Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 229
Invisible : 1
Total : 235
· Lachésis (Moirae) · Dionysus · DEFRAIN Dimitri · Andesine
Équipe de gestion
· Adamantine
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 07:04:57
Paris: 31 mai 13:04:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Nocturnes Blanches Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 12 août 2014 à 06:35
Modifié:  12 août 2014 à 07:15 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page


Nocturnes blanches, un enfant dort...
Une veilleuse près de son corps...
Un sursaut et tout s'évapore...
Les corridors font mal d'aurore...

On devient grand, les mains aimées
Qui consolaient, qui caressaient,
Laissent une empreinte, une senteur,
Dans le sillage des jours menteurs...

Frappent à la vitre, passent murailles,
Elles se blottissent dans les coins noirs,
Posent leurs index sur ma bouche,
Presque sévères, presque farouches...

Pleuvent les lunes et les années,
Je suis de buis sous la cognée,
Rien ne me touche, apparemment,
Saules-pleureurs, allez-vous-en !

L'averse bue à la renverse,
Me rend léger, adieu tristesse !
Divine ivresse, vin des aïeux,
Qui se vendangent dans vos yeux !

Traits de sanguines, lavis des rues,
Là où cheminent nos pas perdus,
Dans la moiteur d'un été gris
Où les hiboux titubent aussi...

Caché derrière le drap bleui
D'une aube brève, je m'enfuis...
Je me dépêche de revenir
Là où je crèche, sans souvenirs...



-Riagal, au matin du 12/08/2014 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 12 août 2014 à 07:41 Citer     Aller en bas de page

Hello,
Au petit matin, L'autre très Amon, quand le soleil ne mord pas encore la peau. hé d.gare, tout en haut, le passe-muraille a aymé ces mots : logique, y'a un Sacré-choeur, là-dessous.
Je remarque que tout est rimé, un pouèm tout frais, tout de rosée vêtu. C'était la pleine lune hier, çà tombe comme Mars en Carême, Vincent (un viticulteur de Vous-vraie).

Bon, moi, vais me remettre à la pétanque !
Bisous AmonTiger

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16342 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 12 août 2014 à 10:46 Citer     Aller en bas de page

j'ai aimé ma lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
711 poèmes Liste
15165 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 12 août 2014 à 12:31 Citer     Aller en bas de page

Traits de sanguines, lavis des rues,
Là où cheminent nos pas perdus,
Dans la moiteur d'un été gris
Où les hiboux titubent aussi...

Caché derrière le drap bleui
D'une aube brève, je m'enfuis...
Je me dépêche de revenir
Là où je crèche, sans souvenirs...


Je suis fort, je suis fort ...je dois être fort malgré la marée de tendres , intenses souvenirs et l'envie de les revivre encore...

toccante !


lilia


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 12 août 2014 à 12:58 Citer     Aller en bas de page



Bonjour RiagalenArtem,

De très belles émotions en ce poème aux doux souvenirs en ta plume
Merci de ce partage !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 13 août 2014 à 03:33 Citer     Aller en bas de page


Celui-ci.. scotchée...

Je sais ta peine à évoquer la nostalgie, et tes efforts pour l'oublier...

Je le garde...pour le relire, encore, encore....

Merci Riagal

Biz

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22874 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 13 août 2014 à 09:31 Citer     Aller en bas de page

Je partage les mots de SIDONIE, et en relisant ce poème qui me touche beaucoup, il me semble entendre pour l'accompagner une composition de Chopin...
Que tu écris bien cher RIAGA.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15508 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 13 août 2014 à 12:02 Citer     Aller en bas de page

"Pleuvent les lunes et les années,
Je suis de buis sous la cognée,
Rien ne me touche, apparemment,
Saules-pleureurs, allez-vous-en !"...

pas si sur... mais il faut donner le change....

