Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 53
Invisible : 0
Total : 56
· Chlamys · Sybilla · Lapoètesse
13066 membres inscrits

Montréal: 19 mai 16:53:33
Paris: 19 mai 22:53:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Cahier de vacances : Une nouvelle pour l'été (2009) :: Et l'on ira nulle part, je te le promets. (2) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 22 août 2009 à 05:39
Modifié:  5 sept 2009 à 15:41 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Et l'on ira nulle part, je te le promets.


[...]


Je ne savais pas trop ce que cela signifiait. Vous débarquez au milieu de nulle part et une inconnue que vous ne connaissez ni d'Eve, ni d'Adam, vous file un numéro de téléphone « à appeler en cas de besoin ». Cela ressemblait plus à un canular qu'à quelque chose de sensée.

Je suis resté quelques minutes à penser à cela, à chercher une raison, une explication. J'aurais pu téléphoner de suite et résoudre l'énigme qui m'était posée mais je n'en ai rien fait. J'étais trop à l'ouest, encore trop déboussolé par cet air nouveau que je respirais.

Alors j'ai repris mes affaires et j'ai commencé à marcher. J'ai fini par remonter la rue Vaugirard. Le nom m'amusait car j'avais l'impression d'arpenter un plateau de Monopoly. Au bout de la rue, il y avait une des entrées du Jardin du Luxembourg. J'avais faim et je me suis dit que c'était sûrement le meilleur endroit pour se poser et dévorer un sandwich.

Le Jardin du Luxembourg est un lieu étrange pour celui qui n'y est pas accoutumé. C'est comme une terrasse de café géante sans café. C'est comme un square, comme un bois où l'on voit des Mamans, des Papas apprendre à leurs rejetons à faire du vélo ou de la balançoire. C'est un endroit où certains aiment être vus devant une population de fans anonymes qui s'en fichent un peu. C'est un lieu où des groupes se rejoignent pour discuter, faire du sport. C'est une aire un peu hétéroclite où l'on respire l'air de la capitale sans étouffer.

Il y a pas mal de lieux, de quartiers comme cela à Paris. Chacun rassemble des gens diverses et variées qui se juxtaposent parfois se mêlent dans une désorganisation à la fois dérangeante et jouissive.

J'ai mangé sur une chaise en plein soleil. Je n'avais rien bu mais j'avais la tête qui commençait à me tourner. J'ai repris mon sac et j'ai recommencé à marcher.

Je repensais à cette fille. Je ne savais pas bien pourquoi. Peut-être que c'était un peu le fait que j'étais effrayé petit à petit car je me rendais compte que je n'avais rien calculé. L'heure avançait et il fallait que je trouve quelque chose, un lieu où me poser. Je fouillais dans ma poche et je relisais le numéro. C'était quoi ce numéro. Le sien ? Ca faisait quoi si je l'appelais ?

J'ai fini par rentrer dans un bar sous l'œil rempli de reproches d'un serveur. Un mec avec un sac, un peu mal rasé, ça fait SDF et ce n'est pas bon pour la clientèle. C'est un cliché mais c'est comme ça, ici, comme ailleurs, les gens ne vont pas plus loin que le portée de leur regard et les frontières de leurs préjugés.

« Vous auriez un annuaire ? » Ai-je demandé.

Devant la mine déconfite de mon interlocuteur, j'ai ajouté :

« Avec une Leffe en pression, bien entendu... »

J'ai cru qu'il n'allait pas m'aider. Je me trompais. Il a fini par revenir avec le bottin et ma bière.

« Vous cherchez quoi ? » m'a-t-il demandé.

« Un numéro de téléphone. »

Il m'a lancé un regard narquois.

« Un beurre... Dans un bottin, vous m'étonnez... Je ne suis pas sûr que vous puissiez en trouver... »

« J'ai un numéro... Je voudrais retrouver son nom. »

Il s'est frappé le front avec le plat de la main.

« J'espère que votre copine n'est pas sur liste rouge... » Et puis il s'est éloigné.

J'ai bu une grande gorge de bière qui m'a fait tourner un peu plus la tête encore et j'ai ouvert le bottin. Page après page, en m'aidant des préfixes, j'ai ciblé mes recherches... Je ne sais combien de temps cela m'a pris. Je ne sais pas non plus pourquoi, je n'ai pas renoncé. Le serveur avait raison. Après tout, rien ne disait que ce numéro était dans l'annuaire. Rien ne me disait que ce n'était pas le numéro d'une sorte d'association pour venir au secours des personnes démunies. Mais de toute manière, je n'avais pas vraiment d'autre chose à faire et c'était peut-être une piste.

J'ai cherché, cherché, les yeux grattant le gris du papier et l'encre me déteignant sur les doigts. Et j'ai fini par trouver.

Gabrielle Desvignes. Rue de Charenton.




(à suivre)

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Aeshne

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
198 poèmes Liste
2870 commentaires
Membre depuis
22 mars 2008
Dernière connexion
3 novembre 2018
  Publié: 22 août 2009 à 10:20 Citer     Aller en bas de page

La suite, la suite!

 
Kaissy Tadrim


Faites l'humour, pas la gueule!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
101 poèmes Liste
2040 commentaires
Membre depuis
18 mai 2009
Dernière connexion
27 septembre 2011
  Publié: 22 août 2009 à 19:02 Citer     Aller en bas de page

Ça se clarifie d'un côté... et ça s'opacise de l'autre!
Bon, donc l'ange Gabrielle, que notre héros ne connaît ni d'Eve ni d'Adam, lui glisse un n° de téléphone dans le but de l'assister. Elle a pour nom Desvignes (allusion à la feuille de vigne d'Adam?), habite rue Charenton (12ème arrondissement, les douze apôtres?), où siège entre autre l'hôpital Quinze-vingt, ex-refuge des aveugles, devenu par la suite un haut lieu mondial d'ophtalmologie. Pour un quasi-SDF qui ne voit pas le bout du tunnel, c'est tout indiqué!
Je crois que je fais de la navigation à vue!
Mettons que je n'ai rien dit. J'attends sagement la suite.

  Viridiane, jamais je ne t'oublierai!
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 23 août 2009 à 12:43 Citer     Aller en bas de page

@crepuscule : voilà voilà ^^... (c'est pas possible ça !!... ) ... Merci et

@kaissy : C'est assez déroutant de voir comment tu décodes les différents éléments mis çà et là... Je ne te dirai pas que c'est tout à faux, ni que c'est entièrement vrai... Mais il est certain que ces références ne sont pas là par hasard... Ce qui m'étonne le plus, c'est ta perspicacité sur l'hôpital des Quinze-Vingts qui certes est sûrement le lieu le plus remarquable de la rue mais étant donné l'étendue de la rue, il n'était pas évident de savoir que cela se passait de ce côté. Merci de ton passage et j'espère que la suite te plaira.

Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Bébinou


L'amour est le gouffre de l'ennui
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
52 poèmes Liste
987 commentaires
Membre depuis
7 juin 2009
Dernière connexion
12 décembre 2012
  Publié: 23 août 2009 à 16:40 Citer     Aller en bas de page

Bon et bien j'attends la suite!!
Mon histoire d'amour reste encore probable

  Bébinou
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1690
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0209] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.