Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 711
Invisible : 0
Total : 713
· DeviousF · Andesine
13133 membres inscrits

Montréal: 20 févr 17:13:42
Paris: 20 févr 23:13:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Fière Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
20 février
  Publié: 7 mars 2016 à 06:03
Modifié:  Aujourd'hui à 15:32 par FREDER
Citer     Aller en bas de page

Une chose attira mon attention.
Une pendule au milieu du salon.

Une aiguille fixée sur la minute.
Qui ne semblait pas faire la culbute.

J'étais trompé par l'immobilité
De l'image comme paralysée.

Mais les heures n'arrêtent point leur fuite.
Rien ne suspend le temps, il va trop vite.

Ce n'est pas l'homme qui stoppe le temps.
C'est le temps qui arrête l'homme avant.

Peu importe le rôle que nous jouons.
La pertinence de nos opinions,

L'ironie de nos choix et de nos danses
Les combats que l'on sait perdus d'avance.

L'énergie que l'on dépense à tout va.
L'espérance qu'on porte à bout de bras.

Les joies ou les douleurs de nos amours
Rien ne change la mesure des jours.

Que l'aiguille traîne sur un cadran
D'or ou de bois aux reflets rutilants.

Que le cadran remplisse de merveille
Une horloge, une montre ou un réveil.

Une heure n'a que la même durée.
Dans la lumière ou dans l'obscurité.





































Oh, elle pleure, a de la peine,
Et prie pour que l'enfant comprenne.
Au large s'éloignent les hommes.
Sur ce bateau, leurs uniformes.

Dans les vêtements de son père,
L'enfant blotti contre sa mère.
Elle en est fière.
C'est un soldat guettant la guerre.

Le jour viendra, il partira,
Comme aujourd'hui, son papa.

Et bien plus tard, il entendra
Résonner le pas des soldats.
Il leur emboîtera le pas
Comme fit son père autrefois.

Dans les vêtements de son père,
L'enfant abandonnant sa mère.
Elle en est fière.
C'est un soldat quittant sa terre.

Mais le moment, comme jadis,
est venu de perdre son fils.

Tous les maris, tous les enfants,
Dans la chair meurtrie et le sang,
Et quel que soient leurs origines
Sont morts pour s'être montré dignes.

Sa mère dira à l'envi :
"Il est mort pour la bonne cause.
Le sacrifice de sa vie
Aura servi à quelque chose."

Elle restera toujours fière
D'avoir contribuer par sa pierre
A construire des champs de ruine
Où s'amoncellent les victimes.


 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
11840 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
20 février
  Publié: 7 mars 2016 à 07:51 Citer     Aller en bas de page

c'est un thème très émouvant que tu as choisi là, FREDER, et je trouve que tu l'as bien traité

Merci à toi

  ISABELLE
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
16006 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
20 février
  Publié: 7 mars 2016 à 10:35 Citer     Aller en bas de page

très bel écris
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
151 poèmes Liste
4269 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
18 février
  Publié: 8 mars 2016 à 09:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour FREDER

Je vois une allégorie de toutes les guerres qui se nourrissent d'elles mêmes, sans fin comme on peut le voir dans certains pays.
Cependant les combattantes du Kurdistan par exemple sont fières également.
Amicalement
ulm47

  Poésie, la vie entière
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
357 poèmes Liste
3723 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 9 mars 2016 à 03:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour FREDER,
Une mère sera toujours fière de son fils en toute circonstance même pour des causes discutables et discutées.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
20 février
  Publié: 9 mars 2016 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires déposés à l'attention de ce poème.

Ce sujet traite de l'absurdité de la guerre mais n'élude pas le fait qu'il n'y a pas de triomphe sans sacrifice.

Amitiés.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 639
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0481] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.