Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 38
· banniange · ODIN · zacvarsuite · coeursolitaire62 · In Poésie
12871 membres inscrits

Montréal: 23 mars 10:20:48
Paris: 23 mars 15:20:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Ce qui reste de mon enfance. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Emmanuel


Ce monde n'est je vous l'assure qu'une vaste entreprise à se foutre du monde. L.F Céline.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
29 mars 2016
Dernière connexion
24 décembre 2016
  Publié: 11 avr 2016 à 18:21
Modifié:  12 avr 2016 à 15:03 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Ce qui reste de mon enfance,
Dort en moi, au creux d'une douleur fidèle.

Ce qui reste de mon enfance,
Dans son endormissement tangue,
Frémit comme des paupières closes.

Et je vois de lentes fumées se dérouler dans un ciel bas et lourd
Et des prairies criblées de givre,
Et des préaux déserts comme l'ombre,
Et des arbres aux flancs tristes
Porteurs de cœurs saignants et de baisers figés.

Une verte saveur parfois vient rôder sur mes lèvres,
Je tente alors, et désespérément, d'entonner le rire frais de mon enfance,
Mais il s'écroule, lamentablement s'affale, se fendille
Tombe en copeaux sur le sol avec les feuilles brûlées
Et les insectes qui rampent dans l'humus,

Ce qui reste de mon enfance est désir d'azur
Aisance de visions, habileté du rêve,
Remembrance d'extases et ferveur enveloppante,
Animalité douce, sacré embrasement de l'instinct,
Cœur ailé qu'épanouissait la lumière et l'air bleu,
Cœur logeant une ivresse douce,
Cœur où venait boire le ciel,
Cœur cependant oppressé par les digues
Soyeuses et tremblantes de l'horizon :

Et tout alors resplendissait sans possibilité de ténèbres,
Tout était miracle puisqu'il rutilait :
Les graviers des routes, les fleurs, que déchiraient les doigts des filles,
La cour de mon école, l'oiseau semblant penser,
Seul sur le fil sous un ciel gros de foudres...

J'ai vu, crois-je me souvenir, la neige luisante et bleue
Étendue comme un corps plein d'un sage sommeil
Sous les pâles et froides dentelles de la lune,
J'ai vu l'eau menue et verte des flaques remuée d'un souffle
Et mon visage tremblant et défait s'y poser comme une buée,
Et j'ai vu les moineaux,
Dont la nuée criarde s'écartelait, semée par les mains des vents,
Dans le ciel pur ainsi que des grains de joyeux délire !

J'ai vu tant de choses, tant de choses m'ont désigné,
Ont penché vers le petit garçon pensif leur humble et cosmique mystère,
Le cœur d'ombre des pierres me hélait :
Par l'éclat de quartz qui y régnait ainsi que le luisant d'un œil.

J'étais épié par les roses sauvages qui paraissaient sommeiller en troupeaux
Sur les muettes ruines
Où les rondes des trembles,
Je pressentais le langage des enfants de la terre,
J'étais attentif aux brises.

Ce qui reste de mon enfance,
Repose en moi, en l'intime province
Plongée dans la suie de l'ubac,
A sa lisière,
Là où sont contenus les informes chagrins,
Où les effrois et les regrets
Et tout un peuple de soupirs
Meuglent, poisseux de larmes,
Dans le silence des âges morts.

Me reste d'elle l'écorchure,
Le sel répandu, (douleur d'où jaillit le chant),
Le regard que harponne l'indécise lueur,
L'imperceptible levain du mal dans l'escarboucle du soleil,
Le fuyant absolu dans l'instant qui s'éboule,
La douleur dans les prémisses d'un sourire,
Et cette tristesse qui souffle ses brumes en moi
Devant la fleur mutilée,
Et la désespérante solitude amoureuse des chiens.

  Emmanuel.
Adamantine

Administratrice

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
319 poèmes Liste
10165 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
23 mars
  Publié: 12 avr 2016 à 01:36 Citer     Aller en bas de page

Ce texte est magnifique. Il m'a happée et entraînée au fil de ses mots. Bravo.
Au plaisir de vous lire.

  Il faut beaucoup de temps pour refroidir un cœur et mille fois plus encore pour le réconforter.
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
425 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
15 février
  Publié: 12 avr 2016 à 01:53 Citer     Aller en bas de page

c'est vraiment joli

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
615 poèmes Liste
13685 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
23 mars
  Publié: 12 avr 2016 à 03:03 Citer     Aller en bas de page

Me reste d'elle l'écorchure,
Le sel répandu, (douleur d'où jaillit le chant),
Le regard que harponne l'indécise lueur,
L'imperceptible levain du mal dans l'escarboucle du soleil,
Le fuyant absolu dans l'instant qui s'éboule,
La douleur dans les prémisses d'un sourire,
Et cette tristesse qui souffle ses brumes en moi
Devant la fleur mutilée,
Et la désespérante solitude amoureuse des chiens.



La lecture de ces vers ne me donne pas de joie mais tu as su rendre cette vie intéressante et émouvante. bravo !



galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Emmanuel


Ce monde n'est je vous l'assure qu'une vaste entreprise à se foutre du monde. L.F Céline.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
29 mars 2016
Dernière connexion
24 décembre 2016
  Publié: 12 avr 2016 à 15:05 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Ce texte est magnifique. Il m'a happée et entraînée au fil de ses mots. Bravo.
Au plaisir de vous lire.




Je vous remercie, femme diamant. A bientôt.

  Emmanuel.
Emmanuel


Ce monde n'est je vous l'assure qu'une vaste entreprise à se foutre du monde. L.F Céline.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
29 mars 2016
Dernière connexion
24 décembre 2016
  Publié: 12 avr 2016 à 15:06 Citer     Aller en bas de page

Citation de ninette1952
c'est vraiment joli




ravi que cela vous ait plu, Ninette.

  Emmanuel.
Emmanuel


Ce monde n'est je vous l'assure qu'une vaste entreprise à se foutre du monde. L.F Céline.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
29 mars 2016
Dernière connexion
24 décembre 2016
  Publié: 12 avr 2016 à 15:09 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga
Me reste d'elle l'écorchure,
Le sel répandu, (douleur d'où jaillit le chant),
Le regard que harponne l'indécise lueur,
L'imperceptible levain du mal dans l'escarboucle du soleil,
Le fuyant absolu dans l'instant qui s'éboule,
La douleur dans les prémisses d'un sourire,
Et cette tristesse qui souffle ses brumes en moi
Devant la fleur mutilée,
Et la désespérante solitude amoureuse des chiens.



La lecture de ces vers ne me donne pas de joie mais tu as su rendre cette vie intéressante et émouvante. bravo !



galatea




Laissons la joie, prenons la peine; laissons la peine s'il est quelque souffle léger qui l'entraine, et accueillons la joie qui vient, légère et furtive comme un rayon de jour mourant sur une borne.... Amitié. Emmanuel.

  Emmanuel.
5
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
59 commentaires
Membre depuis
5 décembre 2013
Dernière connexion
14 mars
  Publié: 12 avr 2016 à 20:59 Citer     Aller en bas de page

J'entends Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t'exiles...
c'est beau vraiment c'est très beau

 
Emmanuel


Ce monde n'est je vous l'assure qu'une vaste entreprise à se foutre du monde. L.F Céline.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
29 mars 2016
Dernière connexion
24 décembre 2016
  Publié: 13 avr 2016 à 18:53 Citer     Aller en bas de page

Citation de 5
J'entends Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t'exiles...
c'est beau vraiment c'est très beau



Merci beaucoup.

  Emmanuel.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 463
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0857] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.