pour être si attentionnée avec tout le monde et pour donner un moment de lumière même aux écrits que les autres pour quelque raison lisent sans laisser un mot.
Tu vois, je n'ai aucun problème si personne ne laisse un comment sous un de mes textes. C'est normal, je crois ne pas aimer un sujet ou la façon que son auteur a utilisé pour l'aborder.
Ce qui me laisse stupéfaite est voir que un bon nombre de lecteurs sont venu " voir" et qui après ont trouvé "difficile " laisser un mot.
Avec ce Head Hunter j'ai voulu commencer une autre phase comme scribouilleuse et pour moi ce serait important recevoir un feed back sur ce premier essai d'une histoire qui semble avoir la richesse nécessaire pour devenir plus longue et complexe...
En effet , cher Sybylla ,ce que je vois sur ce site est une plaisir de publier qui devient partage , merveilleuse socialisation, dont moi je profite aisément , mais pas un forum où le partage honnête fait aussi améliorer l'autre, avec des suggestions ,des avis personnels.
Je ne ne trouve pas utilise les comments haineux ou hors de la gentillesse la plus superficielle, mains à quoi bon non plus, se dire toujours :c'est beau , c'est beau ...?



lilia


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
dorémilasoul
Impossible d'afficher l'image
sois le vin dont ma lèvre à la fin s'abreuve Aragon
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
16 commentaires
Membre depuis
7 novembre 2014
Dernière connexion
9 juillet 2015
  Publié: 12 nov 2014 à 06:43 Citer     Aller en bas de page

bonjour Galatea et Sybilla

il y a dans votre écriture à toutes deux pour des raisons diverses, comme une déception, une nostalgie.

Je suis à peine né dans votre LPDP, donc pas assez de recul mais néanmoins, vous possédez une sacrée "bibliothèque" et il faut un certain temps, surtout quand on aime prendre son temps, pour lire et partager son émoi. En même temps, si tous les inscrits inscrivaient des commentaires, nous n'aurions plus le temps, nous aurions vite fait de perdre l'essentiel pour se disperser vers le secondaire. Même si, pour le simple lecteur- l'auteur, c'est une autre histoire, il est enrichissant de tomber sur un beau texte agrémenté de quelques ressentis croustillants.

Quant à votre nouvelle nouvelle, chère Galatea, il n'y a pas de doute à avoir. Il y a du talent, il y a une atmosphère, un style envoûtant, un tableau avec des jeux d'ombres et de lumière tamisées. Ca se lit facile et pourtant, il y a du travail ; ça se lit sans cesse, sans ennuie... Mélanger un décor, un quartier, un quotidien à un état d'esprit, c'est peut-être d'un classique mais pas forcément d'une maîtrise réussie comme ici.

J'aurai aimé lire la version du "pauvre" Hector, pour savoir si lui aussi voyait, ressentait le monde comme celle qu'il venait de croiser. Comme quoi, il ne suffit pas de partager son intime pour être combler... et créer un après ! Il manque autre chose.

Peut-être le plaisir d'écrire.

Bien à vous, et vivement la suite

  ... montre à l'homme où l'homme court
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
682 poèmes Liste
14765 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 février
  Publié: 12 nov 2014 à 11:01
Modifié:  14 oct 2016 à 12:36 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de dorémilasoul
bonjour Galatea et Sybilla

il y a dans votre écriture à toutes deux pour des raisons diverses, comme une déception, une nostalgie.

Je suis à peine né dans votre LPDP, donc pas assez de recul mais néanmoins, vous possédez une sacrée "bibliothèque" et il faut un certain temps, surtout quand on aime prendre son temps, pour lire et partager son émoi. En même temps, si tous les inscrits inscrivaient des commentaires, nous n'aurions plus le temps, nous aurions vite fait de perdre l'essentiel pour se disperser vers le secondaire. Même si, pour le simple lecteur- l'auteur, c'est une autre histoire, il est enrichissant de tomber sur un beau texte agrémenté de quelques ressentis croustillants.

Quant à votre nouvelle nouvelle, chère Galatea, il n'y a pas de doute à avoir. Il y a du talent, il y a une atmosphère, un style envoûtant, un tableau avec des jeux d'ombres et de lumière tamisées. Ca se lit facile et pourtant, il y a du travail ; ça se lit sans cesse, sans ennuie... Mélanger un décor, un quartier, un quotidien à un état d'esprit, c'est peut-être d'un classique mais pas forcément d'une maîtrise réussie comme ici.

J'aurai aimé lire la version du "pauvre" Hector, pour savoir si lui aussi voyait, ressentait le monde comme celle qu'il venait de croiser. Comme quoi, il ne suffit pas de partager son intime pour être combler... et créer un après ! Il manque autre chose.

Peut-être le plaisir d'écrire.

Bien à vous, et vivement la suite



Salut dorémilasoul,
c'est vrai que le village lpdp offre beaucoup de points d'arrêt intéressant. On fouille , visite et laisse un comment selon le goût de chacun et le temps à disposition. Personnellement je lis tant , je commente si je trouve quelque chose à dire...

A' propos de ma nouvelle je trouve que tu es généreux mais encourageant...
Alors, grâce à ta suggestion, je vais essayer de voir ce que pense Hector...


Merci !

galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
dandy d'Hygie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
1120 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2013
Dernière connexion
30 novembre 2018
  Publié: 16 déc 2014 à 10:18 Citer     Aller en bas de page

bravo galatea; c'est très bien et plein de détails très imagés.
tu voulais mon avis: cela pourrait très bien être le point de départ d'un joli roman.
Amitiés, dandy

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
682 poèmes Liste
14765 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 février
  Publié: 16 déc 2014 à 11:17
Modifié:  14 oct 2016 à 12:37 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de dandy d'Hygie
bravo galatea; c'est très bien et plein de détails très imagés.
tu voulais mon avis: cela pourrait très bien être le point de départ d'un joli roman.
Amitiés, dandy




Tu me flattes Dandy ! Oui, je crois vouloir insister avec ces chasseurs, ils me sont vraiment proches


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 874
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0539] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.