Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 42
· Poégraphe · Mawringhe · Tychilios
13267 membres inscrits

Montréal: 19 oct 16:54:46
Paris: 19 oct 22:54:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Déchirure Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
zobaii


vaut mieux un qui se déplace que cent qui cherchent ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
16 juin 2015
Dernière connexion
21 juin 2015
  Publié: 16 juin 2015 à 08:49
Modifié:  18 juin 2015 à 03:30 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

DÉCHIRURE


Tout a commencé quand j'étais petit et que j'avais douze ans,
mes parents se séparaient, détruisant derrière deux petits enfants,

Mon père m'abandonnait en laissant un mot sur la porte d'entrée,
en disant tout simplement qu'il ne reviendrait plus jamais.

Ma mère s'occupait de nous avec tout l'amour qu'elle pouvait,
mon immense tristesse était trop grande, jamais elle n'y arriverait !

Papa où est ma famille que j'ai tant adulée ?
En nous laissant là, tu détruis, tout ce que j'ai idolâtré !

Je pleure, je pleure, je pleure, je pleure, je pleure, j'ai tant pleuré,
tu as essayé de me consoler, je te crois plus désolé !

Depuis cet abandon là, je ne crois plus en l'espoir,
je ne crois plus en personne, imagine mon désespoir !

J'écris ces quelques mots pour pouvoir me donner du courage,
si je devais te haïr, il y aurait des milliers de pages !

Je t'ai pardonné, je l'ai cru après toutes ses années,
mais je me suis aperçu qu'au fond de moi je te hais.

Mon cœur saigne, je me noie, tu as laissé une déchirure,
mon corps pleure, et là je me bats pour me créer une armure.

Je n'arrive plus à faire confiance au monde qui m'entoure,
je sais qu'à un moment donné, de moi tu feras un détour.

Voilà la fin de mon poème, je veux vous laisser entrevoir,
pour m'en sortir, je ferais tout pour retrouver l'espoir !

  a la recherche de la délivrance
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15666 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 16 juin 2015 à 11:50 Citer     Aller en bas de page

bienvenue
dans le divorce
c'est les enfants qui payent
les pots casses

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Vénusia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
135 poèmes Liste
3587 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 16 juin 2015 à 12:03 Citer     Aller en bas de page

bienvenue sur lpdp et merci pour ce texte plein d'espoir et de hargne pour y croire
bonne soirée

 
zobaii


vaut mieux un qui se déplace que cent qui cherchent ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
16 juin 2015
Dernière connexion
21 juin 2015
  Publié: 17 juin 2015 à 07:26 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
merci pour vos messages,
il y a de très belles poésies sur ce sites !!
à bientôt !

  a la recherche de la délivrance
Mona Lisa


Les femmes aiment fort à sauver qui les perd.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
18 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
7 mars 2017
  Publié: 20 juin 2015 à 18:44 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup se retrouveront dans tes mots. La séparation de ceux qui nous ont mis au monde laisse une cicatrice profonde et indélébile qui fera de nous les adultes d'aujourd'hui. On essaiera de ne pas reproduire le même schéma, on luttera de toutes nos forces pour l'amour de nos enfants car on sait le mal que cela peut faire mais en vain. A ce moment, on comprend et on finit par pardonner ! Sois heureux!☺

 
zobaii


vaut mieux un qui se déplace que cent qui cherchent ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
9 commentaires
Membre depuis
16 juin 2015
Dernière connexion
21 juin 2015
  Publié: 21 juin 2015 à 16:27 Citer     Aller en bas de page

merci a tous ,
oui déchirure est bien le terme employé , car encore une fois c'est les enfants qui trinquent ,et pardonner, oui, je l' ai fait mais au fond de moi....
je ne trouve pas encore assez d'amour en moi pour pouvoir me libérer !!
Mais j'y arriverais !!!
lol

  a la recherche de la délivrance
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 573
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0294] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.