Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 184
Invisible : 0
Total : 184
13003 membres inscrits

Montréal: 21 août 00:14:58
Paris: 21 août 06:14:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Prenez-soin du feu qui brûle Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
MonCielEstCrypté

Modérateur


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
470 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
26 février
  Publié: 23 sept 2016 à 19:47
Modifié:  25 avr 2017 à 12:17 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Qui a dit qu’il fallait souffrir pour être grand ?
Je ne me suis jamais senti aussi petit
Que ce jour où j’ai su, l’instant où je savais
Qu’on ne m’enlacerait plus jamais dans la nuit

Quand tu couchais avec moi
tu couchais avec l’ennemi

Si je pouvais me souvenir
de ce souffle qui m’habitait
De ce baiser sous la terre
Mes yeux tournesols te suivaient
belle comme un mensonge
Comme un monde à la dérive
sur le dos d’une tortue


Prenez soin du feu qui brûle
Au fond de vos yeux

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
9606 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
20 août
  Publié: 24 sept 2016 à 04:10 Citer     Aller en bas de page

"Prenez soin du feu qui brûle
Au fond de vos yeux"


Merci à toi

  ISABELLE
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3744 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
10 mars
  Publié: 24 sept 2016 à 04:28 Citer     Aller en bas de page

" Prenez soin du feu qui brûle
Au fond de vos yeux "

Pourquoi triste ?

Tant que le feu brûle, c'est qu'on est vivant............

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
398 poèmes Liste
20723 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
20 août
  Publié: 24 sept 2016 à 09:49 Citer     Aller en bas de page

Est - ce la flamme du souvenir?
J'apprécie beaucoup cet écrit
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
90 poèmes Liste
4751 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
20 août
  Publié: 24 sept 2016 à 16:04 Citer     Aller en bas de page

C'est noté. Promis j'en prends soin
Joli poème sur ce qui fut et qui hélas n'est plus
Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
126 poèmes Liste
2969 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
2 août
  Publié: 25 sept 2016 à 23:07 Citer     Aller en bas de page

"Qui a dit qu’il fallait souffrir pour être grand?
Je ne me suis jamais senti aussi petit
Que ce jour où j’ai su, l’instant où je savais
Qu’on ne m’enlacerait plus jamais dans la nuit"...rien que pour ça....et plus le feu couve plus il ronge ms c'est une autre histoire, dans une autre vie...

"Tant que le feu brûle, c'est qu'on est vivant", ça je n'en suis pas si sûr, d'ailleurs je n'ai pas de certitudes et les mots de cet écrit sont percutants...

Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1034
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2016
Décerné le 4 mai 2017
49e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Il y a dans la maison... (Autres)
Auteur : Jean-Louis
La Corrida (Nouvelles littéraires)
Auteur : Y.D
Incendie (Autres)
Auteur : Marcel42
Leçon d'amour (Collectifs)
Auteur : Galatea belga
Les rues de gavroche (la rue de nos souvenirs) (Poèmes par thèmes)
Auteur : Catwoman
(Autres)
Auteur :
Pour quelques rimes (Autres)
Auteur : Xenia
L'objet des des lits (Loufoques)
Auteur : Y.D
Le fumeur d'opium (Poèmes par thèmes)
Auteur : Y.D
complètement fauchée (Autres)
Auteur : rimarien
Ah ! Qu’il fait si bon d’être lu (Amitié)
Auteur : Tristamourir
Mon Automne (Amour)
Auteur : ladysatin

 

 
Cette page a été générée en [0,0482] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.