Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 48
Invisible : 0
Total : 50
· Lis tes ratures · Andesine
13084 membres inscrits

Montréal: 19 juin 07:42:45
Paris: 19 juin 13:42:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Cahier de vacances : Une nouvelle pour l'été (2009) :: Et l'on ira nulle part, je te le promets. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 20 août 2009 à 17:21
Modifié:  8 nov 2009 à 13:17 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Et l'on ira nulle part, je te le promets.



L’ombre des arbres défile de chaque côté. La lune éclaire la nuit d’une lumière blême, maladive. Il y a du vent peut-être car les feuilles mortes volent, tourbillonnent avant de retomber brutalement sur le bitume. Tout est nimbé dans une sorte de ouate asphyxiante.

Je n’entends plus rien. Je ne vois plus rien. Je ne sens plus rien. A peine, les larmes qui glissent le long de mes joues. A peine, les virages, à peine les crissements des pneus tentant tant bien que mal d’accrocher à la route.

Dans le flou de mes pupilles, des flashes bleus commencent à clignoter. Je me rappelle avoir souri. J’entends le chant de sirènes. Ça veut dire que je n’étais pas loin de mon terminus.

Ma tête commence à tourner… Mon corps aussi… Les lumières se mélangent… Les images défilent… A l’envers et à l’endroit…


*


Il arrive des fois qu'on ait cette sensation étrange que les choses ont été ce qu'elles devaient être et cela même si on les refuse telles qu'elles sont. Cela n'arrive que des années après qu'elles se soient passées. Ce n'est pas vraiment que le regard sur elles ait changé, ce n'est pas non plus parce qu'elles prennent un sens différent parce que le temps. C'est juste qu'enfin, on les accepte, qu'on arrête de se battre contre soi-même, qu'on arrête parce qu'on se fatigue d'être colère contre tout et surtout contre ce qui fait de nous des êtres humains, sensibles et contradictoires. Je ne sais pas pourquoi, peut-être qu'on nous enseigne cela à notre insu, je ne sais pas pourquoi on court toujours après cet absolu, l'idée que l'on devrait être heureux dans un univers d'événements qui s'enchaînent et s'emboitent de manière parfaite. Je ne sais pas non plus d'où vient cette envie de vouloir les conter alors qu'on sait très bien qu'elles ne seront pas comprises ou au moins, qu'elles ne seront entendues que partiellement.

Je n'avais rien en poche que je suis arrivé à la capitale. Pas une idée sur ce que j'allais faire demain. J'avais fait ma valise, donné mon congé à ma propriétaire moyennant un dédommagement substantiel, remercier mon patron d'avoir eu l'aimable gentillesse de me verser l'aumône d'un SMIC pour mes semaines de 45 heures, pris mon billet de train pour Paris et j'étais parti. Où allais-je dormir ? Est-ce que les personnes qui me connaissaient s'inquiéteraient ? Aucune de ces questions ne s'était posée dans mon esprit.

J'ai commencé par m'asseoir sur les marches sur le parvis de la Gare de Montparnasse. J'étais un peu perdu, un peu sonné d'avoir voyagé assis sur mon sac entre deux voitures. Il y avait des gens. Des gens partout, qui allaient d'un côté, d'un autre, des enfants qui criaient, des petites amies qui téléphonaient à leurs copains parce qu'ils n'étaient pas là. Ca fourmillait sans qu'il y ait ne serait-ce que l'espoir que ce grouillement s'atténue à un moment ou à un autre.

Et c'est ici, que je l'ai rencontrée la première fois. Je ne l'avais pas vue s'asseoir à mes côtés et ce n'est que quand elle m'a demandé du feu, que j'ai sursauté et que j'ai levé les yeux. Je n'avais jamais vu de créature pareille. Elle n'était pas jolie au premier sens du terme. Elle était sûrement trop petite pour être totalement mince, une poitrine suffisamment invisible pour ne pas entrer dans les canons de l'attirance masculine, des cheveux pas tout à fait blonds, un peu roux, mal lissés, emmêlés retombant lourdement sur des épaules toutes fines. Ses fringues étaient usées mal assorties, un chemisier légèrement brun, trop décolleté, un jean colmaté par de multiples carrés de tissus de récupération.

« Tu fais quoi, ici ? » m'a-t-elle demandé après m'avoir remercié d'un hochement de la tête. « T'as l'air un peu perdu, non ? »

Je n'ai pu m'empêcher d'avoir ce sourire niais qui me trahit souvent quand je me sens découvert.

