Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 92
Invisible : 0
Total : 93
Équipe de gestion
· Maschoune
13108 membres inscrits

Montréal: 14 nov 00:02:55
Paris: 14 nov 06:02:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: désordre chronologique. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 6 nov 2010 à 06:58
Modifié:  6 nov 2010 à 08:38 par nejilesama
Citer     Aller en bas de page

Dieu m'a demandé
de me rendre à cet endroit
et de regarder
ce qu'il y avait à voir
et de croire
ce que je voyais.

quand je suis revenu
il n'était plus là
des démons ricanaient dans mon dos
et des anges fouillaient mes poches
avec des lames de rasoir.

Dans mes yeux
il y avait des rats
qui mangeaient
les petits morceaux encore vivants
de la misère
qui tombaient de mon regard.

J'ai appris à parler
pour pouvoir mentir
j'ai appris à survivre
pour ne pas connaître la vérité
et mon cœur
dans la salle des machines
se chauffait avec les mutins
en rêvant de hublots
éclairés de lunes
des ombres chinoises
embrassant le soleil levant.

J'ai mis le cap sur bientôt
avec de l'amour à revendre
et de la haine à même la peau
la fée dièse
chantait ma chanson
sur une illusion.

Le paradis
tel qu'il sera
est l'enfer
de ce que j'ai été.

 
FeudB

Correctrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
124 poèmes Liste
7091 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 6 nov 2010 à 12:20 Citer     Aller en bas de page

"J'ai appris à parler
pour pouvoir mentir
j'ai appris à survivre
pour ne pas connaître la vérité
et mon cœur
dans la salle des machines
se chauffait avec les mutins
en rêvant de hublots
éclairés de lunes
des ombres chinoises
embrassant le soleil levant."

j'aime ce mélange de noir et de lumière ici. En fait j'aime bien le tout, avec une préférence pour ce passage.

Amicalement

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 6 nov 2010 à 13:08 Citer     Aller en bas de page

merci feudebelt.
je l ai ecrit ce matin sur un banc en regardant mon gosse jouer avec son skate...
c est le bohneur qui me fait le plus peur.comme une bombe logée dans le coeur.
voilà d'où vient l'ambiguité que vous avez ressentie,sans doute.
merci encore.mandrinmodern.

 
alalea


et d'un si vis pacem, on baise amor....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
55 poèmes Liste
1141 commentaires
Membre depuis
28 septembre 2010
Dernière connexion
27 août
  Publié: 6 nov 2010 à 19:54 Citer     Aller en bas de page

Je te dis... tes mots, magnifiques pour moi!
vraiment...

Sans rime, tu exprimes
des douleurs pleines de heurts.

N'étant pas rimerimerime, j'avoue
mais plus tripetripetripe...
J'ai lu et relu ta haine-amour et ton amour-haine...
j'adore...
xx

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 11 nov 2010 à 13:39 Citer     Aller en bas de page

alalea,ce que vous aimez me convient tant que je convient a ce que vous aimez.
james,la tartiflette vous a plus? rendez vous au prochain "tome"
amitié du coin.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1050
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0543] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.