Alex

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 16 août 2014 à 07:46
Modifié:  16 août 2014 à 08:26 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Hello,
Au petit matin, L'autre très Amon, quand le soleil ne mord pas encore la peau. hé d.gare, tout en haut, le passe-muraille a aymé ces mots : logique, y'a un Sacré-choeur, là-dessous.
Je remarque que tout est rimé, un pouèm tout frais, tout de rosée vêtu. C'était la pleine lune hier, çà tombe comme Mars en Carême, Vincent (un viticulteur de Vous-vraie).

Bon, moi, vais me remettre à la pétanque !
Bisous AmonTiger


@ A l'aube, Sist', nuance...avant que le Dieu Râ ne se lève...;-) Sinon, bonne références à Isidore qui ne s'est pas cassé, à Edgar et ses Tales, etc...Et les rimes, sp'as vraiment voulu, c'est venu comme ça. La pleine lune ne me rend pas toqué (c'est déjà fait !)
Kisses !

@ Sybilla : merci zitou de ton agréable passage sous mes lignes...avec ttes mes amitiés :-)

@ Merci Mido ! Avec mes amitiés :-)

@ Lilia : Sono felice che tu sia venuto, cara.
Grazie ! Che regalo...
Baci !

@ Léon : "Bâtisseur de cathédrale en vous" ...c'est un beau compliment. Je "vous/t'en"... remercie, j'aime bien l'image de ces artisans qui n'épargnaient pas leur temps et glissaient dans les pierres quelques messages secrets et insolents.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 16 août 2014 à 08:18 Citer     Aller en bas de page

Citation de Sidonie

Celui-ci.. scotchée...

Je sais ta peine à évoquer la nostalgie, et tes efforts pour l'oublier...

Je le garde...pour le relire, encore, encore....

Merci Riagal

Biz


Je sais aussi Sidonie qu'elle est la tienne et celle d'autres...mais la nostalgie est plus belle quand elle s'habille de brume...et qu'elle reste en coulisses, côté cour. Côté jardin, on peut y voir tout autre chose...Des lueurs.
Merci de l'avoir aimé et gardé, ce petit texte en demi-teinte.
Bises !


@ Ode ma Cigogne : Les Nocturnes de Chopin, pourquoi pas. Je n'avais qu'une mélodie en tête...celle de la pluie (c'est très gai la chanson de la pluie^^). Tu la chantes comme tu veux. Merci d'avoir posé tes ailes sur cette petite "partition"...
Kisses...

@ Alex : Donner le change ? Ce qui est dans l'"intime" doit le rester (ça n'engage que moi), en l'exprimant "autrement"...un peu comme des "dessous chics" made by Gainsbourg, version young man...;-)
Plein de Bisous à toi et merci de tes passages...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 24 nov 2014 à 00:08 Citer     Aller en bas de page

Je te retourne ce merci dans des nocturnes plus blanches que jamais, Peau-d'âme.;-)
Riagal

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1567
Réponses: 10
Réponses uniques: 8
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

La fleur du renouveau (Autres)
Auteur : josette
Papier Japonais (Autres)
Auteur : Catwoman
C'était peut-être toi... (Autres)
Auteur : Xenia
Scène D'amour (Amour)
Auteur : mido ben
L'émotion Artistique (Tristes)
Auteur : L’Hirondelle
Dans les bras de l'onde (Autres)
Auteur : Xenia
violent orage (Autres)
Auteur : josette
Langue de bois (Citations personnelles)
Auteur : Marinos
La clef magique (Citations personnelles)
Auteur : NoRa CherrAt
Banalement... (Autres)
Auteur : Messaline
La petite souris des dents de lait (Autres)
Auteur : Klafooty
(Autres)
Auteur :
Mon îlot de verdure (Autres)
Auteur : Lise
vie (Citations personnelles)
Auteur : NoRa CherrAt
L'hibiscus de jardin (Autres)
Auteur : josette

 

 
Cette page a été générée en [0,0598] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.