Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 69
Invisible : 0
Total : 73
· ori · Aude Doiderose · Cioran · ODIN
13038 membres inscrits

Montréal: 20 sept 16:37:22
Paris: 20 sept 22:37:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: De tout et de rien :: Films marquants Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : 1 2 [3] :: Répondre
généralissime


Les femmes sont au bout du rouleau et l'homme au font du trou
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
224 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2014
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 27 mai à 10:36 Citer     Aller en bas de page

C'est vrai que je ne poste pas beaucoup de choses, mais j'essaye de me remettre de temps en temps. Pour parler film, il y a le film en lui-même mais tout ce qu'il y a autour, soit pour inciter les personnes à voir le film, soit pour expliquer comment c'est déroulé le film (bêtisier que je n'apprécie pas du tout, étude des lieux, étude de l'époque), soit des fan art de personnes.
Ce n'est plus, le film est trop bien, c'est le film et les acteurs et les affiches, et aussi leurs recherches sont trop bien. Dit comme ça, on peut tomber dans le facile, en disant que ce qu'il y a autour ce n'est pas indispensable. Mais c'est une piste de lecture pour des films un peu plus réfléchi, et j'approuve ce genre de promotions.

Je suis allé voir "Solo" hier, et bien j'avais eu des commentaires et des retours, en disant que c'était pas un très bon Star Wars. Oui, il ne fait passer de messages, et l'image de la première partie (pendant plus d'une heure) c'est moche, plein de fumées dans tous les sens. Par contre gros point positif pour moi et ça me fait plaisir, ce sont les acteurs. Bon ils jouent des rôles faciles, ce n'est pas du drame ou autre, mais on ne définit pas quelqu'un par son genre, par sa couleur de peau, mais pour ce qu'il défend, ce qu'il veut obtenir, par son caractère et c'est plaisant. J'ai vu plein de films qui voulaient protéger les acteurs et les classes ethniques, et c'est lourd, là c'est léger et je n'ai vu personne faire la promotion dans ce sens.
Pour moi, Ron Howard a voulu faire un film, pas un hommage à Star Wars. Il y a bien sûr quelques passages pour les fans (sauf un passage à la fin), mais pas tellement (je dirais comme pour Ready Player One, qui est mieux dans le genre pour exposer la fantasy, mais a une finition nulle). Ce n'est pas un hommage à Star Wars mais c'est quand même un film Star Wars. Je pense avoir résumer Rogue One (que j'ai détesté) Star Wars 7 (avec un J.J. Abrams que je n'ai pas vraiment apprécié, mais c'est vrai pour beaucoup de ses films), Star Wars 8 que j'ai vraiment aimé sauf la musique, et Solo qui ne peut pas avoir une histoire inédite mais qui arrive à faire des choses, sans forcer, c'est ce que je vais retenir.

Bon je suis parti un peu loin, mais les affiches se ressemblent de plus en plus, avec des retouches (et des fois des gaffes ). Et n'ont pas vraiment envie de voir. On mets les acteurs en premier plan et ça doit faire venir les personnes, pas vraiment quelque chose de génial. Je ne critique pas les acteurs, ils doivent faire ce genre d'affiche, c'est juste que c'est tellement simple, que ça n'a pas d'intérêt. Il faut que le film soit le matériau brut, que les acteurs, réalisateurs, scénaristes soient les mineurs, et nous les acheteurs, nous n'irons jamais dans une boutique sale, l’esthétique doit faire son rôle pour embellir le matériau brut.

  L'argent rassemble les riches, les pauvres sont dans les friches, les autres sont sans une triche
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
766 poèmes Liste
5648 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 27 mai à 13:50 Citer     Aller en bas de page

Bien, ce n'est pas trop grave de ne pas être toujours présent pour alimenter ton post, si tu n'as pas forcément le temps, il y a des gens qui aiment le cinéma et qui peuvent en parler, tant qu'il y a un dialogue, c'est ce qui compte...

Effectivement, il est important, je le pense, avant d'aller voir un film, d'avoir quelques connaissances sur le sujet, sans dévoiler l'histoire, bien entendu, surtout si c'est un film à suspens, faut pas tuer l'intérêt d'entrée...

Moi, je lis la presse écrite, "Première", qui d'ailleurs a absorbé "Studio-Ciné Live", qui déjà était un condensé des deux revues qui portaient chacun leur titre réuni ensuite... Ce qui tend a prouver la difficulté de concevoir une revue de cinéma sur papier, rapport aux nombres incalculables de sites, blogs sur le Net, qui parle ciné... je lis également "Positif", revue cinéphile et passionnante, tout comme son concurrent "Les Cahiers du Cinéma", et d'autres plus spécialisées comme "L'écran Fantastique"...

