Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 37
Invisible : 0
Total : 37
13169 membres inscrits

Montréal: 23 août 05:23:35
Paris: 23 août 11:23:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Head Hunter- De la part de Mark... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 4 jan 2015 à 12:21
Modifié:  26 mai 2018 à 14:03 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

photo personnelle



Crying times
Nom du site



Les fêtes enfin dans le tiroir, on peut commencer à réfléchir.

Les semaines passées ont été frénétiques, l'envie de couple paroxystique.

Au bureau on n'arrivait plus à dialoguer, toutes les pensées, les gestes semblaient focalisés sur la nécessité de nous faire devenir aimables, attirants, capables de réussir à nous garantir un partner pour les soirées, pour les party-time effrénés.

La solitude, pour des semaines, a été l'ennemi numéro UN des divorcés à la recherche d'un nouveau compagnon, des célibataires désireux d'avoir au moins un instant de douceur à signaler dans la plaine dépouillée et aride de leur vie sentimentale.

Lundi, après une heure de sédimentation des émotions post-Noël, on recommencera à vivre, à faire du planning de la normalité et à considérer le retour chez soi à coté de maîtresse la solitude presque un privilège.

Ce soir, pendant que je flâne in Oxford Street, la foule des preneurs de soldes m’entoure, m'effleure, moi pôle insensible de l'achat merveilleux qui peut garantir statuts et satisfactions de possesseur.

Les passants, leur plan de bataille dans leur GPS mental, jouent leur rôle de conquérants pour s’apprivoiseur de biens.

Ils sont là, dans les avenues, prêts à combattre pour gagner l’accès, entrer avant la disparition du gadget Graal ou des chassures/escarpins, symbole d’une avancée douloureuse dans cette vie.

La course des rats consommateurs se déploie devant mes yeux et j’observe à la fois intrigué et distant, les vitrines de Selfridges.
”Chaque vitrine évoque une fable surreal ou un livre classique, chacune avec une vision, torsion à la Selfridges, bien sur”.

Comme pour d’autres situations de la vie, il ne faut pas participer à cette chasse à l’objet sans une préparation, sinon on risque de devenir cible sans défense de l’accumulation inutile et coûteuse d’un faux-glamour qui obscurcit notre bonheur plutôt que le faire évidencier.

L'écharpe autour de mon cou tient à peine dehors, le froid qui me prend en revenant sur la semaine dernière, sur mes rencontres, sur Elle.
Ma jolie a désormais silencé ses quelques soucis de vie sans voiles et pousse le jeu vers de confins qui me laissent sans mouvement du coeur.

Être mâle agréable, même attirant, sensible et avec un vrai penchant pour la compréhension de la psyché de la femme, me rend vulnérable, je crois.

Mais je n’ai jamais rêvé, désiré de devenir objet de consommation pour entrer dans les catalogues de filles libérées, ni sujet de comparaison en minutes et centimètres pour chaleureuses élégantes maquillées, même à leur intérieur.

La femme vivante, bien équipée, sans le soutif mental de l’accumulation de sensations et de rencontres adrénaliques pour réchauffer sa glaciale existence de corps en mouvement sur l'échiquier des relations, ne me prend plus.

Addio, mia bella !
Nom du site

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
3 août
  Publié: 5 jan 2015 à 11:56 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir chère Lilia,

Tout d'abord, je te souhaite une très belle Année 2015 !
Chaque année, à la période des soldes, c'est la ruée vers l'or !
Pour ma part, depuis qu'une femme avait un jour arraché un vêtement que je tenais dans mes mains et qu'il a été déchiré en deux...mdr , j'attends la deuxième ou troisième semaine si j'ai l'intention de faire les boutiques...
Quand au reste de ton écrit, tu as raison, il faut toujours rester soi-même !


Toutes mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 5 jan 2015 à 13:43 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir chère Lilia,

Tout d'abord, je te souhaite une très belle Année 2015 !
Chaque année, à la période des soldes, c'est la ruée vers l'or !
Pour ma part, depuis qu'une femme avait un jour arraché un vêtement que je tenais dans mes mains et qu'il a été déchiré en deux...mdr , j'attends la deuxième ou troisième semaine si j'ai l'intention de faire les boutiques...
Quand au reste de ton écrit, tu as raison, il faut toujours rester soi-même !


Toutes mes amitiés

Sybilla



Les soldes...j'y suis déjà allée mai avec ma liste...
Bonne année, chère amie et merci pour ta lecture !




lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 900
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0247] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.