Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 55
Invisible : 0
Total : 61
· William Valant · ode3117 · ori · samamuse · Andesine · Wilhelm
13123 membres inscrits

Montréal: 16 juin 13:34:13
Paris: 16 juin 19:34:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Où Mène Lpdp ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
8168 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 08:07
Modifié:  3 févr 2015 à 02:54 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Un poète se croit disponible.
Un texte attend d’être composé.
Là, sur la table, un carnet et un crayon innocemment installés.
Une main servant d’intermédiaire attend d’être sollicitée.
.......
Une usine à pensées vient d’être stimulée.
Tout d’un coup un ensemble de mots risque d’être oublié.
......
Tous les intervenants semblent être mobilisés.
.......
La main entre son pouce et son index, pince, saisie le crayon la mine de graphite vers l’avant.
.......
Le carnet se sent mis à la page, blanche, et pourtant quadrillée.
Le carnet perçoit le crayon qui se trouve être manipulé.
De son graphite le crayon trace grâce à la main, des traits, des lettres, des mots.
Laissant des espaces.
Enfin l’ensemble des mots qui risquaient d’être oubliés deviennent lisibles.
......
Maintenant le poète va pouvoir se sauvegarder.
........

« Oui, c’est bien ce que je souhaitais versifier. »

........
Les mots du texte sauvegardés sur le carnet quadrillé deviennent une richesse, de lecture, qui va devenir publique.
.........
« Notre vie, commence donc ici. »

............
Il va falloir choisir un titre à ce texte sauvegardé.
Le poète est à nouveau sollicité.
........
« Mon poème. »

......
Ce n’est pas d’une très grande originalité.
Ce texte n’aura pas de générique.
Une signature d’auteur seulement.
.......
Regard tu dois te demander pourquoi cette narration ?
Qui adopte le style d’une voix « off » ?
Dans cette civilisation de consommation, ce genre d’évocation, devient tellement naturelle.
........
Vous souhaitez un résumé de cet ensemble ?
Alors le voici ;
.............
« Mon poème »
« Oui, c’est bien ce que je souhaitais versifier. »
« Notre vie commence donc ici. »

..............
Tout cela peut paraître d’une banalité.
Mais, tous cheminement, doit adopter une fin.
Cela semble être le moment choisi.
.......
Envisagez-vous de relire cette saga ? Non ? Cela vous suffit ?
Alors merci du temps que vous avez à ceci accordé.
Et à bientôt.
........
Pardon... il manque un commentaire.
.............
Nous le générique oublié.
Carnet, crayon.
Main, poète,
Texte en évolution.
Nous avons eu notre participation à ce texte final.
.........
Quand vous prenez un repas.
Vous demandez-vous à qui vous le devez ?
......
Le produit final vous suffit ?
L’intention et les intervenants ?
Ce qu’il a fallut transformer dans le principe de LAVOISIER ?
Oui nous vous comprenons.
Dans les oubliés aussi.
S’arrêter sur ces détails, c’est du temps perdu.
Un jour... peut-être... serez-vous un détail.
Et là... vous repenserez à ce cheminement de mots.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
691 poèmes Liste
14856 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 08:25 Citer     Aller en bas de page

Un jour... peut-être... serez-vous un détail.
Et là... vous repenserez à ce cheminement de mots.


Nous sommes tous des détails Sam, car ce n'est pas juste la retraite qui nous fait ressentir un détail , voir moins...

Comme chacun de nous tu as choisi ton thème pour entrer dans l'arène de lpdpville...et tu insistes.
Moi aussi je viens ici- souvent-pour exprimer ma gratitude pour la vie et ma tristesse pour mon hameau , ma Sicile qui vont à la dérive; d'autres proposent à l'infini leur trauma, l'abandon de l'aimé, le manque d'une présence dans leur vie qui apporte une note de joie ou un brin de chaleur, etc, etc...

Et si on commençait à regarder dehors la fenêtre de notre MOi, au moins de temps en temps ??



