Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 380
Invisible : 0
Total : 382
· Tychilios · Amanda
13167 membres inscrits

Montréal: 13 déc 06:53:29
Paris: 13 déc 12:53:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Head Hunter. La Chasseuse 1 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14867 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 26 nov 2014 à 08:25
Modifié:  26 nov 2014 à 16:53 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Rodhes - run
Nom du site

Encore un novembre dangereux.
L’autoroute M3 est un splash lumineux les soirs de pluie et de brouillard. Je passe à côté de la grande forêt et toutes mes peurs bouillonnent me rappeler la folie de mes sorties nocturnes.
Lundi au boulot, ce retour se transformera en récit humoristique entre Millie, Cindy et moi je retrouverai l’envie de chercher encore, je ne me souviens plus quoi.
Je ne crois pas boire vraiment. Mais trois verres de vin rouge je les goûte habituellement comme j'aimerais savourer les regards d’admiration de mon partenaire sur le dance floor. Dommage qu’il arrive à Brixton, avec son ami, déjà complet de whisky, un corps qui bouge au rythme de la musique, un corps qui me charme pour l’insaisissabilité de son esprit.
Mon Ben Gazzara du 21ième siècle, mon homme du Kent, murmure doucement ses rages et son désir de m’avoir juste avec son accent, sa face de Janus cache si bien le vide d’une vie riche seulement d'échecs.
Moi je gratte en permanence autour de ces conteneurs British un peu défaits, flottants sur les eaux boueuses de leurs quotidiens.
Ma dentelle inutile et chère autour de mes cuisses, me réchauffe mal, surtout car encore une fois elle n'a pas ouvert une communication visuelle, une approche à la découverte globale.
Je vais l’admirer et effleurer avec la lenteur -indispensable- toute seule dans ma chambre plus tard, si j’arrive à remonter cette marée de trafique qui semble m'ensevelir derrière ma voiture et qui de chaque coté crée l’irréelle multiplication des gouttes en kaléidoscope cauchemardesque.
Avec moi, pendant ce retour baigné de pluie empoisonneuse, densément noire de nuit , j'emmène le froid d’un dance sensuelle mais à la participation divergente.
Il y a une heure, j'étais là : libre, tendre, mes sens alertés pour cueillir un instant de communication profonde, le désir de mon être, pas la fougue de n’importe quelle femme. Mais non, je sors, parfois deux soirs par semaine, je fabrique l’anticipation fantastique aux ourlets érotiques de mes sorties décevantes et je suis prête à recommencer ce jeu sans gagnants.
Hier, en achetant le vernis gris pour mes ongles, j’ai entrevu Alex.
Elle avait l’air repue de la fille sédentaire, qui a arrêté la recherche de l’homme, au moins pour un temps. Son Richard a l’air bête mais il aime la compagnie de ses amies, boit au pub avec elle, ne regarde pas les autres filles pendant leur tour des cafétérias le samedi après midi, il l’aide même à remettre en ordre les deux fauteuils de leur salle de séjour, avant de sortir avec son chien.
Presque arrivée, enfin !
Encore deux kilomètres de route pour passer devant Ascot racecourse et je suis chez moi. J'espère dormir et commencer avec le sourire mon dimanche bien méritée, les réflexions pourront attendre.
J’en ai fait seule, avec le support des amis, d’une amie; puis j’ai repris le train, la voiture, mon smartphone, mon portable pour attraper la vague d’un être qui m’a effleurée, juste par hasard et que j’ai mystérieusement voulu.



  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 26 nov 2014 à 09:18 Citer     Aller en bas de page

Mais trois verres de vin rouge je les goûte habituellement comme j'aimerais savourer les regards d’admiration de mon partenaire sur le dance floor. Dommage qu’il arrive a Brixton, avec son ami, déjà complet de whisky, un corps qui bouge au rythme de la musique, un corps qui me charme pour l’insaisissabilité de son esprit.
Mon Ben Gazzara du 21ième siècle, mon homme du Kent, murmures doucement ses rages et son désir de m’avoir juste avec son accent, sa face de Janus cache si bien le vide d’une vie riche seulement d'échecs.
Moi je gratte en permanence autour de ces conteneurs British un peu défaits, flottants sur les eaux boueuses de leurs quotidiens.
Ma dentelle inutile et chère autour de mes cuisses, me réchauffe mal, surtout car encore une fois elle n'a pas ouvert une communication visuelle, une approche à la découverte globale.
Je vais l’admirer et effleurer avec la lenteur -indispensable- toute seule dans ma chambre plus tard...



Captivé par ma lecture du début à la fin. Et comme toujours avec les nouvelles littéraires... on aimerait connaître au plus vite la suite... Le décor est déjà tellement bien et délicatement pixelisé par votre plume que la suite promet d'attiser tous nos sens. Impatient de vous relire.

Amicalent et bien à vous chère Lilia.
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14867 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 26 nov 2014 à 09:30 Citer     Aller en bas de page

Citation de actuaire

Mais trois verres de vin rouge je les goûte habituellement comme j'aimerais savourer les regards d’admiration de mon partenaire sur le dance floor. Dommage qu’il arrive a Brixton, avec son ami, déjà complet de whisky, un corps qui bouge au rythme de la musique, un corps qui me charme pour l’insaisissabilité de son esprit.
Mon Ben Gazzara du 21ième siècle, mon homme du Kent, murmures doucement ses rages et son désir de m’avoir juste avec son accent, sa face de Janus cache si bien le vide d’une vie riche seulement d'échecs.
Moi je gratte en permanence autour de ces conteneurs British un peu défaits, flottants sur les eaux boueuses de leurs quotidiens.
Ma dentelle inutile et chère autour de mes cuisses, me réchauffe mal, surtout car encore une fois elle n'a pas ouvert une communication visuelle, une approche à la découverte globale.
Je vais l’admirer et effleurer avec la lenteur -indispensable- toute seule dans ma chambre plus tard...



Captivé par ma lecture du début à la fin. Et comme toujours avec les nouvelles littéraires... on aimerait connaître au plus vite la suite... Le décor est déjà tellement bien et délicatement pixelisé par votre plume que la suite promet d'attiser tous nos sens. Impatient de vous relire.

Amicalent et bien à vous chère Lilia.
actuaire



Merci Actuaire pour votre lecture attentive et...appréciative...Il y a quelque chose dans les personnages de mon Head Hunter qui promet encore ..., On verra

lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 26 nov 2014 à 17:38 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir chère Lilia,

Ravie de te lire dans ce registre des nouvelles littéraires. Tout comme actuaire, je vais attendre la suite.
Merci de ce partage !


Toutes mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14867 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 26 nov 2014 à 19:09 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir chère Lilia,

Ravie de te lire dans ce registre des nouvelles littéraires. Tout comme actuaire, je vais attendre la suite.
Merci de ce partage !


Toutes mes amitiés

Sybilla



Merci Sybilla , je crois être assez prise en ce moment par les personnages de Head Hunter....



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1079
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0217] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.