Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 14
13154 membres inscrits

Montréal: 25 févr 23:53:20
Paris: 26 févr 05:53:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Lettre À Paris, - De Montréal, avec Amour. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
9 février
  Publié: 27 juil 2012 à 03:55
Modifié:  27 juil 2012 à 14:31 par MonCielEstCrypté
Citer     Aller en bas de page

« Allons... Ce n'est tout de même pas les Québécois qui vont nous apprendre à parler français, tout de même ! »


Paris, ma très chère,


Cette citation me vient tout droit de la bouche de ton petit nabot Thierry Ardisson. Est-ce que tu pourrais t'occuper de lui et sa bande d'imbéciles sans rémission une bonne fois pour toute ? M'enfin, quand même, on s'en fout, comme tu dis.

Voilà. Je ne t'écris pas aujourd'hui pour t'apprendre à bien parler français ! Héhé, bien sûr que non ! Mais je sens le besoin de t'écrire parce que je crois qu'il y a tout de même une chose que je peux t'apprendre, du haut de mes petits quatre siècles.

Je peux t'apprendre... à mieux... défendre ta langue. Oui, Paris, je sais que tu va m'envoyer promener quand tu vas lire ça. Oui, je sais que tu rayonnes ton français comme aucune autre ne peut le faire, mais écoute-moi bien, Paris. Nous sommes entrés dans une époque terrible. Plus périlleuse qu'aucune autre auparavant. Alors tu dois m'écouter. Tu me dois bien ça. Moi qui ne t'ai jamais oubliée, qui ne t'ai jamais gardé rancune quand tu m'as abandonnée...

Une langue meurt en ce monde à chaque quatorze jours et je peux t'apprendre à défendre la langue que tu abrites.

L'époque nouvelle qui se présente devra être nommée. Elle devra être étiquetée et affichée sur les façades de tes murs. La réalité nouvelle, je l'ai côtoyée intimement, moi, pendant plus de deux cent cinquante ans, déjà. Elle parle anglais. Elle sait s'installer et prendre ses aises, crois-moi. Nul besoin de l’accommoder... Elle te le demandera bien, si ce n'est déjà fait. Il faut que tu apprennes à refuser. Je te l'accorde, j'ai bien du mal, moi aussi...

La nouvelle réalité doit être nommée. Les manuels d'instruction doivent être traduits. Les nouvelles techniques. Les minuscules technicités. Tout. Il faut que tu les baptise. Alors, il faudra que tu te remettes à inventer... comme autrefois, tu savais le faire!


Mél ? mél !?!
Courriel, merde ! Courriel !!!

Comment pouvais-tu refuser une si belle offrande ?

Je sais que tu aimais l'Amérique à en mourir... alors peut-être as-tu voulu lui ressembler un peu plus ? Mais, je connais bien l'Amérique, Paris. Je l'ai décrite et nommée et surnommée pendant que tu n'écoutais pas. Tu t'es laissée attendrir par des opportunités, des indiens et des cowboys... et du chewing-gum... Mais l'Amérique a changé, Paris. L'Amérique a changé pendant que tu ne regardais pas. L'Amérique est impériale, comme tu le sais sûrement. Mais l'Amérique ne conquiert que très peu de territoires, de nos jours. L'Amérique préfère conquérir les âmes et les esprits... Elle étend ses filets de déculture partout où elle peut trouver un point d'ancrage. Un mot. Une radio. Une revue. Un panneau d'affichage. Une bouche. Une tête.

Il faut que tu inventes ! Il faut que tu néologises !
Il faut que tu mettes au monde !
Il faut que tu sentes l'urgence... l'urgence ! de nommer ce qui naît.
Revoie ton latin... Revoie ton grec... Retrouve la force de modeler...
Raccourcis. Abbrévie. Allonge ! Conjugue ce qui ne se conjugue pas !
Ponctue où il ne faut pas ! Laisse-toi pétrir par le changement des siècles...
Laisse donc enfin tes banlieues toucher ton cœur !



Mais chante plus haut, Paris, chante !


Parce que si tu ne peux plus le faire... je meurs.

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
26 janvier
  Publié: 27 juil 2012 à 20:39 Citer     Aller en bas de page

Ceci ne serait-il pas en rapport avec une loi nouvellement votée au Québec instaurant la langue Française "obligatoire" dans les établissements, administrations etc... Tout en donnant "liberté" au autres langues de s'"émanciper"?

Je mets tout entre guillemets pour ne pas faire de lapsus.

Juste une question, pas plus.



Vitalic.

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1093
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0233] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.