A plus...
bises
lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
8168 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 08:44 Citer     Aller en bas de page

le bût de ce texte est de mettre en évidence les voix off de la presse, rendant de l'anonymat aux voyages, sous prétexte que nous n'avons pas à assumer nos commentaires.
je trouve cela révoltant, non créateur, non responsable, du type "on" m'a dit, je ne fais que constater sans être obligé de formuler mes richesses intérieures.

les encouragements, les présences de regards formulés, ont plus de chaleurs que ces;
Un poète se croit disponible.
Un texte attend d’être composé.
Là, sur la table, un carnet et un crayon innocemment installés.
Une main servant d’intermédiaire attend d’être sollicité.
.......
Une usine à pensées vient d’être stimulée.
Tout d’un coup un ensemble de mots risque d’être oublié.
......
Tous les intervenants semblent être mobilisés.

moi ? j'y suis pour rien.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14959 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 08:51 Citer     Aller en bas de page



Bonjour samamuse,

Merci pour ces réflexions en partage !
Les mots je pense, ne doivent pas être conditionnés par les autres, mais par ce qu'il y a en soi et la façon de percevoir


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
691 poèmes Liste
14856 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 09:01
Modifié:  2 févr 2015 à 09:02 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de samamuse
le bût de ce texte est de mettre en évidence les voix off de la presse, rendant de l'anonymat aux voyages, sous prétexte que nous n'avons pas à assumer nos commentaires.
je trouve cela révoltant, non créateur, non responsable, du type "on" m'a dit, je ne fais que constater sans être obligé de formuler mes richesses intérieures.

les encouragements, les présences de regards formulés, ont plus de chaleurs que ces;
Un poète se croit disponible.
Un texte attend d’être composé.
Là, sur la table, un carnet et un crayon innocemment installés.
Une main servant d’intermédiaire attend d’être sollicité.
.......
Une usine à pensées vient d’être stimulée.
Tout d’un coup un ensemble de mots risque d’être oublié.
......
Tous les intervenants semblent être mobilisés.

moi ? j'y suis pour rien.



Sam...je suis une italienne qui essaye de vous comprendre...

Je ne suis pas sure de vous comprendre toujours mais Souvent, après mes lectures je sors de l'ambiance d'un poème , ravie et avec la certitude d'avoir gagné quelque chose.

Peux-tu m'aider à te comprendre et à écrire sans faire de la philosophie (???) constamment ...?

Ouf, c'est mon dernier comment...je renonce



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
8168 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 09:32 Citer     Aller en bas de page

ça va être difficile.
je lis, je me fais, je partage, de la philo pratique tous les jours.
80% de mes textes en son imprégnés.
je pense être devenu un pervers des sous entendu à caractères de philo.
ce serait comme demander à un unijambiste de se déplacer à cloche pied.
j'ai quand même des textes sans philo. dois-je seulement proposer ces textes sur LPDP ?

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
230 poèmes Liste
15366 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 2 févr 2015 à 11:44 Citer     Aller en bas de page

une réflexion bien présente

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
8168 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 3 févr 2015 à 03:28 Citer     Aller en bas de page

laquelle MIDO BEN ?

 
❀ninette1952


L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
459 commentaires
Membre depuis
9 février 2016
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 29 jan à 16:21 Citer     Aller en bas de page

J'aime bien ce texte (je le comprends enfin au moins un)lol

  Il faudrait vivre ses rêves avant d'avoir trop de regrets
samamuse

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
8168 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 30 jan à 04:19 Citer     Aller en bas de page

tu as de la chance, ou plutôt c'est moi, tu es en train de me champolionariser (comme Champollion, ce savant français emmené, dans la campagne en Egypte de napoléon premier) comme il le fit à partir de la pierre de rosette pour lire les hiéroglyphes (écriture égyptienne des pharaons) à partir de la traduction en grec, qui était aussi dessus), et me faire garder mes développements pour moi. tu en es à dorable, si, si, tu peux me croire.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 787
Réponses: 9
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0467] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.