Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 322
Invisible : 0
Total : 322
12945 membres inscrits

Montréal: 20 nov 23:18:37
Paris: 21 nov 05:18:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Bruxelles au corps-à-corps Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Le Soldat Bleu
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
51 commentaires
Membre depuis
7 novembre 2008
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 23 avr 2016 à 17:43
Modifié:  28 août à 10:57 par Emme
Citer     Aller en bas de page

J’ouvre les yeux. La pluie bat les fenêtres. Mélodie sans rythme et d’une douceur infinie pour ceux qui la connaissent. C’est Bruxelles qui chante son refrain favori. Je me lève doucement pour ne pas réveiller la belle aux rues dormantes et j’entre-ouvre les rideaux : un filet d’argent transperce alors la pièce et fond sur le miroir du mur opposé. Le ricochet de lumière vient éclabousser le corps étendu dans les draps démêlés. Sa peau se dore de lumière, on eut dit la Reine de la Maison du Roy d’Espagne. Je m’attarde un instant près de la fenêtre, j’écoute la ville résonner aux matines. Du Belvédère, c’est tout Bruxelles qui s’étend sous mes yeux, mes mains, mes caresses. Je détourne alors le regard pour en caresser une autre. Il n’y pas à choisir, elles sont identiques et mes doigts savent les parcourir pour en recueillir les meilleurs secrets… Connaissez-vous le goût d’amande de ses lèvres ? Connaissez-vous son Peter Pan du Parc d’Egmond ? Tous deux sont sculptés avec finesse, patinés par l’amour.
Je m’en vais me recoucher à ses côtés. Je laisse le rideau filer les rayons. Cela suffit pour entendre la ville se glisser subtilement dans la chambre. La belle ne s’est pas encore réveillée. Ses flancs se soulèvent à chaque battement de Bruxelles. L’on voit un peu ses côtes saillir sous la peau tendue, telles les marches menant à la Montagne de la Cour. Alors se découvre la Place Royale, comme se révèle le petit sein au-dessus du cœur. Ils sont tout à moi. Je n’ose encore la toucher. Je veux encore la regarder. L’explorer. Revenons Place Royale. De là, la ville se fait maline, elle montre ses plus beaux atours. La flèche de la Grand’Place surgit au-dessus des pittoresques maisons, au-devant des immeubles-tours. Saint-Michel brille au soleil du matin, et vrille les yeux de rêves antiques. Il pointe sa dague sur le démon. On ne sait s’il le pourfendra. Les Bruxellois ont toujours bon cœur… Plus un bruit ! Elle se tourne ! Le vent change de direction, la pluie cesse. Le drap a glissé, les os de ses hanches, comme les deux tours de Sainte-Gudule se dressent, mignonnes. Je contourne l’église, laisse mes doigts glisser sur ses vieilles pierres, en recueille les souvenirs, les unions, les naissances et les départs.
Je retiens ma respiration, elle semble retenir la sienne. Le temps s’arrête un instant. Je le remercie de me laisser profiter encore de ces soyeuses heures du lever… J’entends à nouveau son cœur battre, ses lèvres s’entrouvrent : s’échappe un soupir. J’y entends le vol des mouettes, ces illustres vieilles dames qui se souviennent encore : avant Bruxelles, était la Mer. Soudain, une voiture fait un excès de zèle et claironne. Je reprends alors ma ronde, je monte plus avant et bascule jusqu’au bois de la Cambre. Je m’y désaltère, à même sa bouche. Mais l’eau de l’étang n’est point troublée. Elle continue de rêver. La lumière fait miroiter sa peau… Bruxelles se déploie, s’étire autour de nous, du bois, du Belvédère… Dors encore et rêve, rêve à l’Hamadryade du Parc Duden, tandis que La ville s’assure que son Gamin-pipi-au-lit se porte bien. Je m’arrête un instant, souris devant la figure maternelle. Je m’allonge à ses flancs qui mènent Montagne de la Cour. Godefroid m’observe d’un œil inquisiteur. Le soleil se lève à peine, il s’interroge. Je plonge alors dans la chevelure blonde. Je rougis un peu sans doute, de bonheur. Ami, sais-tu combien il est agréable de se promener près de chez toi ? Ami, dont l’éternité a scellé le destin, sais-tu que les hommes aiment l’amour et la ville ? Godefroid acquiesce et me salue. Une ondée reprend… La lumière se fait couleur de perle et la belle, au doux giron, se voie parée des couleurs de Bruxelles. J’embrasse ses paupières, ses yeux s’illuminent et font briller Saint-Michel et Gudule, les éternels amants.
Dans l’aube bruxelloise, de l’entrebâillement d’une fenêtre, les hauts clochers voient s’éveiller l’amour et entonnent, de leurs bourdons séculaires, la mélodie des jours aimés.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
667 poèmes Liste
20632 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 24 avr 2016 à 11:44 Citer     Aller en bas de page

Ton beau texte a évoqué soudain le souvenir d'une chanson que j'avais oubliée à tort : Bruxelles, ma belle de Dick Annegarn

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
639 poèmes Liste
14131 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 28 avr 2016 à 03:33 Citer     Aller en bas de page


J'ai parcouru avec toi un peu de "ma Bruxelles", elle s'étendait de la Gare Centrale à Avenue Louise avec les arrêts assez réguliers au Palais des Beaux Arts et au jardin du Petit Sablon , mon préféré .

Merci pour cet hommage que je partage avec plaisir.

Galatea Belga

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 535
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2016
Décerné le 4 mai
21e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0274] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.