Je vais aussi, évidemment sur le Net vers "Allo Ciné", L'institut Lumière" et le blog de Bertrand Tavernier, IMDB, bases de données internationales de cinéma, en anglais, mais j'assume, et d'autres au fil de mon errance et de mes recherches...

Je n'ai pas vu "Solo", car je ne vais plus au cinéma, lié à u problème de déplacement, alors je les vois en léger décalage, mais, peu importe et j'ai lu quelques articles sur le film, moyennement apprécié, mais bon, Ron Howard n'a jamais été un cinéaste très bien vu par la critique, écrite, télé, etc... mais le sujet, déjà, au départ ne m'attire pas vraiment...

Quant aux affiches de films, je suis tout à fait d'accord avec toi... avec le temps, la qualité visuelle des affiches s'est détériorée, par rapport au temps ou existaient des affichistes, des illustrateurs, artistes, créateurs de véritables petits chef d'œuvres picturaux, même s'il en existent encore aujourd'hui, en quantité moindre, la plupart des affiches se font par informatique - il suffit d'accoler les acteurs principaux dans une scène du film, avec un slogan publicitaire bien accrocheur et tout le monde est content et ça ne coûte pas cher... Bon, en cherchant bien, souvent à l'étranger, d'ailleurs, on peut trouver des trucs très intéressant, quand même, mais il y a pas à dire, ça ne va pas vers une amélioration de ce côté-là, pour l'instant... c'est d'ailleurs pour cela que j'ai mis un truc sur cet excellent affichiste français Albert Dubout, dont j'imagine que peu de gens connaissent voire pas du tout et il est toujours temps de rattraper le retard...

Merci généralissime d'être passé... ça fait grand plaisir de pouvoir parler cinéma...

Hubix.

 
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
766 poèmes Liste
5648 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 2 juin à 05:58
Modifié:  3 juin à 10:06 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

J'ai revu, il ya quelques jours un film de Spielberg, "Empire of the Sun"(Empire du soleil), de 1987, avec John Malkovich, qui joue un personnage opportuniste, voleur, menteur, rusé, menteur, débrouillard, ainsi que, le jeune Christian Bale, tout jeune, personnage bourgeois, britannique, qui se perd, perd ses parents, se trouve une nouvelle famille intérimaire, puis retrouve ses vrais parents, tout en ayant vécu des situations exceptionnelles et inoubliables... personnellement.

Ce qui est intéressant dans ce film c'est le point de vue de l'enfant, ses rapports à sa famille, la guerre, les gens qu'il va croiser durant son périple et ses aptitudes à se débrouiller, ainsi que son amour des avions, entre autre...

Les rapports humains du gamin, se font par rapport à sa famille, au début, puis les amis qu'il se fera, des personnages qu'il croisera, Basie (John Malkovich), son comparse Frank, Monsieur et Madame Victor, le docteur Rawlins, le sergent Nagata, le petit japonais... c'est là que se trouve les qualités de conteur de Spielberg et la diversité des (re)sentiments que l'on y trouve - l'humour, avec Basie et Frank, l'émotion, avec ses parents, madame Victor, le petit japonais, le dr Rawlins, la violence, avec le sergent Nagata, entre autre et toutes les connections entre chaque personnage...

La musique est discrète, la photo magnifique, en particulier une scène, celle de la traditionnelle cérémonie du saké avant le départ des kamikazes, face à un coucher de soleil rougeoyant...

Les thèmes de Spielberg, l'enfance (E.T., A.I.), la famille (Rencontres, Jaws, A.I. La guerre des mondes), la guerre (Schindler, Ryan, Cheval de guerre), sont traités avec intelligence et donne à ce film tout son sel poétique et sa folie, sa grandeur et sa décadence...


https://www.youtube.com/watch?v=suUKMCUHlZ4

Hubix.

 
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
766 poèmes Liste
5648 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 27 juil à 05:37 Citer     Aller en bas de page

Pour m'éloigner du présent, même au cinéma, je me suis attacher à retrouver quelques émotions d'images noir et blanc, de ces films de gangsters, spécialité de la Warner des années 30-40, qui avaient marquées mon esprit, il fut un temps...

