Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 49
Invisible : 0
Total : 52
· Sybilla · Chlamys · Lapoètesse
13066 membres inscrits

Montréal: 19 mai 16:51:23
Paris: 19 mai 22:51:23
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Cahier de vacances : Une nouvelle pour l'été (2009) :: Et l'on ira nulle part, je te le promets. (4) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 27 août 2009 à 17:25
Modifié:  5 sept 2009 à 15:42 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


Et l'on ira nulle part, je te le promets.


[...]


Je sais que la raison dicte souvent sa loi, soit par le truchement des automatismes que notre éducation immisce en nous, soit par le simple fait des conventions sociales qui s'imposent un peu contre notre gré et notre intuition. Mais je sais aussi que la beauté ne réside pas dans ce beau qu'on nous présente ordinairement, cette esthétique éthérée qui ne fait sens que si l'on garde les yeux ouverts et pas après.

Le lendemain, c'était dimanche. Et heureusement. Quand je me suis réveillé, j'avais cette sensation d'être une tartine au petit déjeuner. Trempée dans une sorte d'ambiance liquide et laiteuse... J'étais encore en mode rêve. Gabrielle avait sa tête posée sur mon ventre et elle dormait paisiblement. De mémoire, je n'avais jamais été coutumier de cet état de quiétude. D'ordinaire, j'aurais été un peu nerveux, un peu anxieux, en train de prévoir l'éventuel retournement de situation inattendu mais là, non. Rien. Rien que le bruit de sa respiration, son souffle chaud qui me réveillait doucement.

Pourtant je me repassais le film de la journée d'hier et je cherchais l'anomalie. Mais non, il n'y avait rien. Du moins rien de remarquable. J'en venais à une conclusion que je n'aurais jamais osé même esquisser en pensée : c'était peut-être ça... Le coup de foudre... Mais aussitôt, je balayais l'option car cela n'y ressemblait pas. Cela ne ressemblait pas à l'idée que je m'en faisais et donc, ça ne pouvait pas être. Cela peut paraître ridicule de batailler ainsi dans sa tête comme pour lutter contre ce bien-être : pourquoi ne pas lâcher et juste profiter ?... C'est ce que je me suis dit. Et c'est ce que j'ai fait, abandonnant à ma réalité les sentiments d'ordinaire que je réservais à mes rêves d'idéaux.

J'ai observé pendant de longues minutes dans la pénombre, le lieu, la chambre que j'avais à peine entraperçue la veille. C'était une pièce assez exiguë, une dizaine de mètres carré, peut-être un tout petit peu plus mais pas grand chose. Les toilettes étaient sur le palier, la douche aussi. Il n'y avait qu'un petit évier dans la chambre, un mini coin cuisine harmonisé autour d'un ton jaune canari et le reste était dédié à la chambre, un lit coincé dans la soupente et une penderie de tissus rouge sur le mur opposé. Le lit était de toutes les couleurs... Cela faisait presque mal aux yeux de le regarder à cause des contrastes alternés. Comme je l'ai déjà dit, les murs, l'espace qui restait disponible du moins, étaient décorés de posters, des affiches de longs métrages de Walt Disney.

En regardant celles-ci, il m'est venu soudainement à l'esprit une question qui ne m'avait même pas effleuré tout ce temps : quel âge avait-elle ? Certes, cela n'est pas ma première préoccupation lorsque je suis amené à rencontrer quelqu'un mais la question se posait naturellement d'habitude, qu'il y ait une réponse ou non. Cette fois-ci, c'était différent. Non seulement, je ne m'étais pas posé la question mais je n'en avais même pas la moindre idée. Sûrement était-elle plus jeune que moi, c'était quasiment certain. En revanche, était-ce de deux, trois, cinq ou six ans ? Je n'étais pas capable de l'estimer. Qu'importe, cela n'avait aucune espèce d'importance.

Gabrielle a dormi tranquillement jusqu'aux alentours de midi, remuant peu mais parfois m'étouffant légèrement dans l'épaisseur de sa chevelure. Moi, je naviguais entre sommeil léger et rêvasserie, l'esprit encore ouaté par les heures qui venaient de passer. C'est une affreuse sonnerie de radio-réveil qui m'a fait sursauter... D'un geste admirable de précision étant donné, son état comateux, j'ai vu et entendu le bras s'abattre dans un bruit sourd sur l'appareil qui était hors de mon champ de vision. Je me suis dit qu'il devait être robuste pour résister à cette douce violence dominicale.

« T'as bien dormi ?... » marmonna Gabrielle à mon attention.

