Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 31
13161 membres inscrits

Montréal: 19 août 01:58:35
Paris: 19 août 07:58:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Quelques fleurs pour la route - Chapitre 2 (6) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
18584 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 août
  Publié: 12 août 2016 à 10:48
Modifié:  14 août 2016 à 04:01 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page


« Salut ! » fit Shany en entrant dans le chambre.

Clara qui avait le regard tourné vers la fenêtre se redressa et pivota pour faire face à sa tante. Un grand sourire éclaira son visage.

« Salut... Je ne savais pas que tu devais venir... Je suis désolée, je dois avoir l'air d'une folle... »

Shany fit un signe de la main pour lui faire comprendre que ce n'était pas un problème.
« C'est normal. C'était fait pour être une petite surprise, en fait. Je dis toujours que je dois venir et je ne le fais pas, donc cette fois, j’ai décidé de me faire violence en quelque sorte… »

Elle s'approcha de Clara et l'embrassa sur le front.

« Ça fait du bien de te voir. Je sais que tu lis beaucoup, alors je t'ai pris quelques bouquins. J'espère juste que tu ne les as pas déjà lus. »

Clara prit les livres pour regarder les titres.

« Merci... Non, je ne les ai pas lus. Et toi ? »

« Et moi… ? »

« Et toi, tu les as lus ? »

Shany sourit.

« Non, bien sûr que non... Je ne suis pas un modèle à suivre sur le sujet de toute manière. Mais, il paraît qu'ils sont bien... »

Clara arqua un de ses sourcils.

« Comment tu le sais alors ? »

« Tu sais que si je te le dis, je serai obligé de t'éliminer... »

Shany ne termina pas sa phrase et se mordit la lèvre. Elle était vraiment une idiote.

« Mais bon, j'avoue : Google... Google est ton meilleur ami pour ça... Je n'ai aucune recette originale pour cela. »

Clara fit la moue. Internet n’était pas nécessairement la chose à évoquer étant donné qu’elle n’avait pas le droit d’aller surfer comme bon lui semblait : Amy et Patrick y étaient formellement opposés au motif qu’elle était encore trop jeune. Cela dit, en tournant son regard vers sa nièce, Shany fut contrainte de constater un fait : Clara était vraiment une belle gamine. Shany retrouvait dans ses traits, les mêmes lignes, les mêmes moues qu'Amy quand elle était petite. La tête légèrement inclinée en avant pour lire la quatrième de couverture, elle laissait la lumière déclinante du jour dessiner un joli halo sur les courbes de son visage. Cela ressemblait presqu'à une peinture et pour l’amatrice d’art qu’elle était, c’était pour Shany extrêmement saisissant. Pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas, Shany avait toujours été sensible aux couleurs et aux lumières, et bien qu’elle ne sût jamais trop quoi faire de cette particularité, cela l’avait accompagnée tout au long de son enfance et de sa scolarité.

Ses parents, sa sœur et ainsi que certains de ses proches avaient tenté de la stimuler pour qu’elle transforme sa singularité en atout et surtout qu’elle puisse l’exploiter. Mais au final, aucun effort ne fut récompensé. C’était un peu comme si Shany refusait de considérer cela comme une capacité. Inconsciemment ou pas, elle ne voulait pas abîmer de quelque façon que ce soit, cette espèce de don. Ce fut à de multiples reprises la source de confrontation, particulièrement avec sa sœur qui trouvait que quelque part qu’elle gâchait son potentiel. Peut-être. Peut-être qu’Amy avait raison mais Shany n’en avait cure à l’époque et esprit de contradiction ou période rebelle, elle avait tenu bon sur cette décision. Elle avait choisi la microbiologie. Ce n’était pas que ce domaine l’attirait particulièrement, d’un point de vue scolarité, il semblait que c’était la discipline dans laquelle elle avait le plus de chances de réussir. C’est comme cela qu’elle avait fini par devenir laborantine.

« Fais pas cette tête… Si t’es sage, on surfera ensemble sur le net… Mais uniquement si tu le gardes pour toi. Je n’ai pas envie de me prendre un nouveau sermon de la part de ma sœur adorée… »

« Promis ! » fit Clara dont le regard s’était illuminé dans le quart de seconde suivant.

Shany était heureuse de jouer le rôle de celle qui donnait les moyens de transgresser les limites. C’était compliqué d’expliquer pourquoi mais le sentiment qu’elle éprouvait ressemblait au contentement de l’accomplissement d’une sorte de revanche.

