Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 184
Invisible : 0
Total : 184
13154 membres inscrits

Montréal: 8 déc 15:00:40
Paris: 8 déc 21:00:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Head Hunter- La chasseuse-3 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 16 jan 2015 à 09:05
Modifié:  17 jan 2015 à 04:22 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Amy Winehouse - Love Is A Losing Game
Nom du site


Avant d’ouvrir la porte, Samantha, ma voisine, me salue et me demande si tout est allé bien à l'aéroport.
Je lui souris, contente de profiter d’un peu de conversation.

Depuis l’attentat à Paris, la surveillance est capillaire à Heathrow.
Les passagers font des queues encore plus longues et je vois les clients nerveux, avec un besoin presque primitif de s'éloigner d’un lieu devenu trop dangereux.
J'invite mon amie à prendre une tasse de thé, pendant que je commence à préparer le dîner pour les enfants.

Son hijab azur poudré couvre à peine son front grand, bien bombé, qui fait un magnifique pendant avec ses lèvres charnues et belles de fille calédonienne.
Veuve d’un silencieux, bel algérien, à 47 ans, s’est remariée avec un neveu de 29, connu et aimé pendant la bataille avec le cancer de son mari.
Il est arrivé en Angleterre peu après la mort de l’oncle et il s’est installé chez elle. La recherche pour un job peut attendre...

Parmi mes amies, Sam aussi a eu un destin spécial, un parcours de vie particulier comme le mien, traversé par des changements soudains et radicaux.
Elle vit sa nouvelle religion avec un mix de confort et d’ insensibilité, comme si son choix de devenir musulmane avait une importance juste pour elle, ses enfants ou la relation avec son homme.

Après avoir connu Majid, moi aussi je suis entrée, violemment, entre les contradictions et les symboles d’une religion qui semble charmer des anglais aussi et que les musulmans - que j'ai connus - défendent seulement comme bouclier puissant pour donner dignité à leur identité.

Parfois, il m’arrive de chercher sur Internet la traduction d’un mot, d’un dessein mirabile qui cache un lien magique avec une civilisation que je ressens splendide et à la fois pénalisante pour un esprit comme le mien.

Majid n’est pas un croyant, il me dit.
Son Coran, déposé parmi ses affaires, dans un coin de notre chambre, semble avoir la même non-valeur indispensable d’un crucifix pour une italienne.
Rarement nous avons abordé le sujet religion pendant nos conversations de l’après...
Nous sommes deux indifférents de la religion de nos ancêtres, pas par choix, mais juste parce que trop pris par notre désir, besoin de vivre sans les angoisses qui peuvent tomber d’un ciel distant et pratiquement disparus de nos horizons.

Il y a deux ans, je l’ai connu au Cafè Nero de Windsor.
Ce jour-là de septembre, il avait son sourire de canaille qui veut nager à tout prix, qu’importe si c'est dans une piscine, un lac ou un océan en tempête.

Il était arrivé de Dijon avec son frère et ici, distant des préjudices d’une France “trop proche” dans les transformations de son pays, il a trouvé le courage de se lancer dans la restauration de classe.
Fier de son petit restaurant à côté du château de Windsor, il flâne sur les trottoirs de Thames street ou dans les ruelles à coté de Peascod Street, satisfait d’avoir su s’affirmer ici, parmi les snob libres de vivre selon leur goût et sensibilité.

Mon Majid double-face, a un visage pour le marketing et la promotion de son business et sait mentir merveilleusement sur la solidité de son investissement.

C’est dans mes bras qu’il laisse sortir, sans remords, la peine d’avoir quitté son bled sur les montagnes d’une Algérie distante et sans connexions avec notre monde.
Sa mère de 52 ans est le modèle vénérable de femme qui lui fait goûter, avec volupté mon corps, ceux des autres femmes des alentours et qui lui fait dormir un sommeil de pacha quand il me ment ou revient reprendre son paquet de cigarettes et des papiers pour le conseiller commercial, après un mois de vacance dans une autre alcôve.

Il a besoin de peu, il faut dire.
Il part sans laisser entendre qu’il a un dessein pour la nuit ou pour les prochaines nuits et revient, les mains vides, comme la première fois que je l’ai invité chez moi.

Sam s’en va. Son accent écossais fort, sympa, me fait réfléchir comme d'habitude, sur son apparente vie incongrue et sa sérénité.

Je ne lui raconte plus mes nuits de solitude ou d’amour violent qui laisse toujours ouverte et battue par le vent, la fenêtre de mon coeur.
En buvant notre long thé à la menthe on a naïvement répété que seulement l’amour, la compréhension, l'acceptation mutuelle entre les individus, les nations peuvent éradiquer le terrorisme.

Devant moi, le miroir de la salle de bain semble vouloir souligner que mes bras sont trop longs et accueillants, ils me rappellent le physique d’Amy Whinehouse et peut être aussi son désespoir...