« Très bien... Un peu trop court peut-être... »

Je ne voyais pas son visage mais son souffle chaud et légèrement plus rapide, m'a indiqué qu'elle riait en silence. Elle releva la tête vers moi, les yeux fermés. Et avec un sourire qui lui remontait jusqu'aux oreilles, elle me fit :

« Trop court ? En même temps, ça fait des heures que tu es réveillé... »

Je n'ai rien répondu car elle avait raison. Cela voulait dire qu'elle était éveillée, elle aussi. Son simulacre de sommeil était donc des plus réussis puisque je n'y avais vu que du feu.

« Faut qu'on aille au marché... J'ai nada, peau de balle dans le frigo... Alors... Va falloir qu'on se secoue un peu si on ne veut pas crever la dalle... »

Je n'ai pas pu étouffer un certain étonnement...

« C'est peut-être un peu trop tard, nan ? »

Gabrielle se redressa, collant sa fine poitrine sur moi pour atteindre mes lèvres. Elle m'embrassa.

« Vous êtes à Paris, Monsieur le Provincial... Le marché, il ferme à quinze heures ici... A Paris, on pense à tout le monde, même aux oiseaux de nuit... »

Elle m'a regardé d'un œil espiègle. Elle n'avait pas envie de se lever tout de suite. Elle n'avait plus envie de dormir non plus.


*


Vers deux heures moins le quart, Gabrielle est passée à la douche. Elle m'avait préparé un petit bol de café avant, en me précisant bien que c'était loin d'être un domaine dans lequel elle excellait. Je dois dire que c'était plutôt vrai.

Je m'étonnais un chouilla du peu de pudeur dont Gabrielle faisait preuve en gambadant à moitié nue non seulement dans la chambre mais aussi dans le couloir qui menait à la douche. C'est vrai que j'étais plutôt habitué dans mes anciennes « conquêtes », à une attitude franchement opposée, ce qui n'était pas sans me poser de problèmes. Non pas que j'aurais voulu qu'elles soient toutes comme Gabrielle mais imposer des règles suivant la situation alors qu'on est que tous les deux, m'a toujours paru être teinté d'incohérence. Je comprends parfaitement que le comportement se modifie car l'on n'agit pas de la même manière, rapport aux conditions. Cependant, de là à en établir une exigence, cela me semble tenir d'une certaine hypocrisie, non pas dans le regard de l'autre, mais dans le sien propre. Pour être plus concis, j'essaie de faire la distinction entre pudeur et pudibonderie.

J'étais perdu dans ses aléas de pensées quand Gabrielle est revenue encore toute humide et m'a lancé :

« On y va ? »

J'ai hoché la tête et elle m'a pris alors la main. Elle avait encore ses yeux brillants qui me donnaient encore l'impression d'être quelqu'un, peut-être pour la première fois. Elle se comportait comme si elle était amoureuse depuis toujours, sans retenue, ni feinte.

Et nous nous sommes donc dirigés ainsi, chacun de notre côté, perdus dans l'hébétude de ce présent qu'on n'espérait plus, vers le marché Bastille.




(à suivre)

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Kaissy Tadrim


Faites l'humour, pas la gueule!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
101 poèmes Liste
2040 commentaires
Membre depuis
18 mai 2009
Dernière connexion
27 septembre 2011
  Publié: 30 août 2009 à 07:49 Citer     Aller en bas de page

Tout doucement, les sentiments commencent à bâtir leur nid dans le coeur des amants de passage. Mais ils ne s'en rendent pas compte encore. On se laisse aller à profiter de l'instant présent sans s'enferrer dans les habitudes et la routine, persuadés qu'ils sont que la séparation peut leur tomber sur la tête à n'importe quel moment. Quoique..
Quoique cette histoire de marché après une nuit d'amour laisse planer bien des doutes sur la précarité de cette liaison censée être éphémère!

  Viridiane, jamais je ne t'oublierai!
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 31 août 2009 à 15:12 Citer     Aller en bas de page


Je vais insister sur le "quoique"... Peut-être par hasard, tu viens de me faire réaliser que j'ai peut-être choisi une unité de trop petite pour contenir l'histoire et qu'elle soit tout à fait "plausible"... Non pas qu'elle ne soit pas réalisable (j'en veux pour preuve des réalités bel et bien établies), mais peut-être d'un point de vue lecteur, je devrais retravailler la chronologie...

Merci de suivre le déroulement.

Amicalement,

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Naig


On est tous égaux devant la douleur..
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
2561 commentaires
Membre depuis
23 août 2006
Dernière connexion
28 mars 2013
  Publié: 29 nov 2009 à 21:19 Citer     Aller en bas de page

j'aime bien ce passage, l'incertitude, les sentiments, les réflexions..
Amitiés.

  En route vers Miaou Land... le courage c'est savoir dire stop a certains moments de sa vie... la lacheté ce n'est pas renoncer, simplement laisser faire. une prise de décision est toujours une forme de courage...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1535
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0294] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.