Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 27
· Flora Lynn · Tychilios
13202 membres inscrits

Montréal: 16 sept 18:55:01
Paris: 17 sept 00:55:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Nous n’avions rien à faire ensemble. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 3 nov 2012 à 07:59
Modifié:  3 nov 2012 à 15:44 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Nous n’avions rien à faire ensemble. C’est vrai. Nous étions différents. Des histoires sans rapport l’une avec l’autre, des familles et une éducation complètement à l’opposé. On ne sait pas trop comment c’est arrivé, on sait juste que nous n’avions rien à faire ensemble et c’est la seule conclusion à laquelle nous sommes arrivés.

Nous n’avions rien à faire ensemble et pourtant il a fallu que nous rencontrions ce jour-là. Peut-être qu’avec le recul, il aurait mieux valu que nous nous cassions chacun de notre côté une jambe, cela nous aurait permis d’économiser une bonne dizaine d’années. Et pourtant, que pouvions-nous faire à l’époque puisque nous savions même pas que nous allions échanger quelques paroles de rien durant cette soirée. Quand on regarde de là où nous sommes aujourd’hui, ça nous paraît évident mais quel est notre poids face à une trajectoire sur laquelle nous étions condamnés à marcher. La faute à qui ? A nous ? A nos amis ? A nos proches ? A tous ceux qui ont cru bien faire, à tous ces rendez-vous arrangés ? Bien en peine, celui ou celle qui sera capable de se lever et de tendre le bras bien haut pour dire : “Je le savais et j’ai toujours su que tout ceci avait un goût de trafiqué”.

Je me suis sans cesse demandé : “Pourquoi ?” sans trouver l’ombre d’une réponse. Je crois que toi comme moi, nous n’avons fait que constater et même nous contenter du chemin parcouru au lieu de continuer à rêver.

Nous n’avions rien à faire ensemble et peut-être que c’est nous qui ne sommes pas doués. On ne sait pas où ça commence et l’on ne sait pas plus comment tout arrêter. Peut-être sommes-nous tout simplement lâches, incapables de prendre une décision sauf si elle nous est imposée. Comment avons-nous pu être si aveugles, si peu avertis sur ce qui fait l’essentiel et ce qui ne doit pas nous faire pleurer ?

Nous pouvons faire le tour des circonstances atténuantes : nous en avons chacun un plein wagon trop chargé. Nous avions chacun nos exigences : que l’autre comprenne et nous apprenne à marcher là où nous avions autrefois trébuché. Nous étions dans l’attente et au final, infichus de mettre un pied devant l’autre pour nous empêcher de tomber. C’est souvent dur à admettre que nous nous sommes trompés. Mais qui a trompé l’autre ? Nous ne sommes même pas certains de pouvoir le dire sans douter.

Je suis certain que quand tu regardes par la fenêtre et que tu les regardes jouer, tu te dis encore “peut-être” ou bien que c’est la preuve que l’on peut tout rater : même le bonheur à partager. Peut-être est-ce là tout simplement notre légèreté ou la preuve vivante de nos croyances que tout peut revenir à la "normale".

Combien de fois nous aura-t-on dit qu’avec le temps, tout passe, tout se fait et tout s’arrange ? Combien de fois nous aura-t-on dit que ce sentiment de gâchis n’avait pas sa place dans ce qui nous arrivait ? Il faut être comptable des belles choses que la vie nous offre, il paraît, et pour le reste, il faut faire l’impasse, se dire que c’est juste un mauvais moment à passer.

Combien de fois l’illusion a-t-elle failli se briser et nous étions là à ramer, à écoper, à rafistoler cette peinture que nous voulions pleine de lumière à Noël, pleine de chaleur en été ?
Nous n’avions rien à faire ensemble et pourtant, aujourd’hui, il faut encore s’en soucier. Se dire que si l’on oublie, ce n’est pas que nous, qui sommes concernés. On nous apprend plein de choses à l’école sauf à savoir comment se comporter quand on en arrive là, quand on a dérapé.

Nous n’avions rien à faire ensemble et pourtant, ce matin, je suis encore là pour me le ressasser. A chercher une réponse pour nous le prouver.

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Titou


Je serai le Ciel, tu seras la Terre. Éternellement indissociables.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
132 commentaires
Membre depuis
16 février 2012
Dernière connexion
28 août 2018
  Publié: 3 nov 2012 à 08:21 Citer     Aller en bas de page

Parfaitement écrit.
J'ai partagé le questionnement d'un bout à l'autre, en goûtant aux hypothèses qui se veulent réponses.
J'ai été transportée dans cette triste vérité.
L'émotion y est grande. Merci.

Amitiés.
Titou.

 
Alponse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
15480 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 3 nov 2012 à 10:49 Citer     Aller en bas de page

Bel écrit qui émeut par sa sincérité et cette douleur intérieure...

Alex

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18589 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 5 nov 2012 à 15:49 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux pour votre retour. Je n'étais pas certain que la lettre soit réellement très "claire" dans son propos... Je sais que maintenant, la réponse est "oui".

Ce n'est pas des choses très simples à exposer sans que ça devienne trop lourd...

Merci.

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1395
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0347] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.