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 17 jan 2015 à 04:42 Citer     Aller en bas de page

C’est dans mes bras qu’il laisse sortir, sans remords, la peine d’avoir quitté son bled sur les montagnes d’une Algérie distante et sans connexions avec notre monde.
Sa mère de 52 ans est le modèle vénérable de femme qui lui fait goûter, avec volupté mon corps, ceux des autres femmes des alentours et qui lui fait dormir un sommeil de pacha...


J'aime lire cette plume subtile qui sait si bien peindre la quintessence en quelques mots d'un paysage, d'un ressenti, d'un simple autre humain ou d'une tendance sociétale.
Une ambiance apaisante se dégage de ce texte aux arômes de la nostalgie...

Merci chère Lilia de faire partager votre monde poétique si particulier, plein de charme et de délicatesse.

actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 17 jan 2015 à 05:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de actuaire
C’est dans mes bras qu’il laisse sortir, sans remords, la peine d’avoir quitté son bled sur les montagnes d’une Algérie distante et sans connexions avec notre monde.
Sa mère de 52 ans est le modèle vénérable de femme qui lui fait goûter, avec volupté mon corps, ceux des autres femmes des alentours et qui lui fait dormir un sommeil de pacha...


J'aime lire cette plume subtile qui sait si bien peindre la quintessence en quelques mots d'un paysage, d'un ressenti, d'un simple autre humain ou d'une tendance sociétale.
Une ambiance apaisante se dégage de ce texte aux arômes de la nostalgie...

Merci chère Lilia de faire partager votre monde poétique si particulier, plein de charme et de délicatesse.

actuaire



Cher ami...je te remercie bien pour ta lecture et pour "m'encourager".
Depuis quelque temps je commence à formuler l'idée d'écrire un roman. Ces esquisses sont des préliminaires pour apprendre un peu à écrire sur les mêmes personnages avec un minimum de profondeur.
Je n'aime pas les dialogues et j'ai une vraie passion pour l'écriture d'Anita Brookner...
http://www.universalis.fr/encyclopedie/anita-brookner/



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 17 jan 2015 à 05:31 Citer     Aller en bas de page

Un magnifique projet... sans projets la vie devient monotone... au plaisir de vous lire... tu y arriveras.
Bien à toi
Etienne

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 17 jan 2015 à 09:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de actuaire
Un magnifique projet... sans projets la vie devient monotone... au plaisir de vous lire... tu y arriveras.
Bien à toi
Etienne



C'est un projet que un peu tous les passionnés de l'écriture caressent à un certain moment. Avoir au moins un lecteur est le but



Zèle D'amour :: Posté : 2015-01-17 05:59:02
Merci pour ce texte: j'aime l'équilibre que tu crées ni trop loin, ni trop proche comme tu es aussi très direct,ça fait ressortir ta personnalité.


Même si l'histoire n'est pas autobiographique ...le regard est sans doute le mien
Merci !

galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 17 jan 2015 à 16:56 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir chère Lilia,

Une histoire que tu as su raconter avec tout le brio que tu sais apporter à tes textes ou poésies !
Merci de ce très beau partage !


Toutes mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 18 jan 2015 à 02:10 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir chère Lilia,

Une histoire que tu as su raconter avec tout le brio que tu sais apporter à tes textes ou poésies !
Merci de ce très beau partage !


Toutes mes amitiés

Sybilla


Merci Sybilla ...mes difficultés me font écrire comme tu vois. J'aimerais être plus riche mais mon français artificiel et nourrit seulement de mes lectures ne me permet pas d'utiliser variations particulières dans l'écriture.

Bon dimanche !


lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
260 poèmes Liste
8815 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 18 jan 2015 à 11:17 Citer     Aller en bas de page

merci GALA,
j'ai investi ce voyage avec énormément de plaisirs.
pour y être aller, j'ai ressenti ces dimensions comme si j'y étais. (lieux, dépaysement et cultures)
j'ai toujours autant de plaisir à te lire.
as-tu déjà la trame de ton roman ?
t'es-tu programmer des assiduités d'écritures ?
devrons-nous moins te lire sur LPDP ?
à bientôt SAM.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 18 jan 2015 à 15:15
Modifié:  18 jan 2015 à 15:17 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de samamuse
merci GALA,
j'ai investi ce voyage avec énormément de plaisirs.
pour y être aller, j'ai ressenti ces dimensions comme si j'y étais. (lieux, dépaysement et cultures)
j'ai toujours autant de plaisir à te lire.
as-tu déjà la trame de ton roman ?
t'es-tu programmer des assiduités d'écritures ?
devrons-nous moins te lire sur LPDP ?
à bientôt SAM.




Ravie Sam si j'ai su, pour un moment, te faire voir un ailleurs...

Please...ne me croit pas si bonne à écrire, je dois encore gratter longuement ma plume avant de débuter avec une vraie histoire...




galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1111
Réponses: 8
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0491] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.