« Tu sais à quelle heure, ils vont me mettre dehors ? »

« Huit heures et demie… Je crois. »

Shany jeta un œil à sa montre.

« Okay, jeune fille… Cela devait pouvoir se faire alors… Si tu me laisses cinq minutes pour faire l’installation. »

Clara hocha la tête et le sourire jusqu’aux oreilles, elle s’empressa de mettre de côté les livres pour faire de la place pour que sa tante puisse s’installer à côté d’elle.

*

« Il va falloir que j’y ailles, jeune fille… » fit Shany après avoir regardé l’heure sur ton téléphone.

« Déjà ? »

Shany se leva et alla regarder dans le couloir. Une infirmière était tout au bout du couloir et de là où elle était, elle entendit qu’elle était en train d’inviter tous les visiteurs à lever le camp. Elle revint dans la chambre et lança à Clara :

« Je confirme, je viens d’entendre l’infirmière. Elle a déjà commencé l’évacuation. »

En voyant la mine déconfite de sa nièce, elle s’empressa de continuer.

« Je tâcherai de repasser. »

« Quand ? »

« Je ne sais pas… Dans la semaine sûrement. Faut juste que j’arrive à m’extirper du boulot de bonne heure. »

Shany se pinça les lèvres. Clara le remarqua et ne put s’empêcher de poser une question :

« C’est si compliqué que cela ? »

Shany la regarda, réfléchit quelques secondes et finit par un sourire en lui avouant la vérité :

« En théorie, cela ne devrait pas être compliqué… Mais il faut savoir que ta tante n’est parfaite… En théorie, il faudrait simplement que je commence le boulot de bonne heure. »

« Mais ? »

« Mais ta tante n’est pas vraiment du matin. Elle ne se lève pas aux aurores… Et d’ailleurs faut-il encore qu’elle se réveille. Et ça… C’est compliqué. »

Clara lui fit un sourire mais la confession de sa tante, ne la consolait pas vraiment.

« Ouais… » fit Shany pour combler ce silence un peu gênant.

« J’essaierai de résoudre ce petit problème. Promis. Il va juste falloir que je lutte contre ma nature de marmotte. Cela devrait être dans l’ordre du réalisable. »

« Si tu me donnes un téléphone, je pourrai te réveiller moi. » fit Clara.

Les gosses. Ils trouvent toujours la solution à tout…

« C’est une idée mais il va déjà falloir que je négocie le téléphone avec ta mère… Et ton père aussi. Et cela, ce n’est pas gagné d’avance. »

« Comme ça, je pourrais t’envoyer des messages toute la journée ! Ça serait cool, ça ! »

« C’est pas faux. Mais… Rah, faut que j’arrête avec les mais… Bref, laisse-moi quelques jours pour tenter de ramener ta mère de l’âge de pierre à l’ère post-apocalyptique de Facebook, Twitter et compagnie. J’ai juste à trouver un bon moyen de chantage… »

« De chantage ? »

« Motus… Tu ne sais rien de mes stratégies secrètes avec Am’ » dit Shany en mettant un doigt sur ses lèvres.

« Sur ce, je décolle. »

Elle s’approcha de sa nièce et l’embrassa sur le front.

« Et en attendant, tu ne fais pas de bêtises, hein ? »

Clara lui lança un regard en coin.

« De ce côté-là, les risques sont assez limités à moins que je ne développe des superpouvoirs… »

« Mmm… On ne sait jamais. » fit Shany en l’embrassant une dernière fois sur le bout du nez.

« Allez, je file et promis, je repasse dans la semaine. »

Shany ramassa ses affaires et après avoir fait un dernier signe de la main à Clara, elle s’éclipsa de la chambre avant que l’infirmière n’arrivât.



*


Une fois sortie de l’hôpital Shany fouilla dans son sac pour récupérer son téléphone puis elle composa le numéro d’Amy.

« Allo ? Amy ?... Salut… T’as un peu de temps ce soir ? Je peux passer ? ... »

Elle regarda sa montre.

« Vers neuf heures, dans ces eaux-là… Oui… Oui, je l’ai vue. Je sors à l’instant… D’accord… Je te raconterai. A toute à l’heure ! »

Elle raccrocha et s’élança d’un pas rapide dans la rue en direction de la station de métro la plus proche.




(à suivre)

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 603
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0379] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.