Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 18
13206 membres inscrits

Montréal: 20 sept 21:14:21
Paris: 21 sept 03:14:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Quelques fleurs pour la route - Chapitre 1 (1) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 18 oct 2015 à 04:13 Citer     Aller en bas de page


Le taxi apparut dans l’angle de la rue et avança au ralenti dans l’artère, cherchant un endroit pour stationner. Laurent regarda la scène au travers de la vitre. Son appartement flanqué au cinquième étage de l’immeuble offrait une vue imprenable sur les toits de Paris comme sur les rues adjacentes. Il pleuvait fort et le vent n’était pas en reste. Il y avait vigilance orange à cause de la tempête qui traversait le pays : ils l’avaient annoncée dès hier soir aux informations à la télévision.

Comme d’habitude, Laurent avait relégué cette information aux oubliettes. C’était habituel désormais que les médias, les hommes politiques montent un simple grand coup de vent en catastrophe naturelle et en drame humain. Cela occupait les esprits et donnait de quoi alimenter la conversation à l’heure du café au boulot le lendemain. Mais la tragédie était déjà écrite, emballée et il ne manquait qu’à récupérer deux ou trois images bien cadrées pour faire croire à l’ampleur qu’on voulait lui faire prendre. Tout était “produit” désormais. Laurent ne jugeait pas cela comme négatif, ni comme positif : il était juste indifférent. Les attitudes avaient plus de poids dans les changements que les paroles alors il préférait se réserver à faire autre chose plutôt qu’ajouter sa voix au flux continu de conversations qui tentaient de se convaincre les uns et les autres sur celui qui avait raison. Tout ceci n’avait comme unité que la journée, ou peut-être la semaine. Ensuite, le monde reprenait le cours des choses, déjà prêt à se reposer les mêmes questions dans quelques mois.

La porte du taxi s’ouvrit et une jeune fille en sortit. Elle était plutôt bien habillée. Robe de laine à motifs blancs, gris et noirs. Des escarpins sombres avec un talon compensé. Laurent remarqua de suite sa démarche peu assurée. De toute évidence, elle portait des talons pour la première fois. C’était un signe négatif. Laurent goûtait peu les apparences de circonstances. Il regrettait déjà d’avoir accepté ce rendez-vous. Il se demandait même comment il avait pu se laisser convaincre.

Il fallait croire qu’il n’avait pas encore colmaté toutes les brèches de sa personnalité. Il ne devait s’en prendre qu’à lui-même. C’était lui en personne qui avait donné son accord. Pourquoi ? Qu’avait-il en tête à ce moment précis ? Laurent n’était pas suffisamment honnête pour reconnaître les raisons de ses propres décisions.

Il regarda la jeune fille remonter la rue, un bout de papier dans la main et le regard oscillant tantôt à droite, tantôt à gauche. Malgré cela, elle finit au pied de l’immeuble et disparut du champ de vision de Laurent. Après une ou deux minutes incertaines, la sonnerie de l’interphone résonna dans l’appartement.

« Monsieur Joly ? » demanda la voix grésillant dans le haut-parleur.

Laurent ne répondit pas et appuya sur l'interrupteur d’ouverture. Un silence surpris, un souffle exténué et un bruit de pas désordonnés lui confirmèrent que la jeune fille était entrée. Il déverrouilla et entrouvrit la porte. Puis il retourna à son bar pour se servir un verre. Si elle était arrivée jusqu’ici, elle trouverait aussi son chemin pour le rejoindre dans le salon.



[...]

(à suivre)

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
286 poèmes Liste
5056 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 18 oct 2015 à 11:23 Citer     Aller en bas de page

je trouve la mise en bouche rapide, une jeune femme qui débarque chez un homme qu'elle a eu du mal à convaincre... sous le mauvais temps ce qui laisse supposer qu'elle a fait un effort, cela doit donc être très important ?
tu piques ma curiosité, j'attends la suite.

Amicalement

Yvon

  YD
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8618 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 19 oct 2015 à 03:45 Citer     Aller en bas de page

Hello Eric,

Ben dis, il est pas très simple ce garçon :

Citation de Tilou
Il était juste indifférent. Les attitudes avaient plus de poids dans les changements que les paroles alors il préférait se réserver à faire autre chose plutôt qu’ajouter sa voix au flux continu de conversations qui tentaient de se convaincre les uns et les autres sur celui qui avait raison



J'ai hâte de savoir ce qu'il va se passer une fois poussée la porte du salon.

Catherine

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 19 oct 2015 à 14:17 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous les deux d'apporter votre intérêt sur cette introduction.

Pour la petite histoire, ce récit est une histoire que je devais écrire à quatre mains avec une amie que j'ai un peu perdue de vue... Mais le projet étant pas mal avancé sur le synopsis, je tente de le ressusciter en mode solo.

La suite va arriver et j’espère qu'elle vous plaira...

Merci encore

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
so sweet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
627 commentaires
Membre depuis
26 mars 2013
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 31 oct 2015 à 04:33
Modifié:  31 oct 2015 à 16:08 par so sweet
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Tilou,
Sur la forme:
ponctuations bien placées sauf sur ce passage où j'ai lu en apnée:
"Les attitudes avaient plus de poids dans les changements que les paroles alors il préférait se réserver à faire autre chose plutôt qu’ajouter sa voix au flux continu de conversations qui tentaient de se convaincre les uns et les autres sur celui qui avait raison."
le rythme est alerte, j'aime les descriptions du 1er paragraphe que je trouve vivantes, je visualise bien le tableau. Je suis rentrée très vite dans l'histoire, il n'y a pas trop de longueur, c'est le genre de nouvelle que j'aime lire quand on sent que l'histoire rentre rapidement dans le vif du sujet.

Sur le fond:
Et bien la fille est motivée pour venir sous le vent et la pluie rencontrer un homme qu'elle ne connaît pas et je suis étonnée qu'elle soit venue sans parapluie sous un tel climat, en tout cas Laurent ne le mentionne pas dans sa description.
j'aime la mise en valeur subtile de la personnalité de Laurent qui m'a l'air d'être un homme froid au premier abord. En tout cas l'accueil laisse à désirer.
Rien ne le dit mais je pense que avant la rencontre, Laurent et la jeune fille ont dû converser sur un site de rencontre. La suite nous le dira...

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 1er nov 2015 à 01:51 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ces précieuses remarques... Je prends en compte.

Je ne sais pas quand la suite sortira... Cela va dépendre du temps qu'il me reste pour me consacrer a cette histoire... peut-être un petit bout en novembre, un autre en décembre... Je ne sais pas .

Je te garde le suspense pour le suite ^^

Merci en tous les cas...



  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
pengyou42
Impossible d'afficher l'image
bientôt la voie lactée sera notre autoroute
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
271 poèmes Liste
1884 commentaires
Membre depuis
10 octobre 2015
Dernière connexion
13 février 2018
  Publié: 14 déc 2015 à 12:09 Citer     Aller en bas de page

C'est dans l'introduction que tout se met en place et titille l'anticipation de ce qui reste à venir
pengyou

  pengyou42
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 939
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0368] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.