Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 479
Invisible : 0
Total : 482
· Argynne Aphrodite · Cidnos · Chlamys
13154 membres inscrits

Montréal: 25 févr 16:41:35
Paris: 25 févr 22:41:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémère 2018 (semaine 6) : "Un nouveau jour pour…" :: Les petites balles perdues Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22264 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 février
  Publié: 31 juil 2018 à 12:27
Modifié:  31 juil 2018 à 12:41 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Variation sur "Le petit Bal Perdu", Robert Nyel / Gaby Verlor, interprété par Bourvil.



C’était tout juste avant-hier,
Enlisés dans ces fondrières
Que sont nos tristes bras de fer
Je suis sortie à découvert
J’ai pris des balles :
Tu m´appelais
Tu m´appelais
Tu m´appelais…


Non, je ne me souviens plus
De toutes ces balles perdues.
Ce dont je me rappelle
C’est que les amoureux
Ne se traitent pas ainsi.
Elle est loin l’insouciance
Tu m’as presque perdue
Et notre amour n’est plus.

Non, je ne me souviens plus
De toutes ces balles perdues.
Ce dont je me souviens
C’est qu’on était heureux
C’est fini maintenant.
Je le dis dans les yeux
Ça m’fait du bien
Ça m’fait du bien.

J’ai bu la lie au fond du verre
Et tu m’es devenu odieux
Je ne t’aime plus
Rengaine donc ton revolver
Regarde les gravats par terre
Souviens-toi que tu m’appelais
Tu m’appelais
Tu m’appelais
Tu m’appelais…


Fais taire ta scie égoïste
Arrête-toi, je suis partie.
Range tes regrets passéistes,
Qui jonchent de gravats ma vie.
C’est regrettable et c’est bien triste.
Souviens-toi que tu m’appelais
Tu m’appelais
Tu m’appelais
Tu m’appelais…

Non je ne me souviens plus
Des mots, des balles perdues.
Ce dont je me souviens
C´est qu’on peut être heureux
Loin du corps, loin des yeux.
Ouais
Ce s’rait mieux
Ce s’rait mieux.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22264 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 février
  Publié: 31 juil 2018 à 14:06 Citer     Aller en bas de page

Citation de victormarie
C'est charmant mais et le thème "Un nouveau jour pour…" ?
En tout cas bravo
Philippe



Un nouveau jour pour en finir.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
3468 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 1er août 2018 à 05:57
Modifié:  1er août 2018 à 05:58 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Une très bonne idée, bien "exploitée", si je puis employer ce mot technique, pas très poétique…

Je me suis remémoré la mélodie de cette ancienne chanson, en lisant.

Alors, peut-on être heureux
Loin du corps, loin des yeux ?

Ces nouvelles paroles nous le suggèrent très joliment.






  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22264 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 février
  Publié: 1er août 2018 à 09:57 Citer     Aller en bas de page

Citation de Le Poète Masqué
Une très bonne idée, bien "exploitée", si je puis employer ce mot technique, pas très poétique…

Je me suis remémoré la mélodie de cette ancienne chanson, en lisant.

Alors, peut-on être heureux
Loin du corps, loin des yeux ?

Ces nouvelles paroles nous le suggèrent très joliment.









J'aime bien Bourvil, surtout dans le registre de la délicatesse.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
260 poèmes Liste
3730 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
25 février
  Publié: 1er août 2018 à 15:45 Citer     Aller en bas de page

J’aime davantage votre plume lorsque qu’elle flirte moins avec Les plaisirs de la chairs.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22264 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
24 février
  Publié: 1er août 2018 à 16:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de La Brune Colombe
J’aime davantage votre plume lorsque qu’elle flirte moins avec Les plaisirs de la chairs.




Je vois. Mais ce n'est pas le cas ici.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 596
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0273] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.