Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 334
Invisible : 1
Total : 339
· Rousselaure · Persona non grata · Hubix-Jeee · Lis tes ratures
12982 membres inscrits

Montréal: 25 juin 15:07:47
Paris: 25 juin 21:07:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (juin 2018) : "Nuit(s) blanche(s)" :: Sleeplessness Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
71 commentaires
Membre depuis
22 avril
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 7 juin à 06:38
Modifié:  9 juin à 08:23 par Amanda
Citer     Aller en bas de page


SLEEPLESSNESS

J'ai voyagé vers l'ouest en chevauchant les vents
Jusqu'à la ville des illusions tremblantes
Qui m'a transformée en un rien de temps
En ombre mouvante.
Et, maintenant, errante,
Je suis perdue dans ce jardin de ciment armé.
J'y croise des gens aux sourires estompés
Qui portent dans leurs cœurs un chagrin qui les ronge.

Dans le soleil couchant, d'autres ombres s'allongent
De plus en plus nombreuses, elles affluent ici
Faisant monter ma fièvre et la peur qui me scie
Dans l'attente de l'aube
Qui toujours se dérobe.
J'ai fait ce qu'on m'a dit
Et j'ai été trahie.

Maintenant je ne suis rien de plus qu'une silhouette pâle
Perdue qui cavale, dévale, dans ce banal dédale.
Les plaines de béton qui ne cessent de croître me broient,
Et le souffle immuable des voitures me noie
Juste au moment où je vois les murs se refermer.

D'une façon ou d'une autre, je dois m'échapper.

À l'est, le soleil ouvre un œil puis se lève.
Dérivant à travers mon insomnie,
Je me réveille dans un rêve.
Et c’est inouï,
Ça devient encore plus bizarre.


AMANDA SMITH SKINNER

Sleeplessness : Insomnie

 
Drôle d'oiseau


La poésie est une source et nous irons tous y boire....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
2915 commentaires
Membre depuis
23 avril 2016
Dernière connexion
22 juin
  Publié: 7 juin à 09:55 Citer     Aller en bas de page

Bizarre..Vous avez dit bizarre?

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
389 poèmes Liste
20488 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 7 juin à 11:14 Citer     Aller en bas de page

C' est dans le domaine de l'étrange, mais où les insomnies nous mènent , alors tu l'as très bien décrit, dans l'attente de l'aube qui toujours se dérobe, là je pense que la nuit s'éternise pour toi.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
71 commentaires
Membre depuis
22 avril
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 9 juin à 08:02 Citer     Aller en bas de page

Citation de Drôle d'oiseau
Bizarre..Vous avez dit bizarre?


Bravo, c'est très original

Citation de ode3117
C' est dans le domaine de l'étrange, mais où les insomnies nous mènent , alors tu l'as très bien décrit, dans l'attente de l'aube qui toujours se dérobe, là je pense que la nuit s'éternise pour toi.
Bien amicalement ODE 31 - 17


Thank pour les félicitations.
La nuit s'éternise mais pas pour moi; seulement pour l'héroïne de l'histoire.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1235 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
22 juin
  Publié: 9 juin à 15:00 Citer     Aller en bas de page

Tout en subissant le cycle de la vie, une rêveuse, insomniaque dans son rêve (ou son cauchemard), ne sait pas si elle se réveille ou si elle change juste de réalité. En fait, je pense qu'elle le sait. Double peine : insomniaque des deux côtés. Quelle horreur ! M'enfin, c'est comme ça que je le vois. Merci du partage, Amanda ! À bientôt !

 
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
1583 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 10 juin à 02:32
Modifié:  10 juin à 02:33 par  Xenia
Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup cette représentation de l'insomnie qui nous emmène dans un monde parallèle, il y a, pour moi, un zeste de science fiction qui me plait

  Critiques acceptées
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
71 commentaires
Membre depuis
22 avril
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 10 juin à 03:33 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
Tout en subissant le cycle de la vie, une rêveuse, insomniaque dans son rêve (ou son cauchemard), ne sait pas si elle se réveille ou si elle change juste de réalité. En fait, je pense qu'elle le sait. Double peine : insomniaque des deux côtés. Quelle horreur ! M'enfin, c'est comme ça que je le vois. Merci du partage, Amanda ! À bientôt !



Citation de Xenia
J'aime beaucoup cette représentation de l'insomnie qui nous emmène dans un monde parallèle, il y a, pour moi, un zeste de science fiction qui me plait



Vos commentaires me font plaisir.
Je ne savais si j'arriverais à traduire ce que je voulais faire ressentir.
À savoir, un cauchemar qui se prolonge au "réveil" par un passage de l'autre côté du miroir et que j'évoque dans les trois dernières phrases du texte.
En vous lisant, je constate que j'ai vu juste.

Thank you both .

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 318
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0379] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.