Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 31
Invisible : 1
Total : 34
· NOMAL' SLAND · ori
13259 membres inscrits

Montréal: 16 oct 18:41:09
Paris: 17 oct 00:41:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Auto stop Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1750 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 22 jan 2015 à 06:05
Modifié:  5 oct 2015 à 04:43 par  Xenia
Citer     Aller en bas de page


Sur le ruban trop chaud d’un asphalte d’été
Fondu par un bourreau aux rayons d’or féroces
Des bolides filants en durs élans véloces
Avalent la chaussée de bitume bleuté

Ils passent si pressés laissant dans leurs sillages
Les miasmes d’une odeur de pétrole fumant
Sang noir de leur moteur qui hurle en dévalant
Les courants pétrifiés de tous mes faux voyages

Paquebots de la route en flotte rapprochée
J’ai leurs vagues la nuit en lumières mouvantes
Quand ils vont fendant l’air dans la nuit haletante
Criant à pleines roues, projetant des graviers

Pour ma grande évasion j’en connais les frontières
Je ne sais arrêter ces longs tigres grondants
Mon pouce est engourdi sur mes rêves pesants
Et j’ai posé mon sac vidé de mes croisières

  Critiques acceptées
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
2480 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 22 jan 2015 à 07:11 Citer     Aller en bas de page

Ce que ressent un auto-stoppeur en effet. L'émotion en est très présente dans ton poème.

 
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
3707 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
4 octobre
  Publié: 22 jan 2015 à 07:15 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup, ça me parle...

Amitiés,
La Brune Colombe

 
Klafooty
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
498 commentaires
Membre depuis
21 avril 2014
Dernière connexion
2 octobre
  Publié: 22 jan 2015 à 09:55 Citer     Aller en bas de page

Quoi dire ?...EXCELLENT !

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15660 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 22 jan 2015 à 10:10 Citer     Aller en bas de page

très agréable lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Malice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
536 commentaires
Membre depuis
12 mars 2008
Dernière connexion
17 mars 2018
  Publié: 22 jan 2015 à 17:38 Citer     Aller en bas de page

Quelle merveille! Je me suis trouvée à mon tour au bord de la route, le temps de cette très agréable lecture.

  On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. (Al Capone)
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 22 jan 2015 à 18:33 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Xénia,

Très belle poésie bien écrite !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
3367 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 22 jan 2015 à 20:47
Modifié:  22 jan 2015 à 20:48 par Lilania
Citer     Aller en bas de page



Qu'elle est belle..votre écriture, j'adore
Ce texte m'a donné des envies d'évasions...
Merci pour ce plaisir Xenia

à vous

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
752 poèmes Liste
22130 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 23 jan 2015 à 05:15 Citer     Aller en bas de page

Un très beau "Road-poème" digne de Kerouac...

PS : j'ai un peu achoppé sur ce vers : Criant à pleins pneus, projetant des graviers, à cause de l'obligation de prononcer peu-neu

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1750 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 24 jan 2015 à 16:22
Modifié:  5 oct 2015 à 04:45 par  Xenia
Citer     Aller en bas de page

merci à vous tous, vos commentaires sont très sympathiques
en effet le mot pneu n'est pas du tout poétique, tant pis pour lui , finalement j'ai changé l'expression puisque la remarque m'a positivement interpellée
Amitiés

  Critiques acceptées
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
444 poèmes Liste
8631 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 25 jan 2015 à 05:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Xénia,

J'ai aimé et le rythme et les images de ce texte.

Catherine

 
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1750 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 25 jan 2015 à 12:35 Citer     Aller en bas de page

merci Catherine d'être passée

  Critiques acceptées
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 25 jan 2015 à 14:59
Modifié:  25 jan 2015 à 15:00 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Sur le ruban trop chaud d’un asphalte d’été
Fondu par un bourreau aux rayons d’or féroces

Sang noir de leur moteur qui hurle en dévalant
Les courants pétrifiés de tous mes faux voyages

Paquebots de la route en flotte rapprochée
J’ai leurs vagues la nuit en lumières mouvantes

Mon pouce est engourdi sur mes rêves pesants
Et j’ai posé mon sac vidé de mes croisières


J'ai chaque fois pris deux vers de chaque strophe... pour leur force expressive et la métaphore qu'elle induit au profond de nous-mêmes.... Car nous sommes tous peut être quelque part des itinérants... sur la voie d'un devenir en mouvance avec nos rêves et nos déceptions, avec des moments de lassitude et des instants d'énergie inépuisable, avec le paraître de circonstance et l'être du devenir...

Une lecture probablement très particulière... mais c'est exactement mon ressenti...

J'ai aimé, beaucoup, lire ce poème.
Bien à vous Xenia.
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1750 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 26 jan 2015 à 10:20 Citer     Aller en bas de page

bonjour Actuaire,
votre interprétation est très juste, j'ai voulu parler de cette envie d'évasion condamnée par la lourdeur du quotidien, merci de votre passage
amitiés

  Critiques acceptées
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 996
Réponses: 13
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0419] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.