« Ouais, à vrai dire, je ne sais pas trop ce que je fais ici. Je viens d'arriver... »

« C'est tes bagages ? » m'a-t-elle demandé en plantant son regard sur mon sac.

« Oui. Deux ou trois affaires que j'ai sauvées au passage. »

Elle s'est mise à rire. Elle a tiré une longue taffe sur sa cigarette et a continué de pouffer. Je ne sais pas ce qui la faisait sourire comme cela mais c'était franc et je ne sentais aucune méchanceté dans son attitude.

« T'es marrant toi... »

Je ne comprenais pas.

« Fais pas cette tête-là... C'est juste que ça se voit que tu sais pas où t'es et que tu ne sais pas où tu vas... T'es pas le premier ni le dernier à débarquer comme ça... »

Elle a détourné son regard un instant et a fouillé dans une de ses poches. Elle en a sorti un bout de papier.

« T'as un stylo ? »

J'ai fouillé dans mon blouson et lui ai tendu un crayon. Elle l'a pris et a griffonné un truc.

« Tiens, prends ça... »

J'ai pris le bout de papier ainsi que le crayon, l'air incrédule.

« T'auras qu'à l'utiliser au besoin... »

J'ai déplié le bout de papier. C'était un numéro de téléphone. Je relevai la tête. La fille avait disparu.




(à suivre)


Tilou



  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Nithien

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
16 avril 2007
Dernière connexion
24 mai 2015
  Publié: 20 août 2009 à 19:04 Citer     Aller en bas de page

Jolie rencontre, joliment dit. Il me tarde de lire la suite, gros bisous a toi

 
Kaissy Tadrim


Faites l'humour, pas la gueule!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
101 poèmes Liste
2040 commentaires
Membre depuis
18 mai 2009
Dernière connexion
27 septembre 2011
  Publié: 20 août 2009 à 19:11 Citer     Aller en bas de page

Ta prose est plus fluide que ta poésie, moins mystérieuse, quoique le mystère est souvent plus beau.
Une histoire apparemment banale...jusqu'à l'apparition de la fille, tout aussi banale, du moins par son look, mais qui semble appelée à jouer un rôle important pour la suite du scénario.
C'est suffisant pour tenir le lecteur en haleine.
J'ai apprécié ce texte.
Amitiés

  Viridiane, jamais je ne t'oublierai!
Bébinou


L'amour est le gouffre de l'ennui
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
52 poèmes Liste
987 commentaires
Membre depuis
7 juin 2009
Dernière connexion
12 décembre 2012
  Publié: 21 août 2009 à 04:34 Citer     Aller en bas de page

Je suis restée sur ma faim......Mais en même temps on peut imaginer la suite qu'on veut
Pour ma part, une belle histoire d'amour issue de cette rencontre irait très bien.....
Amitiés

  Bébinou
Kaissy Tadrim


Faites l'humour, pas la gueule!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
101 poèmes Liste
2040 commentaires
Membre depuis
18 mai 2009
Dernière connexion
27 septembre 2011
  Publié: 21 août 2009 à 08:25 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bébinou
Je suis restée sur ma faim......Mais en même temps on peut imaginer la suite qu'on veut
Pour ma part, une belle histoire d'amour issue de cette rencontre irait très bien.....
Amitiés



Tu as peut-être touché juste, ange Bebinou. La preuve, c'est que la fausse blondasse lui avait demandé du feu, peut-être un besoin inconscient de chaleur entre les bras du faux vagabond ensmicardé!
Hé! Tilou: si tu attends un peu, tu vas en avoir des scénarios (scenarii) à te mettre sous la dent!

  Viridiane, jamais je ne t'oublierai!
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
198 poèmes Liste
2870 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
3 novembre 2018
  Publié: 21 août 2009 à 14:18 Citer     Aller en bas de page

Hmm.. Me tarde la suite

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
652 poèmes Liste
18574 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
10 juin
  Publié: 21 août 2009 à 17:29 Citer     Aller en bas de page

Merci vous tou(te)s ...

La suite... Elle va arriver... Faut juste que je termine son écriture... Le scénario est déjà fait... (à deux ou trois remaniements de dernière minute près )...

Une histoire d'amour ?...

Peut-être...

Ou pas...

* psshitt.... n'en dira pas plus pour l'instant... *

Merci encore... Vraiment...

Amitiés

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 29 nov 2009 à 20:59 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup la façon dont tu raconte cette rencontre, ça laisse pleins d'images, comme si a travers tes mots on y assistait..
Amitiés.

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2482
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0273] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.