Revoir, avec toujours le même plaisir, Edward G.Robinson, dans l'un de ses meilleurs rôles, celui du "Little Caesar", que Mervyn LeRoy filma en 1931, avec également Douglas Fairbanks Jr. et Glenda Farrell, sur la vie, de la montée vers les sommets du gangstérisme à la chute et la déchéance, d'une petite frappe qui se prenait pour quelqu'un, personnage pathétique et minable, qui se brûla les ailes, avec ses rêves grandiloquents... de gloire et de respect, de l'autre côté du bien...

Robinson, étant, avec James Cagney, Paul Muni, George Raft et Humphrey Bogart, l'un des spécialistes de ce genre de rôle...

avec cette bande annonce, bien rétro:

https://www.youtube.com/watch?v=qfcHKhp8YE4

Hubix.

 
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
766 poèmes Liste
5648 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 6 août à 08:24 Citer     Aller en bas de page

Ce qui est passionnant, entre autre, dans la cinéphilie, c'est le pouvoir de traverser l'espace et le temps, à travers la découverte de films si différents, les uns des autres, aller vers l'inconnu, avec au bout de ce chemin, la déception ou le bonheur...

Des USA, du noir et blanc, de la violence des bas-fonds du gangstérisme, de 1931, je suis allé en Asie (Corée du Sud - Japon), en 2016, vers un film, dont j'avais entendu et lu le plus grand bien, de Park Chan-wook, cinéaste de "Sympathy for Mr. Venageance", "Old Boy" et "Stocker", entre autre, qui s'intitule "Ah-ga-ssi" (Mademoiselle)...

Je ne raconterai rien de l'histoire de ce film, sinon qu'il se situe, dans les genres, crime, drame et mystère, selon la source IMDB et que je pourrai trouver quelques mots pour le définir succinctement tels: amour, livre, saphisme, noblesse, cigarette, sadisme, poésie, poison, identité, poulpe, sang, peinture...

Le film a été tourné en 3 parties et vous le saurez pourquoi en regardant ce film sublime, dont je vous laisse le bande annonce:

https://www.youtube.com/watch?v=40E5pL73yvM

en espérant que quelqu'un aura la chance de voir ce film et en discuter...

Hubix.

 
Hubix-Jeee
Impossible d'afficher l'image
Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
766 poèmes Liste
5648 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 16 sept à 14:00 Citer     Aller en bas de page

Pour poursuivre ce chemin cinéphile, vers d'autres horizons, tel celui américain, de 1942, en noir et blanc, dont l'atmosphère trouble et fantastique, redonne au cinéma ses lettres de noblesse...

Malgré l'indifférence qu'a suscité le dernier film proposé, un mois, plus tard, je récidive dans mon envie et grâce à générallissime, de proposer des films qui, à mes yeux, ont une certaine importance...

Un producteur, Val Lewton, qui se spécialisera dans le domaine du fantastique, de l'épouvante, un studio, la R.K.O., spécialisée dans la série B., un cinéaste d'origine française, Jacques Tourneur, qui, lui aussi, tournera quelques œuvres fantastiques, une actrice française émigrée aux USA, pendant la guerre, Simone Simon, Un acteur principal, Ken Smith, plutôt de second plan, mais talentueux, que l'on retrouvera dans la seconde saison de "The Invaders"(Les envahisseurs), avec Roy Thiness, bien plus tard et un acteur en second rôle, Tom Conway, acteur anglais, frère de George Sanders, tout cela donnant le film "Cat People"(La Féline)...

Film qui, de par son atmosphère, en particulier, ses ombres défilantes, créées par la superbe photo de Nicholas Musuraca, donne un ton troublant, entre onirisme et légende ancestrale, de la continuité vitale, de par le monde, du peuple des chats, cité par le titre original...

Le film fut monté par Mark Robson, futur cinéaste de talent...

Un remake a été tourné par Paul Schrader, en 1982, avec Natassja Kinski et Malcolm McDowell...

La Bande Annonce:

https://www.youtube.com/watch?v=y7iL_9sbpV4

et une étude de Jean Douchet sur le film...

https://www.youtube.com/watch?v=ciGUsYIA-2A

Hubix.

 
Page : 1 2 [3] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 5478
Réponses: 46

Page : 1 2 [3]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 953/13016

8.5%
 
 81 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.8%
 
 74 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5.1%
 
 49 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.7%
 
 150 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.9%
 
 104 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.3%
 
 184 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.8%
 
 294 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0353] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.